Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2012

Fin des négociations du traité sur le commerce des armes : bilan mitigé

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le dernier Comité préparatoire du traité international sur le commerce des armes (TCA) s’est achevé vendredi 17 février. Non sans douleur. C’est au forceps que les États participants ont arraché un accord sur le règlement intérieur qui encadrera la tenue des discussions dans le cadre de la conférence diplomatique de juillet.
Les derniers jours du Comité ont vu l’activisme forcené du Mexique s’imposer afin qu’un règlement soit adopté en conformité avec leurs attentes. Leur idée est de contrer toute influence négative potentielle des États-Unis sur le processus de négociation. Le dernier jour des discussions, l’ambiance était électrique. En l’absence d’un accord, aucune session formelle n’a eu lieu avant 17h. Les négociations se sont achevées dans la cafétéria des Nations unies, les mexicains rédigeant sur un bout de table un texte de règlement qui aurait leur assentiment. L’ensemble des participants était littéralement suspendu aux lèvres du Mexique.
Il a été finalement décidé que la prise de décision lors de la conférence de juillet se ferait au consensus de bout en bout, de la rédaction du texte du traité à son adoption finale. Ce mécanisme assombrit un peu plus l’avenir alors qu’il y a urgence à sauver des vies en adoptant un traité international sur le commerce des armes ambitieux. Plusieurs bémols à ce bilan inquiétant. Tout d’abord, les questions de procédure sont réglées, ainsi la conférence diplomatique pourra commencer dès le 2 juillet et traiter du fond sans attendre. La conférence pourra s’appuyer sur une proposition de texte de traité (« non paper ») qui rassemble une grande partie des recommandations des ONG, dont celles relatives à la protection des droits humains et du droit international humanitaire, rédigé en juillet 2011. Enfin la présence des ONG est aussi confirmée tout au long de la rencontre.

Roberto García Moritán (au centre) préside le Comité préparatoire ©A. Elluin

Tout au long de cette semaine de négociations, les ONG se sont activement mobilisées. Près d’une centaine de représentants de la société civile du monde entier étaient présents à l’image de la délégation d’Amnesty International. Leur rôle : profiter de chaque instant pour faire du lobbying auprès des États participants afin de les sonder sur leur position et de les convaincre du bien fondé de nos recommandations. Les discussions se faisant dans la salle principale, dans les couloirs, à la cafétéria... Les ONG ont également été très présentes sur les relais sociaux, twittant en direct des discussions pour reporter en temps réel l’état des discussions, publiant vidéos et documents.
Amnesty International a également organisé le 14 février un événement parallèle entre deux sessions plénières pendant lequel Oscar Arias, ancien président du Costa Rica et Prix Nobel de la Paix, a rappelé avec émotion les conséquences meurtrières d’un commerce des armes dérégulé, fondement de notre action.

Cependant, à l’instar de la communauté internationale, les acteurs non étatiques ne constituent pas un front uni. Parmi les grands détracteurs d’un TCA, il y a la National Rifle Association des États-Unis. Et elle n’est pas la seule. Ainsi, quand certaines ONG soutiennent un traité incluant le plus grand nombre d'équipements militaires et de maintien de l'ordre, d'autres organisations cherchent au contraire à exclure certaines armes du champ du traité. Il en va ainsi de la World Forum on the Future of Sport Shooting Activities (WFSA).
Le mercredi 15 février les ONG avaient à leur tour droit à la parole devant les États participants. La WFSA, qui représente un million de chasseurs et tireurs sportifs ainsi que les fabricants d'armes et de munitions, a exhorté les États à exclure du traité les armes à feu civiles et leurs munitions. Or, les recherches d'Amnesty International ont montré que ces armes servent notamment dans les actes de répression comme en Égypte lors de la révolution (munitions de chasse, entre autres). Dans ce sens, le directeur de la coalition Contrôlez les Armes, Jeff Abramson, a remis en perspective l'enjeu du traité, dans son intervention, en s’appuyant sur le rapport d’Amnesty International : « Les transferts d'armes à destination du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Enseignements en vue d'un traité efficace sur le commerce des armes ».

En définitive, la vigilance est de mise tout autant vers les États opposés à un traité (Russie, Chine, Pakistan, Syrie, Egypte, Iran…) que vis-à-vis des organisations comme la WFSA qui font du contre-lobbying.
L’ampleur de la tâche qui attend les ONG comme Amnesty International d’ici la rencontre de juillet reste conséquente pour protéger tous ceux qui souffrent de la violence armée. Comme l’a indiqué Susan Waltz de la section étasunienne d’Amnesty International : « Les diplomates engagés dans ce processus ont l’opportunité d'instaurer des principes contraignant le commerce d’engins meurtriers, tout en permettant aux États de pratiquer un commerce légitime et de satisfaire leurs besoins légitimes en termes de sécurité. C’est une opportunité et un défi. »

Par Aymeric Elluin, envoyé spécial d’Amnesty International France.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik