Numéros surtaxés : pensez à l'annuaire inversé !

Annuaire inversé : la réponse aux arnaques par téléphone. L’annuaire inversé, mis en place depuis 2014 à l’initiative des opérateurs de communication est la réponse face au problème d’arnaque par téléphone.

Conçus à la base pour les entreprises  ou les administrations, ces lignes professionnelles engagent un surcoût lié soit au prix de l’appel, soit au service auquel ce dernier donne accès.

On les appelle les numéros SVA pour Service à Valeur Ajoutée et ils sont plutôt faciles à reconnaître. A 10 chiffres et commençant par 08, à 6 chiffres commençant par 118 ou encore à 4 chiffres, débutant par 3 ou 1. Ces numéros surtaxés sont très mal perçus des utilisateurs de la téléphonie, agacés de voir leur facture téléphonique exploser sans comprendre pourquoi.

Car les numéros SVA ont très vite été détournés de leur fonction initiale par une minorité d’acteurs malveillants. Ils ont pu grâce à ces numéros payants monter plusieurs sortes d’arnaques par téléphone, SMS, etc.

Heureusement, la réglementation en la matière s’est renforcée et les associations de consommateurs et de professionnels se sont mobilisées. Leur solution face à l’arnaque : l’annuaire inversé.

L’annuaire inversé, une réponse aux arnaques téléphoniques

Face à la montée de ces arnaques téléphoniques, les opérateurs de communication et les éditeurs eux-mêmes ont tenté de résoudre le problème.  Après concertation, l’idée de créer un annuaire inversé est apparue comme solution. Depuis, plusieurs modèles ont fait leur apparition sur le web, comme le site 118816, par exemple.

Le principe est le même que pour un annuaire classique. La différence ici : vous avez le numéro et vous souhaitez savoir à qui il appartient. La méthode, qui demande un ensemble de procédés techniques, permet ainsi de remonter la piste de ces faux numéros SVA conçus pour des escroqueries.

Conformément au texte de loi promulgué en 2014 (surnommée loi Hamon) pour lutter face à cette forme d’arnaque, l’annuaire inversé est mis à disposition de tous gratuitement. Marque d’une volonté de transparence.

Les opérateurs de télécommunication se sont donc regroupés avec les éditeurs pour créer l’association Service à Valeur Ajoutée + (SVA+) et proposer ainsi leur service gratuitement pour faire barrage aux escrocs. Une lutte fastidieuse, au regard de l’inventivité dont ils font preuve.

Retrouvez plus d’informations sur l’annuaire inversé sur ce site.

Astuces pour repérer une arnaque téléphonique d’un vrai SVA

Les arnaqueurs redoublent d’efforts et de créativité lorsqu’il s’agit de mettre en place de nouveaux traquenards. Voici une liste de comportements louches, dont il faut se méfier pour éviter de faire grossir votre facture téléphonique.

Premier piège téléphonique assez répandu, mais connu de tous : l’appel en absence. Votre téléphone sonne, à peine le temps de décrocher que  l’interlocuteur a raccroché. Vous vous dites que la personne pensait que vous étiez occupé, ou que la communication a été coupée. Ne voyant pas le mal, vous rappelez le numéro : le piège s’est refermé, vous êtes victime d’une arnaque.

La solution : ne rappelez jamais à la suite d’un appel en absence ou d’un SMS reçu de la part d’un numéro SVA. Mais les truands ne s’arrêtent pas là et s’améliorent toujours dans leurs techniques d’escroquerie.

Dernière en date : le SMS de votre opérateur. Certains opérateurs ont pour habitude d’envoyer des textos à leurs utilisateurs pour les informer par exemple de l’état de leur forfait, d’une offre promotionnelle ou encore parfois pour signaler l’envoi d’un MMS.

Ce type de piège consiste donc à imiter le message d’un opérateur : on vous indique qu’un de vos contacts a tenté de vous envoyer une photo ou une vidéo via MMS. Pour pouvoir y accéder, vous devez téléphoner au numéro indiqué dans le SMS, qui fait évidemment partie de la liste des numéros SVA.

Quelques minutes à patienter sur un répondeur enregistré qui vous indique que vous serez bientôt en relation et pendant ce temps, vos euros partent dans la poche d’un escroc.

Appréciez l’inventivité de ces personnes malhonnêtes en consultant leur dernier piège révélé sur ce site.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.