Amoureux Au ban public
Mouvement pour la défense des droits des couples binationaux
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2020

Couple binational : 6 ans d’anxiété

Laura italienne et Franck étudiant camerounais se rencontrent en 2010. En 2012, le titre de séjour de Franck n’est pas renouvelé, il devient clandestin. Ils vivent pendant 6 ans, la peur au ventre.

Amoureux Au ban public
Mouvement pour la défense des droits des couples binationaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2010, Laura italienne, étudie l’histoire dans son pays. Elle rencontre Franck étudiant camerounais de 25 ans. Ils se plaisent, apprennent à se connaître. La vie est belle !

En 2012, alors qu’elle arrivait chez lui, Laura découvre un courrier de la préfecture signalant que le titre de séjour de Franck n’est pas renouvelé, il doit quitter l’Italie. « Je ne connaissais rien aux papiers, avoue Laura. C’est la catastrophe, je suis effondrée. »

Franck devient clandestin, cherche avec difficultés du travail. Laura continue ses études : « Dès que Franck sort, s’il ne répond pas au téléphone, je deviens folle. Nous passons la quasi-totalité de notre temps à chercher des solutions. Je cache la situation administrative de Franck à mes parents, à mes amis. Ils ne comprennent rien à ce que je leur explique et cette situation est tellement inquiétante pour nous ! Comment l’expliquer aux autres ? »

Franck décide de quitter l’Italie clandestinement pour tenter sa chance en France où il a de la famille. Il ne veut pas inquiéter Laura, il ne la préviendra qu’une fois arrivé de l’autre côté de la frontière. Elle finira par apprendre son passage par un texto.

Elle décide de terminer son Master en Italie. Pendant 2 ans, elle vient le retrouver durant ses périodes de congé. Ignorant le français, elle l’apprend vite dans la famille de Franck. En avril 2016, son diplôme en poche, Laura décide de s’installer chez la tante de Franck en France. Un petit appartement pour 5 personnes, la promiscuité est grande. Elle cherche du travail, en trouve rapidement dans la restauration. Elle continue de parfaire son français. Les mois passent, Franck vit toujours dans la clandestinité, ils ont la peur au ventre.

Fin 2016, un de leurs amis leur envoie la photo de l’entrée de la Fasti dans le 11e arrondissement, avec les horaires de la permanence juridique des Amoureux au ban public (ABP).

Tous les deux, ils viennent un jeudi soir 58 rue des Amandiers pour chercher des informations.

« Nous ne voulions pas spécialement nous marier, nous voulions simplement continuer à vivre ensemble. Nous finissons par comprendre au fil du temps que le mariage serait vraisemblablement la seule solution pour permettre à Franck d’obtenir un titre de séjour »

En juin 2017, ils se marient et ne rencontrent aucune difficulté à la mairie.

Depuis 5 ans, Franck est dans l’illégalité, ils n’en peuvent plus !

Il passe son temps à se cacher pendant que Laura ne lâche pas son téléphone une seconde.

Pour l’obtention d’un titre de séjour pour Franck, il faut préparer le dossier pour la préfecture, fournir un justificatif de domicile aux 2 noms. Or, Franck n’a pas le droit de travailler.

Comment trouver un propriétaire qui accepte de faire un bail à un sans-papiers ? Comment payer un loyer quand l’État vous interdit de travailler ?

En décembre 2017, leur pugnacité finit par l’emporter, ils trouvent un petit appartement en banlieue grâce à des amis.

Soulagé, Franck va à l’accueil de la préfecture dont il dépend pour prendre un rendez-vous pour déposer son dossier de demande de titre de séjour. Ceux-ci ne se prennent que par internet, uniquement le lundi à 10 heures. Le site est régulièrement bloqué. Pendant 8 semaines, Franck fait des captures d’écran pour prouver qu’il lui est impossible de s’inscrire. Il continue de se rendre à la préfecture pour expliquer son cas, avoir des conseils. La situation piétine. Il est démoralisé.

Laura est furieuse et décide d’y aller un matin à 5 h 30 pour être certaine d’être reçue et pouvoir ensuite regagner son travail.

Ils sont mariés depuis 9 mois.

Elle apprend qu’ils peuvent prendre un rendez-vous sur place en contournant internet, seulement 10 tickets sont attribués par jour !

Pourquoi cette information n’a-t-elle pas été donnée à Franck ? Parce qu’il est camerounais ?

Dès le lendemain, ils reviennent à 5 heures du matin pour obtenir l’un des 10 tickets qui leur permettra de prendre un rendez-vous pour déposer leur dossier.

20 personnes sont déjà arrivées.

Leur dossier est parfait, mais ils sont très inquiets. Ils attendent des heures et finissent par chance à obtenir un rendez-vous pour mai.

Mariés en juin 2017, ce n’est qu’en mai 2018 qu’ils arrivent à déposer leur dossier de première demande.

« Quand nous sommes arrivés le jour du rendez-vous à la préfecture, nous étions très stressés. À l’appel de notre numéro, je me sens nerveuse. Que va-t-il encore se passer ? L’accueil est froid, l’employée nous regarde à peine. Elle travaille comme une machine, nous ne sommes pas des humains mais un simple dossier. Le contrôle dure une quinzaine de minutes. Elle nous tend un récépissé de 3 mois qu’il faudra d’ailleurs faire prolonger ».

Ce n’est qu’en septembre 2018 que Franck obtient son premier titre de séjour d’1 an, éventuellement renouvelable !

« Selon le droit européen, ajoute Laura, puisqu’il s’agit dans notre cas d’un mariage qui unit une Européenne à un étranger hors UE, le titre de séjour devrait être de 5 ans. Pourquoi Franck n’a-t-il obtenu qu’un titre de séjour d’1 an ?

Pendant 6 ans la vie a été vraiment très difficile.

Vivre pendant 6 ans près de son téléphone dans l’appréhension constante des mauvaises nouvelles, c’est totalement insupportable ! »

Les Amoureux au ban Public, collectif Ile-de-France, février 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin