ONU, triste suite

Emmanuel Macron a donc déclaré, devant des millions de français, que "C’est la communauté internationale qui est intervenue (…) Nous avions la pleine légitimité pour intervenir dans ce cadre".

Le Président de la République s'arroge donc le droit de définir la "Communauté internationale", en l'occurrence réduite à trois membres du Conseil de sécurité, tous trois occidentaux. Il redessine à lui tout seul le droit international et les règles du recours à la force définies par la Charte des Nations-Unies. Mesure-t-il le danger de ce type d'attitude qui a conduit autrefois à la disparition de la Société des nations ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.