ampariente
Ecrivain, éditeur, chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juil. 2020

Au secours de l'épargne des retraités

Des retraités pris en étau entre les gestionnaires de leur épargne et le Covid19. La directive Mifid II peut leur venir en aide.

ampariente
Ecrivain, éditeur, chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les conséquences économiques désastreuses du confinement ne font que commencer. Les petites et moyennes entreprises en paient les frais ; les salariés sont durement touchés. L’État vole au secours des acteurs économiques, déployant aides et compensations inédites. Et les retraités ? Ils sont les victimes silencieuses d’une crise qui a fait fondre leur épargne, sans que cela ne semble intéresser quiconque.

En effet, certaines banques ont l’habitude de faire pression sur leurs clients, surtout les novices en matière de gestion de patrimoine, à leur déléguer la gestion de leur épargne. Les professionnels de la gestion de l’épargne ne se soucient pas outre mesure de leurs besoins ni de leur capacité à résister aux grandes secousses financières.

Lors de la crise du Covid19, les actions comme les unités de compte des assurances-vie se sont effondrées, réduisant substantiellement les économies de ceux qui ont fait confiance à leur banquier. Ils n’ont pas toujours été avertis des risques encourus, particulièrement en période de crise.

Or, la directive européenne, la Mifid II, adoptée par le Parlement français, oblige les banquiers à évaluer réellement la résilience financièreh de leurs clients, et tout particulièrement les retraités plus fragiles par nature, aux chocs boursiers. La loi oblige donc le banquier à tester et faire remplir et signer par ses clients un formulaire, dit profil d’investisseur.

Lorsque la banque ne respecte pas la Directive européenne Mifid II, sa responsabilité est sans aucun doute engagée, lors d’une débâcle boursière. Elle est d’autant plus coupable si elle ne tient pas les épargnants au courant de la situation ni ne leur fait part de conseils sur la conduite à tenir. Le client paie pour la gestion de ses fonds, forfaitairement ou au pourcentage. Le gestionnaire a donc un devoir d’information et de suivi. Sinon, pourquoi utiliser les services d’un professionnel si celui-ci brille par son absence pendant la tempête ?

La nouvelle version de l’article L. 541-8-1 4° du Code monétaire et financier issue de la directive MIFID II rappelle explicitement que le conseiller en investissements financiers est dans l’obligation d’informer ses clients ou investisseurs potentiels.

Il doit préalablement formuler, comme nous l’avons vu plus haut, le profil d’investisseur de son client : son expérience financière, ses connaissances en matière de placement, les risques qu’il est prêt à assumer, le choix des supports financiers et ses objectifs. Au bout de cet exercice, le conseiller fait des propositions à son client.

Ajoutons qu’en matière de courtage, la Cour de Cassation a jugé que l’intermédiaire qui commercialise un contrat d’assurance-vie doit s’enquérir des objectifs et des expériences du client, ainsi que de sa situation financière et lui proposer des placements plus adaptés. (Cass. Com., 22 mars 2017, n° 15-21817).

Les contrats d’assurance-vie ne peuvent être traités à l’égal des autres produits financiers ; leur nature juridique est spécifique. La Cour de Cassation a rendu la norme juridique plus lisible, et c’est bien là son rôle majeur.

Il est donc de plein droit de chacun des investisseurs, surtout les retraités, peu avisés dans ce domaine, de réclamer les pertes subies à la suite d’une crise, telle que celle du Covid19. Surtout, si le « profil d’investisseur » n’a pas été rempli et, quand ils ont été entraînés, malgré eux, et sans le moindre regard sur le suivi de la gestion de leurs fonds, dans des investissements risqués.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille