Voulez vous savoir qui va payer?

Le gouvernement ne semble pas inquiet de la dette qui enfle, des déficits qui se creusent. Conversion? Non, non mais stratégie.

Et oui chers citoyens contribuables, on rase gratis maintenant : chômage partiel, plans de relance, aide aux entreprises, réduction de l'impôt sur les sociétés, budgets des ministères en hausse...L'épisode "gilet jaunes" avait déjà permis de trouver d'un coup d'un seul, grâce à Manu le magicien, 17 milliards. Et puis l'Europe est là on va hériter de 40 milliards au titre du plan de relance...Mais en rembourser 67 fautes de ressources propres à l'Europe, particulièrement la taxation sur les transactions financières. Bref tous les robinets déversent des bons crus.

Bon mais il va y avoir un moment où la cour des comptes, les organismes de notation, le FMI vont dire stop.

D'autant plus que les recettes nouvelles y' en aura pas : pas de revirement sur l'ISF, pas de nouvelles taxations des hauts revenus, continuation de l'appauvrissement de la sécurité sociale par tout un tas d'exonérations (qui n'ont pas grand effet sur l'emploi) non compensées. Et je sais que j'en oublie beaucoup.

Bref quand un état est pauvre et criblé de dettes il vend le bien commun.

Ce sera la santé, l'école, comme il a vendu les autoroutes, le service de l'eau, l'énergie. Et là aussi j'en oublie.

Mais toutes ces ventes ne sauront pas une surprise pour nos gouvernants : c'est une stratégie: "On a aidé la crise maintenant nous n'avons pas d'autre solutions que de faire appel au privé" . Mais au fait pourquoi le privé a les moyens et pas l'Etat?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.