Alerte générale : résurgence incontrôlable des cas de tuberculoses au Gabon

Gouvernement du Gabon-Madame Denise Mekam’ne épouse Taty, Ministre d’Etat, ministre de la santé Gouvernement du Gabon-Madame Denise Mekam’ne épouse Taty, Ministre d’Etat, ministre de la santé
Dans un communiqué émis à Libreville, le 26 décembre 2017. La Coalition de la Société Civile Gabonaise (C.S.C.G), dénonçait la passivité et le silence du ministère de la santé face à la résurgence incontrôlable des cas de tuberculoses sous une forme ultra-résistante au Gabon.
COALITION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE GABONAISE (C.S.C.G) .jpg COALITION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE GABONAISE (C.S.C.G) .jpg
Communiqué - COALITION DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE (C.S.C.G)

Communiqué - COALITION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE GABONAISE (C.S.C.G) Communiqué - COALITION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE GABONAISE (C.S.C.G)

Sur ce document, on lit : Le Gabon, pays d’Afrique d’environ 1,8 million d’habitants est confronté depuis peu à l’une de ces plus graves crises sanitaires ; due essentiellement à une résurgence incontrôlable des cas de tuberculoses.

En effet, le pays connait une démultiplication de personnes touchées par cette infection dont la forme la plus sévère est la tuberculose ultra-résistante après la forme multi-résistance avec des cas désormais identifiés dans les principales zones urbaines du pays.

Cette situation fort inquiétante est rendue plus critique par le taux de co-infection tuberculose/VIH dans le pays qui s’élève à plus de 35%.

Malgré un appui significatif du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme à hauteur de près de trois milliards de francs CFA pour endiguer ce « torrent funeste », le ministère de la sante ne parvient pas à honorer ses engagements dont celui de mobiliser au minimum deux cent quatre millions de francs CFA pour soigner au moins 6000 patients de premier niveau qui manque cruellement de médicament.

Au regard de la catastrophe annoncée décrite dans ce document, où est Madame Denise Mekam’ne épouse Taty, la ministre d’Etat, ministre de la santé du Gabon?
Que signifie son silence, la santé des gabonaises et Gabonais ne l’intéresse ?

Avec la promiscuité dans les taxis et divers lieux publics, tout pousse à croire que le pays s'achemine, si rien n'est fait,  vers une tragédie sans nom.

 

Rédaction@DBNews/am
30/12/2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.