amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

1045 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Facebook Inc rebaptisé " Meta Platforms Inc, ou Meta en abrégé "

En pleine crise, Facebook change de nom et de logo, et se rebaptise "Meta".

amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Meta Platforms Inc, ou Meta

Facebook Inc. s'appelle désormais Meta Platforms Inc, ou Meta en abrégé, pour refléter ce que le PDG, Mark Zuckerberg a déclaré jeudi, à savoir son engagement à développer la nouvelle technologie d'autogestion connue sous le nom de "métaverse ". Mais le réseau social lui-même s'appellera toujours Facebook. Son directeur général et ses cadres supérieurs, sa structure d'entreprise et la crise qui l'a enveloppée restent également inchangés, du moins pour l'instant.

AUREVOIR FACEBOOK, BONJOUR META

Après cette annonce, les sceptiques ont immédiatement accusé l'entreprise d'essayer de changer de sujet par rapport aux "Facebook Papers", la série de documents ayant fait l'objet de fuites qui ont plongé l'entreprise dans la plus grande crise depuis sa création dans le dortoir de Harvard de M. Zuckerberg il y a 17 ans. Ces documents montrent que Facebook privilégie les profits plutôt que de débarrasser sa plateforme de la haine, des conflits politiques et de la désinformation dans le monde. Cette initiative rappelle à Laura Ries, consultante en marketing, le moment où la société énergétique BP s'est rebaptisée "Beyond Petroleum" pour échapper aux critiques selon lesquelles le géant pétrolier nuisait à l'environnement.

"Facebook, premier réseau social le plus utilisé dans le monde est accusé de créer quelque chose qui est nuisible aux gens et à la société", a-t-elle déclaré. "Ils ne peuvent pas s'éloigner du réseau social avec une nouvelle raison sociale et en parlant d'un futur métavers."

L'application Facebook ne change pas de nom. Il en va de même pour Instagram, WhatsApp et Messenger. La structure d'entreprise de la société ne changera pas non plus. Mais le 1er décembre, ses actions seront négociées sous un nouveau symbole boursier, MVRS. Le métavers est en quelque sorte l'internet rendu à la vie, ou du moins rendu en 3D.

M. Zuckerberg l'a décrit comme un "environnement virtuel" dans lequel on peut entrer, au lieu de le regarder sur un écran. Les gens peuvent se rencontrer, travailler et jouer en utilisant des casques de réalité virtuelle, des lunettes de réalité augmentée, des applications pour smartphones ou d'autres dispositifs. Selon Victoria Petrock, une analyste qui suit les technologies émergentes, le site intégrera également d'autres aspects de la vie en ligne, comme le shopping et les médias sociaux.

L'incursion de M. Zuckerberg dans la réalité virtuelle a suscité des comparaisons avec les aventures dans l'espace de ses collègues milliardaires de la technologie et des plaisanteries sur le fait qu'il est peut-être compréhensible, qu'il veuille échapper à sa réalité actuelle, dans un contexte d'appels à la démission et de surveillance accrue de l'entreprise.

Lundi 25 octobre 2021, M. Zuckerberg a annoncé la création d'un nouveau segment pour Facebook qui commencera à présenter ses résultats financiers séparément du segment Famille d'applications de la société à partir du dernier trimestre de cette année. Cette entité, "Reality Labs", réduira le bénéfice d'exploitation global de Facebook d'environ 10 milliards de dollars cette année, a déclaré la société. D'autres entreprises technologiques telles que Microsoft, le fabricant de puces Nvidia et Epic Games, le fabricant de Fortnite, ont toutes présenté leurs propres visions du fonctionnement du métavers.

Zuckerberg a déclaré qu'il s'attendait à ce que le" metaverse" touche un milliard de personnes au cours de la prochaine décennie et qu'il espérait que cette nouvelle technologie créerait des millions d'emplois pour les créateurs. Cette annonce intervient alors que Facebook fait l'objet d'une attention législative et réglementaire accrue dans de nombreuses régions du monde en raison des "Facebook Papers". Un changement d'image de l'entreprise n'est pas susceptible de résoudre la myriade de problèmes révélés par les documents internes ou de faire taire les critiques qui s'élèvent depuis des années sur les dommages que les produits de l'entreprise causent à la société.

Mark_Zuckerberg, cofondateur du site et réseau social Facebook en 2004

Pour sa part, M. Zuckerberg a largement rejeté la furie déclenchée par les Facebook Papers, la qualifiant d'injuste. Dans un revirement intéressant, la Chan Zuckerberg Initiative, l'organisation philanthropique dirigée par Zuckerberg et sa femme, Priscilla Chan, a acheté une société canadienne d'analyse de la littérature scientifique appelée Meta en 2017.

Jeudi après-midi, cependant, son site Web Meta.org a annoncé qu'il allait "se coucher" à la fin du mois de mars. Le domaine Meta.com, quant à lui, a été redirigé vers l'ancien site d'entreprise relooké de Facebook. Au siège de Menlo Park, en Californie, l'emblématique signe du pouce levé qui se trouve depuis longtemps à l'extérieur a été repeint en un logo bleu en forme de bretzel ressemblant au symbole de l'infini. Certains des plus grands détracteurs de Facebook n'ont pas semblé impressionnés par le changement de nom. Le Real Facebook Oversight Board, un groupe de surveillance de l'entreprise, a annoncé qu'il conserverait son nom.

"Changer leur nom ne change pas la réalité : Facebook détruit notre démocratie et est le principal colporteur de désinformation et de haine au monde", a déclaré le groupe dans un communiqué. "Leur changement de nom dénué de sens ne doit pas détourner l'attention de l'enquête, de la réglementation et de la surveillance réelle et indépendante nécessaires pour tenir Facebook pour responsable."

En expliquant le changement de marque, Zuckerberg a déclaré que le nom Facebook n'englobe plus tout ce que l'entreprise fait. En plus du réseau social, cela inclut désormais Instagram, Messenger, son casque Quest VR, sa plateforme Horizon VR et plus encore.

29/10/2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier