AKIRA 2022 : Mystères et questionnements autour d'une candidature atypique

La course aux présidentielles est bel et bien lancée. Rumeurs quant à l’éventuelle candidature d'Eric Zemmour, primaire EELV ou tout le monde fait le même score -ah ces écolos !-, notre président qui drague les harkis… C’était sans compter sur cette candidature mystérieuse du mouvement AKIRA, annoncée dimanche lors d’une action impressionnante au musée Carnavalet, à Paris.

Ça faisait déjà plusieurs semaines qu’un certain milieu parisien bruissait d’une rumeur concernant la campagne des présidentielles désormais ouverte. Des affiches au couleur du mouvement avaient fleuri en quelques jours sur les murs franciliens. Simples, claires et efficaces. Un seul message : “Rejoins la révolution”, décliné en mode polyglotte, avec au centre, un numéro de téléphone. Bref une invitation. 

Les affiches Akira se multiplient dans la rue depuis quelques jours Les affiches Akira se multiplient dans la rue depuis quelques jours

Le jour tant attendu, même si personne n’était au courant, c’était ce dimanche 19 septembre. Akira y a présenté officiellement sa candidature pour l’élection reine de 2022 à l’occasion d’une action surprise impressionnante et franchement bon enfant. Entrés par effraction dans les jardins du Musée Carnavalet (lieu qui accueille la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ndlr), une petite centaine de militants a réussi en l’espace de quelques secondes à mettre en place un petit décor de campagne. Estrade, micros, et caméras. 

Déboule alors la candidate masquée depuis une coursive immense qui arrive du musée, entourée de 4 gardes du corps maintenant le public à distance. Tonnerre d’applaudissements, mise en scène travaillée, timing millimétré, costumes rétro-futuristes un brin chic, une horde de téléphone brandie pour capturer un peu de l’instant : tous les ingrédients sont réunis pour que cela soit sérieux. 

La candidate Akira rejoint les jardins avant son discours, escortée de près © Noman La candidate Akira rejoint les jardins avant son discours, escortée de près © Noman

La candidate a l’air tout droit sortie du futur et est dissimulée d’un simple masque en tissu. Le discours lui est radical. Bien qu’il reprenne les codes politiques traditionnels, on sent que celles et ceux qui sont derrière en ont gros. Ça transpire la jeunesse et la révolte.

Racisme, féminicides, écologie et questions climatiques, précarité et inégalités insolentes, drame des réfugiés : tout y passe et le tableau n’est pas reluisant . “Comme vous, le monde m’a déçu. Il n'a tenu aucune de ses promesses”. C’est peut-être là la première force de cette apparition. Tenter de créer du commun à partir du désastre en cours. “Non, vous ne me connaissez pas. Et pourtant, le même feu ne brûle-t-il pas dans nos pupilles ? Nous sommes les enfants d’une époque en flammes.” Applaudissements nourris. Une femme dans la foule se retourne vers moi et me lance : "Ca en jette hein?" Impossible de savoir si elle fait partie du groupe ou non. Tout autour, les badauds commencent à se lever, curieux. Difficile pour eux de comprendre ce qui se trame.

Un flou à l'image d'Akira. Pour l'instant, en guise de programme, un numéro de téléphone est affiché partout. A chaque fois, on tombe sur le répondeur : “Bonjour, merci d’avoir appelé Akira. Merci de t’être présenté à la révolution. Tu en sauras plus bientôt." Pour le reste, il faut aller à la pêche aux infos sur les réseaux sociaux. La mystérieuse organisation y a ouvert des comptes sur Twitter, Instagram et Facebook. Aucun site de campagne en ligne à cette heure. Mais sur les pages AKIRA, toujours le même mystère… Un numéro, du suspense et évidemment : 2022.

Difficile encore d’y voir clair dans cette candidature aux tons radicaux. Énième blague de militants en mal de sensation ou réel pas vers la “construction d’une force politique à la hauteur de l’époque” ? C’est probablement dans les prochaines semaines qu’on pourra y voir plus clair sur cette organisation. Affaire à suivre. 

 




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.