Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

220 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2022

La méritocratie est post-démocratique et post-républicaine !

La méritocratie est post-démocratique et post-républicaine !

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La méritocratie est post-démocratique et post-républicaine !

E Macron a continué de tirer les élites néolibérales vers un système de plus en plus corrompu, prédateur, oligarchique et ploutocratique

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/010422/pris-lhabitude-dappeler-democratie-un-systeme-qui-est-oligarchique

Le 29 mai 2005 s'éloigne mais le peuple s'en souvient : il a été dépossédé de la démocratie par le "bloc bourgeois" cette alliance politique droite-gauche modérée (PS de la "fin de l'histoire") au profit de la gouvernance (lire ici Robert Joumard - ATTAC Démo) européenne et du maintien du pouvoir des banques et de la finance.

En effet depuis "Maastricht 1992-93" (lire 1) ce pouvoir des banques et de l'oligarchie bancaire et financière européenne a désormais 30 ans. Cette oligarchie particulière, en imposant un "autre droit" néo-capitaliste (celui de la liberté d'entreprendre et du concurrentialisme pour le dire vite ici) a cassé trois dispositifs : la démocratie (représentative), la République et l'Etat social d'après guerre (1946).

Ce ne sont donc plus, grosso modo, les élites des Trente Glorieuses qui sont au "sommet de l'Etat", tant pour la haute fonction publique - la HFP - que pour la classe politique .

La HFP a changé avec le néolibéralisme. Ce n’est plus la méritocratie des Trente Glorieuses (sélection des meilleurs, des élites, mais avec souci d'égalité sociale pour tous et toutes, sans sur-salaires de cupidité pour les élites). On n’est sorti sans trop s’en apercevoir car il s'agit d'un monde moins connu. Je n'ai pas lu ou relu un ancien prof comme Jacques Caillosse depuis quelques années ! Même le couple de sociologues Pinçon-Charlot ne s’est pas trop intéressé à eux, les hauts fonctionnaires. Ils ont visé plus haut encore : la haute bourgeoisie liée au capitalisme mondialisé. Mais sur Mediapart - avec de très bons journalistes - on trouve de bonnes recherches sur la nouvelle "Noblesse d’Etat" (terme de feu Boudieu - bible minimale sur le sujet de tout étudiant de science politique et de science administrative car les travaux nouveaux s'y greffent) de Mitterrand et du "post Mitterrand" . 

Il y a eu avec le pantoufflage et le retro-pantoufflage, ce qu’on pourrait appeler la "collusion lucrative et bourgeoise". Que reste-t-il alors du souci de l'intérêt général (du vieux droit administratif) différent de la recherche du profit propre au vieux droit commercial devenu droit des affaires dans les années 80-85 ?

La "nouvelle méritocratie" a désormais le souci de disposer d’un "statut élevé d’exception » , tant financier que de position de pouvoir et de commandement, et ce bien au-dessus non seulement de la société mais aussi de la République. Et c'est bien le problème qu'une vraie gauche doit affronter !

La République n’existe plus. Ils se sont mis au-dessus.

Christian DELARUE

De "Maastricht 92-93" au 29 mai 2005 : deux dates pour une mobilisation populaire.

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/290522/de-maastricht-1992-93-au-29-mai-2005-deux-dates-pour-une-mobilisation

Base à poursuivre, à enrichir pour se mobiliser !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida