Les armureries, sont-elles accessibles à tous ?

Les armureries désignent les boutiques dans lesquelles il est possible d’acheter des armes à feu. Ces boutiques peuvent être physiques, ou en ligne. Dans les deux cas, elles suivent les mêmes règles, et ne peuvent vendre leurs armes que sous certaines conditions. Alors quelles sont les règles d’accès à ces magasins d’armement ?

Les armureries désignent les boutiques dans lesquelles il est possible d’acheter des armes à feu. Ces boutiques peuvent être physiques, ou en ligne. Dans les deux cas, elles suivent les mêmes règles, et ne peuvent vendre leurs armes que sous certaines conditions. Alors quelles sont les règles d’accès à ces magasins d’armement ?

Libre accès aux armureries pour tout le monde ?

La règle de base est on ne peut plus claire : tout le monde peut rentrer dans une armurerie, ou visiter un site de vente d’arme en ligne. Il n’y a aucune limitation d’âge à l’accès dans l’un de ces magasins, afin de regarder les armes ou d’accompagner quelqu’un venu effectuer un achat, par exemple d’une arme pour le tir sportif. Les limitations se mettent en place au moment d’acheter l’arme en question, selon la catégorisation effectuée par la loi française.

Cependant, certains magasins décident de refuser l’accès à des catégories de personnes. C’est le cas de certaines boutiques de Paris, qui décident de refuser l’accès de leur lieu de vente à tous les mineurs sous prétexte que la fascination qu’exercent les armes à feu sur les adolescents ne doit pas devenir morbide.

Il faut aussi savoir que si l’accès à ces boutiques est généralement libre, il vient à certaines conditions. Les vendeurs peuvent par exemple exiger de voir votre carte d’identité alors que vous visitez leur magasin, et peuvent vous en refuser l’accès. Les fichés S peuvent se voir l’accès aux armureries refusées, où bien leur entrée dans la boutique sera notée, qu’ils essayent d’acheter quelque chose ou pas. Ils ne sont bien sûr pas autorisés à acheter une arme à feu.

Catégorisation des armes

Si l’accès aux armureries est généralement accepté pour tous, la vente d’armes est soumise à des conditions très strictes. Pour la comprendre, il faut tout d’abord saisir la catégorisation française des armes à feu. Elles se divisent en 4 catégories, désignées par les lettres A, B, C et D, de la plus dangereuse à la moins dangereuse.

Les armes de catégorie A sont absolument interdites au public et les armes de catégorie B ne sont accessibles que sur autorisation préfectorale et à condition de pouvoir montrer des documents administratifs précis, notamment la preuve de la possession d’un coffre-fort dans lequel ranger son arme, comme l’explique le site Armes UFA. La catégorie C représente les armes pour le tir sportif et la chasse, et la catégorie D, des armes moins dangereuses accessibles au plus grand nombre.

Pour acheter une arme de cette catégorie D, il suffit dans la majorité des cas d’être majeur. Tous les adultes peuvent ainsi se rendre sur un site de vente d’arme ou dans une boutique pour en acquérir une.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’armes à feu prêtes à l’emploi, mais plutôt de pistolets et carabines à plombs, de gazeuses ou encore de certains objets de défense à impulsion électrique.

Possession d’une arme de catégorie D

De plus, si vous souhaitez acquérir l’une de ces armes en armurerie, voilà ce qu’il vous faut savoir à propos de leur possession.

Pour commencer, vous n’avez pas le droit de porter une arme sur vous, quelle que soit sa catégorie. Ce qui signifie que tout ce dont vous ferez l’acquisition devra être apporté dans un domicile privé, pour y être entreposé et n’en bouger que pour se rendre dans un autre lieu autorisé. Porter une arme de défense sur soi en cas d’agression n’est pas une justification acceptée aux yeux de la loi. La seule entorse à cette règle qui peut être faite concerne les gazeuses, et même elles peuvent être confisquées par un agent de police qui la découvre.

Vous savez désormais tout ce qu’il y a à savoir sur l’acquisition d’une arme en armurerie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.