Un Pavé dans la fourmilière des couples

Avant-hier :

Les couples durant la Gaule :

Du temps de la Gaule aux 433 États , tout appartenait à chacun et chacun appartenait à tous pour une raison bien simple : l’inexistence de la Notion de Propriété .

Respect stricte des lois établies entre eux sur parole et en vertu des coutumes locales sous l’autorité du chef coutumier démocratiquement élu .

Selon et avec quelques pièces de monnaies locales , le troc était à la base des échanges .On ne parlait pas encore de commerce .

La notion de ‘’propriété ‘’n’existant pas , les couples se tricotaient et de détricotaient au gré des sentiments . En cas de rupture la loi prévoyait que l’enfant reste avec sa mère . Si par la suite des enfants naissent de compagnons divers , ces enfants prennent d’autorité le nom du premier mari ..celui qui à défloré la mère. Ainsi pas de petits bâtards d‘Anges .

Hier:

Avec l’arrivée des Romains , s’est installé l’outil monétaire, le mercantilisme , le matérialisme l’individualisme , et en particulier la notion de Propriété d’où la nécessité de créer un dispositif légal ou Mariage qui fixe un statut du couple face à lui même , à la société , à sa descendance au sein de l’existence d’un patrimoine que chacun apporte et auquel il en associe un autre , le statut de Divorce en cas de rupture du couple .

Ce processus a fonctionné avant et après 1789 jusqu‘à nos jours.

Des impératifs issus de l’accélération de la Mondialisation et de son Économie de Marché , il a été constaté une déliquescence dans l’harmonie de couples d’où des Divorces . Réapparaît donc comme au temps des Gaulois , la libre liaison ou la famille reconstituée se retrouve autour d’une table avec des ’’enfants-frères-mais-portant-des-noms-différents avec ce que cela entraîne comme points d’interrogations dans l’esprit des gosses . Ce qui n’était pas le cas chez les Gaulois !

 Cependant , quelqu’en soit la situation ces enfants sont issus d’un couple Homme/Femme . Mariés ou pas , la société fonctionne ainsi depuis la nuit des temps en concordance avec des valeurs qui constituent les piliers de nos fondamentaux .

 Aujourd’hui:

Or Il s’avère qu’il soit actuellement projeté l’idée et à la surprise de tous de déstabiliser ce passé . Précipitation et détermination sont constatées dans un contexte qui supposerait d‘autres priorités .

Ils s’agirait en effet de créer , outre la forme de Mariage Homme /Femme existante pour notre procréation , le Mariage Homme /Homme et le Mariage Femme/Femme .

 C’est un pavé lancé sur une fourmilière et pour cause mal accueilli parce que dépassant l‘entendement général , d’où ces imposants mouvements de masse !

 Cependant il ne nous aura pas échappé pour des raisons qui peuvent se concevoir chez ceux qui les soutiennent, que le fait d’être embarqué dans le train débridé de la Mondialisation , suppose dés lors l’obligation d’en accepter les contraintes en regardant son avenir pavillon haut , avec interdiction de se souvenir du passé .

 Ce passé est chose susceptible de nuire aux esprits chagrins et à l’Économie de Marché qui , constations faite est en panne par manque de carburant ..En clair on manque d’argent : sa procréation est en baisse et il s'agirait d'y remédier   en créant de nouveaux fonds de Commerces .

En effet , chez les futurs couples stériles une fois légalisés , il va cependant s’ensuivre la logique de descendance associé au renouvellement du genre humain . Pour se faire il apparaîtra donc , de gré ou de force ou à moins de miracles , l’obligation d’avoir recours avec monnaie sonnante et trébuchante , à un  circuit du Marché  de la Procréation .

Trait de Génie économique surtout par temps de vaches maigres, source intarissable de revenus : c’est comme le Pain de tous les jours , des Bébés il en y en faudra toujours !,

 Pour changer de peau , les Hébreux sont restés quarante ans dans le Désert pour abandonner en cours de route un passé de siècles d’esclavage en Égypte, afin de faire peau neuve et de se refaire avant d’atteindre une Terre Promise .

 Quant à nous, il en est de même. On arase le passé pour aussi changer de peau , comme le veut ce monde qui évolue .

Sans racines ni repères , la boussole ne sert plus à rien.

Heureusement qu’à l’insu de notre plein gré , celle du Train de la Mondialisation s’en charge pour donner  ce cap mystique qui nous mènera sans faillir et à coup de boutoir ...sur les rails du voyage vers  notre la Terre Promise .

EN CONCLUSION

Dommage pour ceux qui voyagent à l’arrière en troisième classe …car c’est à eux qu’il est fait appel avec leur Bleu de travail , pour pousser le convoi quand il est en panne ! En milieu de train  , sont les Directeurs en cols Blancs dogmatiques ou hommes de plume  formatés et formés   en école spéciale  d'Etat . En tête de convoi sont les gens d‘armes bardés de Rouge, avec pour missions d’ouvrir  les  routes  de conquêtes tout en assurant la protection du convoi des dangers provenant de l’extérieur et aussi….de l’intérieur !

Le monde ne se refait pas .  Jules César n'est pas mort !

Nota :Comme le disait derniérement un des conseillers de Président de la République sur une Chaine Télé bien connue :  "  Heureusement de l'arrivée de Jules César ! Que serions-nous devenus avec 'ce' Vercingérorix ? "" ? Choquant ! Facile  d'effacer  le passé de la France d'autant que ce notable de Monsieur   vient d'arriver de Hongrie,  ou d'un de ces pays de l'Est  .  Trois  Gaulois sur cinq ont été trucidés  par l'envahisseur romain. Ils doivent   se retourner dans leur tombe , aujourd'hui piétinée  par l'arrogance  d' un gamin de Hongrie .

Vercingérorix  , à qui il avait été  promis la vie en déposant son  sabre aux pieds de César , s'est vu  transporté dans la Rome des Empereurs  ou il a croupi cinq ans dans la vernine derriére des bareaux de barbares . Rien d'étonnant que celà hérisse le poil de ses fils ,  car il en reste et il est certain  qu'il  ont pour lui  la mème considération légitime ,  que d'autres en ont pour Abraham .

.André Herrou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.