AndréMarchal
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2019

CENSURE CONTRE L'UPR : François Asselineau exclu du débat du 23 mai 2019 sur BFMTV

BFMTV refuse d'inviter François Asselineau au débat du 23.05.2019 pour la clôture des élections européennes.

AndréMarchal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LE DEBAT DE CLÔTURE DES EUROPEENNES SUR BFMTV DU JEUDI 23 MAI 2019 ET L’EXCLUSION DE L’UPR

La partialité de BFMTV devient grotesque : l’exclusion du débat de M. François Asselineau revient à faire passer pour une idée d’extrême-droite toute volonté des électeurs français de sortir de l’UE. Une fois de plus cette chaîne, en refusant de donner la parole au principal opposant au régime de Macron, non seulement se déshonore et déshonore le journalisme, mais aussi vient confirmer le régime dictatorial et de censure dans lequel la France est en train de sombrer.

Le CSA, qui cette fois encore, se lave les mains de la requête de François Asselineau, tel un Ponce Pilate des temps modernes, confirme cette course à l’abîme et déshonore lui aussi sa fonction.

Qu’on se souvienne : lorsque Charles de Gaulle revient aux affaires en 1958 en pleine guerre d’Algérie, il rétablit la liberté de la presse tous azimuts. Naturellement il a dès lors été critiqué, à bon ou à mal escient, peu importe, mais il n’a pas cherché à « casser le thermomètre » comme sont en train de le faire les apprentis censeurs à la botte de Macron, lequel joue bel et bien le rôle abject du dictateur commanditaire.

On veut ainsi faire croire aux Français que le petit Florian Philippot, sans foi ni loi puisqu’il a successivement proposé une alliance à un anti-Frexit (Nicolas Dupont-Aignan) et au seul vrai pro-Frexit (François Asselineau justement), représenterait dignement et légitimement la ligne qui prétend incarner la sortie de l’Union Européenne. Or Florian Philippot a 10 ans de retard sur l’UPR de François Asselineau. Florian Philippot est une girouette qui veut simplement un siège de parlementaire européen pour en tirer les avantages alors même que lui-même ne sert à rien. Le rejet brutal par Nicolas Dupont-Aignan et par François Asselineau montre bien de quel type de farine avariée est fait Florian Philippot : le déshonneur à l’état pur.

Et comme si ce n’était pas assez, Florian Philippot est l’eurodéputé le moins assidu de tout le Parlement européen en-dehors de JM. Le Pen. Il ne travaille pas du tout en commission, il n’honore pas son mandat. Mais c’est bien cet homme-là que BFMTV invite au débat.

A l’œuvre on connaît l’artisan. François Asselineau continue sa route sans se décourager jamais, et force ainsi l’admiration de ses 37420 adhérents (au moins 10 fois plus nombreux que les partisans de Philippot).

Le peuple français finira, tôt ou tard, par prendre conscience de la tricherie de BFMTV et de Florian Philippot. La France sortira de l’UE et ce sera sous la conduite de l’UPR, pas dans le désordre proposé par un aventurier avide de prébendes et d’immunité parlementaire.

André Marchal, Charente-Maritime

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum