Amédé.Azur
Chercheur en intelligence artificielle, intéressé par la question de la laïcité et des droits de l'homme
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2020

Charte 7 sur 7 : Pour une conciliation France Islam (2/3)

Les musulmans de France sont aujourd'hui définitivement liés à cette terre, et font partie intégrante de cette société. Ni eux ni leurs enfants ne retourneront en masse dans leur pays d'origine. Une vie commune est inévitable. La recherche d'une voie de consensus est une nécessité. Cependant, une telle voie ne peut être trouvée sans une révolution des mœurs et des comportements de part et d'autre.

Amédé.Azur
Chercheur en intelligence artificielle, intéressé par la question de la laïcité et des droits de l'homme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article à lire en premier : Charte 7 sur 7 : Partie 1/3

La présente charte vise à normaliser les relations entre la France et l'Islam. Elle est organisée à travers un ensemble de droits et de devoirs et comprend un ensemble de règles et de principes à adopter par les deux parties. S'ils sont respectés de part et d'autre, ces principes sont de nature à garantir la cohésion, la normalisation et l'apaisement de la présence de l'Islam en France.

Ce qui est attendu de la part des musulmans de France :

         1. Adopter et respecter les principes de la République :

Il est essentiel d'être imprégné des valeurs primordiales de la France, notamment la liberté des citoyens, l'égalité des individus, la laïcité de la république et la neutralité de l'état à l'égard des considérations religieuses. Il est essentiel que les musulmans comprennent, adoptent et défendent ces valeurs de liberté et de laïcité qui garantissent à chacun l'exercice de son droit à l'expression et à la conscience dans le respect de la liberté et de la conscience de l'autre. Toute forme de contrainte sur la pratique ou la conscience doit être interdite et proscrite tant dans la sphère publique que dans la sphère privée.

         2. Aimer et être attaché à la France :

Il est important de s'attacher davantage à la France, et d'inculquer à ses enfants un sentiment d'appartenance pleine et entière à la nation. Il est important de faire la distinction entre les attaques racistes islamophobes qui proviennent parfois des médias français, et la France en tant que nation libre, humaniste et égalitaire. Il est important d'expliquer à ses enfants la chance de vivre en France, l'une des sociétés les plus libres et les plus égalitaires du monde, et de sentir la responsabilité de préserver cette union nationale française. Il est nécessaire de briser cette chaîne du malaise et du flou identitaire des musulmans français, qui se transmet de génération en génération sous les coups de la stigmatisation et des actes racistes et islamophobes répétés.

         3. Comprendre l'histoire, la culture et la langue françaises :

L'intégration dans une nation ne peut être qu'administrative. Elle doit aussi être culturelle et linguistique. Il est donc important que les musulmans de France connaissent l'histoire et la culture françaises. Un tel savoir sur le siècle des Lumières, l'histoire de la révolution française,  la suppression des privilèges féodaux, la séparation de l'Église et de l'état, et les deux guerres mondiales pourrait les éclairer sur l'origine des valeurs sur lesquelles est fondée la société française et les pousser à les comprendre et les adopter. La maîtrise de la langue française pour chaque individu est également essentielle pour une meilleure intégration dans la société.

         4. S'impliquer dans la vie sociale, politique et civique :

Il est essentiel de s'ouvrir aux composantes de la société et s'impliquer davantage dans la vie politique et civile française. Si une partie des musulmans de France est très active dans le domaine social, essentiellement à travers des associations cultuelles, il est important d'étendre cette solidarité avec toute la société et de compléter se dynamisme vers d'autres secteurs important de la société tels que la culture ou la politique. Cela permettra un meilleur échange et brassage culturel et social. Il est nécessaire d’étendre la fraternité religieuse par la fraternité nationale et humaine et d’abandonner la vision communautaire et militante d'un Islam fermé sur lui-même, pour une vision unifiante, humaniste et tolérante de l'Islam.

         5. Adopter une pratique religieuse adaptée à la réalité occidentale :

Le recours des musulmans de France aux fatwas théologiques de l'étranger est inadapté même au vue de la théologie musulmane elle même qui recommande que les fatwas émanent de religieux locaux. Il est donc important de créer et de soutenir des instances théologiques locales capables de relire les textes religieux et de réadapter leur compréhension et leur application à la lumière du contexte sociale, de former des prédicateurs locaux et d'émettre des opinions religieuses à la fois authentiques et contextualisées. En particulier, il est important de remettre la question de l'apparence, tel que le port du foulard, à sa juste position. Cette pratique qui n'est pas un pilier de l'Islam, a pris une dimension symbolique identitaire démesurée que ce soit par ses défendeurs ou ses détracteurs. Il est ainsi important de comprendre cette pratique à la lumière de la valeur de pudeur qu’elle veut véhiculer, et d’adapter sa forme au contexte sociale comme elle a été adaptée à travers le monde musulman.

         6. S'impliquer dans l'effort local d'organisation et de financement du culte musulman en France :

Les musulmans devront respecter la neutralité de l’état français vis-à-vis des religions, puis s’investir davantage dans l’organisation de leurs affaires cultuelles. Cette organisation devra être libre, transparente, représentative et indépendante de toute influence politique étrangère. Il faudra ainsi collectivement créer et soutenir des instances démocratiques fortes capables de gérer et de financer localement les activités cultuelles des musulmans en France. Les organisations musulmanes doivent mettre de côté leurs différents souvent liés à des intérêts politiques ou idéologiques et gérer d’une manière équitable l’organisation et le financement des activités culturelles.

         7. Faire plus d'efforts dans l'encadrement et l'éducation des jeunes :

L'une des causes de nombreux comportements racistes est la délinquance des jeunes. Bien que ce ne soit pas une question liée à l’Islam. La concentration d’une grande population musulmane aux quartiers défavorisés crée souvent un amalgame entre les incivilités et l’Islam. Cette jeunesse, souvent d'origine immigrée, défavorisée, mal-aimée par la société, concentrée dans des quartiers sous-équipés, constitue un danger pour elle-même et pour la société. Les parents et les associations culturelles et cultuelles musulmanes doivent faire plus d'efforts dans l'éducation civique des enfants afin d’éviter que cette jeunesse ne tombe entre les mains de gangs ou de terroristes.

Suite de l'article : Charte 7 sur 7 : Partie 3/3

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine