Un Poujade (Boujedi) à Carthage ?

Par Dr Amine Manai Kais Saïed est la version mise à jour du Poujadisme. Ennahda, le parti islamiste tunisien a fait du populisme de droite. Les gauchistes ont fait un populisme de gauche. Lui, il a fait simplement les deux. Le Poujadisme 2.0 s'invite à Carthage.

Loin des insultes, il suffit de revenir à l’origine de ce mot pour comprendre que Boujedi (mot tunisien)  vient du Poujadisme.                                  Un mouvement démagogue des années 50 populiste, conservateur, qui se prétendait protecteur du petit peuple en l’opposant au parlement et aux institutions, sans rien proposer de concret.

Et oui ! Kais Saïed est la version mise à jour du Poujadisme.

Le populisme est simplement l’opposition des masses aux élites : le peuple a toujours raison et même s’il se trompe il doit toujours avoir raison. Pourquoi le perdre en parlant de sujets qui risquent de le fâcher ?


Les islamistes pratiquent toujours un populisme qui crie au scandale de la perte de nos valeurs. Notre identité est en péril ! Notre morale est profanée ! Nos valeurs sont en danger ! Notre religion est piétinée !

On l’appelle simplement le populisme identitaire.

L’extrême gauche exploite un autre fonds de commerce. C’est son seul gagne-pain, nous devons l’avouer :
Les élus nous volent ! Les riches nous pillent ! Les intellectuels nous méprisent ! Tous les autres sont corrompus ! Et cette mondialisation qui nous colonise ? Hein ?

On l’appelle tout bonnement le populisme protestataire.

Morale de l’histoire, Ennahda, le parti islamiste tunisien a fait du populisme de droite.

Les gauchistes ont fait un populisme de gauche.

Lui, il a fait simplement les deux.

Le Poujadisme 2.0 s'invite à Carthage.

Dr Amine Manai

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.