Logiciel immobilier et travail en agence : pourquoi la dématérialisation des outils est en marche ?

Le constat est celui-ci : le monde des affaires est l’objet d’un perpétuel changement, et celui de l’immobilier l’est davantage. Le magazine en ligne de référence Immobilier2.0 spécialisé en webmarketing immobilier a publié une série de textes permettant de mesure l’impact de la dématérialisation des outils dans l’immobilier. Pour continuer d’exister, toute agence immobilière doit s’adapter aux nouvelles pratiques. C’est dans le cadre de ce besoin de renouvellement que s’inscrit la digitalisation du travail des professionnels de l’immobilier. Comment le cloud computing permet de répondre à cet impératif ?   

Le cloud computing : une technologie dans l’air du temps

Ce n’est plus un luxe pour les entreprises que de se tourner vers les nuages ! Il s’agit plutôt d’une obligation à double portée. En se créant un espace cloud pour le fonctionnement d’une structure, on améliore ses performances. Et il n’est nullement besoin d’étendre le cadre de travail. Être plus compétitif et accroître son chiffre d’affaires, voilà les résultats de la mise en œuvre d’une telle disposition. Exploiter les solutions offertes par le cloud computing constitue donc une pierre de touche de modernité, que les entreprises n’entendent pas se laisser compter.

Ayant compris le caractère incontournable du cloud, certains grands groupes américains s’y investissent à coup de milliards de dollars. On le constate à la lumière des investissements qu’ils ont effectués en 2014. Ainsi, IBM a augmenté les siens de 48 %. Google n’entend pas rester à la traîne en élevant ses investissements dans le secteur à 81 %. Mais l’entreprise qui bat tous les records en termes de capitalisation sur le cloud est sans contredit Microsoft, avec une croissance de 96 %. Pour aller plus loin, faites le point avec cet article de Zdnet.

Les retours sur investissements attendus par ces grandes entreprises sont considérables. Et nul ne doute qu’il ne faut pas louper le coche. Et voici ce que vous gagnerez en reliant votre logiciel au cloud.   

Le Cloud, à quoi ça sert ? © UFC-Que Choisir

Connecter son logiciel immobilier au cloud : une nécessité vitale

À l’heure actuelle, un programme de gestion immobilière est appelé à répondre impérativement à certaines caractéristiques. Sans cela, ce programme ne pourra pas faciliter l’atteinte des objectifs qui sont ceux d’une agence immobilière :

  • Faciliter le travail de l’entreprise
  • Faire mieux et beaucoup en peu de temps
  • Traiter des dossiers sans être en agence
  • Proposer un suivi de dossier complet

Du coté des utilisateurs, les systèmes de travail actuels doivent offrir une expérience agréable. Que ce soient des vendeurs, des acheteurs ou des prospects en général, les usagers d’un logiciel de gestion immobilière doivent :

  • Bénéficier d’un espace de travail agréable et ludique
  • Profiter de services instantanés
  • Avoir accès à des services sur des supports numériques dans la gestion de leur patrimoine.

Pour atteindre ces objectifs, il faut exploiter un outil de gestion au maximum de ses caractéristiques. Et il n’y a que par une connexion au cloud computing que cela puisse se faire. Comment ? Par le recours aux solutions proposées par des plateformes à l’instar de Lockimmo, Ics ou encore le logiciel immobilier Beyat.

Le petit plus : opter pour une solution en « responsive design » qui permette d’accéder à toutes les fonctionnalités depuis n’importe quel terminal (smartphone, tablette ou ordinateur).

 

Le cloud computing est plus une nécessité qu’un luxe pour les entreprises aujourd’hui et 2015 s’annonce comme étant une année charnière dans la dématérialisation des outils de travail dans tous les domaines. Sans surprise, les agences immobilières ont grand besoin de s’y mettre, elles aussi, pour une gestion interne facilitée, une proposition moderne et qualitative aux clients, en un mot, pour assurer leur pérennité. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.