Les amis de la génération Thunberg
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 janv. 2020

J.M.G Le Clézio: «Pour que les générations futures vivent dans un monde meilleur»

Le mérite de Greta Thunberg, et de tous ceux qui soutiennent son combat — rappelons nous le sens du mot écologie, la science de la maison, puisque le monde après tout est notre seule maison — c'est de nous placer devant cette urgence, cette absolue nécessité: examiner nos valeurs maintenant, faire nos choix sans plus tarder, décider nous-mêmes de notre avenir et de celui de nos enfants.

Les amis de la génération Thunberg
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher Bernard Stiegler,

Je vous remercie beaucoup de m'avoir invité à soutenir l'action de Greta Thunberg, et la votre, pour que les générations futures vivent dans un monde meilleur.

Je suis né a une époque ou cette préoccupation n'existait pratiquement pas. Particulièrement pour ceux de ma génération, nés pendant la deuxième guerre mondiale, la question qui se posait était plutôt d'ordre politique et social. Comment cette humanité (dans l'ouest de l'Europe, mais aussi au Japon, en Chine, et en Amérique du nord) allait-elle survivre à cette terrible crise de l'après guerre, et réussir sa transformation en un monde égalitaire et pacifique ? Cela ne signifiait pas que l'équilibre entre les dépenses humaines et les avoirs naturels était ignoré, mais qu'il passait au second plan, puisque la recherche du bien être individuel était l'objet, et que cela supposait la résolution de tous les problèmes par le progrès technique. Cela se comprend: les enfants de ma génération ont souffert des maladies qui aujourd'hui ont été éradiquées dans le monde développé. Nous étions des survivants.

Cela dit, non pour nous exonérer de nos responsabilités, ni pour nous atténuer nos erreurs, mais pour mieux comprendre le chemin parcouru depuis cette époque. J'ai moi même vécu après la guerre en Afrique de l'ouest, ou tout semblait inépuisable, les ressources, la vie naturelle, la capacité de progresser. Nous pouvions ressentir une certaine inquiétude, une indignation instinctive, quand, par exemple, nous visitions la demeure d'un District Officer en poste a Obudu, près de la frontière du Cameroun, lorsqu'il nous montrait avec vanité la collection de cranes de gorilles de montagne qu'il avait fusillés. Mon père, médecin de brousse dans la même région, répondait avec ironie aux touristes qui partaient en safari, que les seuls animaux dangereux de la région étaient les moustiques. Quarante ans plus tard, Peter Mathiesen a écrit un beau livre, Le silence de l'Afrique, pour faire état du désastre. Lorsque la jeunesse d'aujourd'hui se soulève pour réclamer des comptes, pour demander que l'on agisse — en cela Greta est la grande figure de ce temps — cela est non seulement justifié, cela est urgent et ne peut plus attendre les promesses des politiques.

L'argument que l'on oppose aux avocats de la décrue technocratique, qui sert a discréditer le mouvement écologiste dans son ensemble, est l'impossibilité d'un "retour en arrière", comme si le surdéveloppement et l'excès de consommation des ressources ne signifiait pas l'appauvrissement et l'arriération de la société moderne. L'autre argument, qui découle du premier, est que le développement  des pays non industrialisés — les pays qui justement procurent l'essentiel de la matière première au reste du monde — est lié a cette surproduction, et que toute réduction de cette production signifiera l'arrêt du progrès, et donc la rétrogradation de ces pays. Pis encore, les chantres du sur développement  mettent en avant la menace d'une rétrogradation des pays riches, les condamnant ainsi a retourner au niveau de sous développement des pays pauvres — ils donnent en exemple le PIB du Ghana ou du Vietnam, quand ce n'est pas celui des pays les plus pauvres de la planète, tels que Haïti ou le Mozambique. Les mêmes arguments servent aussi aux politiques pour défendre les situations de néo colonialisme, en comparant le niveau des anciennes colonies (les "outre mer" ou les 'territoires sous mandat" tels que les BIOT britanniques ou les dépendances françaises du Pacifique et de l'Océan Indien) à celui des états nouvellement indépendants, tels que Maurice ou le Vanuatu.

Dans cette argumentation, il n'est jamais fait mention des paramètres affectifs ou éducatifs qui serviraient mieux ces comparaisons, c'est-à-dire les éléments historiques (l’Age de ces nouveaux pays, leur histoire coloniale cruelle, l'ancienne sagesse de leur culture) et les éléments d'éthique — ces paramètres de bonheur et de partage qui apparaissent dans la classification des états selon Amartya Sen, et qui placent des pays tels que le Ghana, la Bolivie ou le Népal bien au dessus des grands systèmes impérialistes.

Le mérite de Greta, et de tous ceux qui soutiennent son combat — rappelons-nous le sens de du mot écologie, la science de la maison, puisque le monde après tout est notre seule maison— c'est de nous placer devant cette urgence, cette absolue nécessité: examiner nos valeurs maintenant, faire nos choix sans plus tarder, décider nous-mêmes de notre avenir et de celui de nos enfants. Cela s'appelle la vérité, tout le reste n'est qu'un vain discours, une chimère destructrice, une mascarade sans issue.

J.M.G Le Clézio

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois