Que donne la réforme du BTS CG après la rentrée 2015 ?

Le BTS CGO a été entièrement revu et corrigé pour revenir sous ses nouveaux atours à la rentrée 2015, sous le nom de BTS CG. Mais qu’est-ce qui a changé ?

Et si l’on adaptait les diplômes de comptabilité aux nouvelles réalités professionnelles ? C’est le pari que s’est lancé le ministère de l’Éducation nationale avec sa refonte du BTS comptabilité et gestion des organisations, désormais appelé simplement BTS CG. Il a été mis en place dans les écoles de comptabilité en septembre 2015, pour une première certification attendue en juin 2017. L’objectif ? Bâtir des passerelles plus concrètes entre le cursus scolaire et le monde professionnel, à l’heure où ce secteur en pleine évolution recrute à bras ouverts.


 

 

Un diplôme revu de fond en comble

Si un étudiant souriant est un étudiant heureux, ceux qui sortent de l’école supérieure de comptabilité et de gestion de Paris 15e doivent être particulièrement en joie. En septembre 2015, lorsqu’ils ont intégré la formation du BTS CG de l’ESCG, ils sont les premiers à avoir découvert les processus novateurs qui sont au cœur de la réforme de ce diplôme. Une réforme menée de front par l’Éducation nationale pour se mettre aux normes d’une réalité professionnelle qui n’attend pas.

Son « O » final, c’est la seule chose que le BTS CG a perdu au cours de sa refonte. Pour le reste, la formation a surtout beaucoup gagné. En s’appuyant sur un mélange entre qualités traditionnelles des métiers de la comptabilité (curiosité, rigueur), et compétences en prise avec les évolutions des besoins (communicabilité, connaissance des technologies), ce nouveau diplôme est taillé sur-mesure pour répondre aux attentes de la profession.

Il faut dire que le référentiel du BTS CGO datait de l’année 2000. Et qu’à l’exception de quelques retouches en 2008, le temps d’une actualisation nécessaire, aucune réforme n’en avait été proposée jusque là. Or, pendant ce temps, le monde du travail, lui, n’est pas resté immobile. Il a évolué, il s’est transformé, il s’est ajusté. Il a parfaitement intégré les mécanismes darwiniens de sélection naturelle : adaptation plutôt qu’extinction.

Le BTS, premier palier de l’insertion professionnelles aux métiers de la comptabilité, ne pouvait pas continuer à ignorer les métamorphoses du monde réel. C’est pourquoi cette évolution du BTS CGO en BTS CO était guidée par deux grands principes (vous trouverez plus de détails ici) :

·        L’actualisation et la restructuration des contenus pour les adapter aux nouvelles réalités de l’enseignement

·        Une professionnalisation accrue et la part belle faite à un enseignement basé sur des situations concrètes de travail

Ce qui a changé avec le BTS CG

La nouvelle version du BTS CG intègre donc, de façon très aiguë, les réalités des évolutions professionnelles. Priorité est faite aux activités qui sont au cœur du métier (comptabilité, fiscalité, relations sociales) et aux transformations technologiques. En outre, l’informatique est enseignée directement en rapport avec les différents processus, et non plus séparément, pour une concordance accrue entre les outils et les besoins.

En somme, l’enseignement du BTS CG réformé distingue :

·        Des processus dits « cœur de métier » centrés autour du droit comptable, fiscal et social ;

·        Des processus analytiques (prévision et analyse de l’activité ou de la situation financière) ;

·        Un processus dit de « support » des autres processus, autour de la fiabilisation de l’information.

Ses caractéristiques principales se résument ainsi :

·        Évolution des contenus et des méthodes d’enseignement, visant à favoriser la professionnalisation des étudiants (autonomie et responsabilité accrues, travaux de groupes, utilisation d’un progiciel de gestion intégré, etc.) et à tout faire pour ne perdre personne en cours de route ;

·        Entrée privilégiée dans le domaine du savoir par le biais des données, à travers des situations de travail et des cas concrets ;

·        Ateliers professionnels ;

·        Mise en place d’un « passeport professionnel » en soutien à l’évaluation des compétences.

Notons également que la durée des stages a été augmentée, passant à 10 semaines (avec éventuellement 5 jours préalables), et que leurs objectifs ont évolué : il s’agit désormais, pour l’étudiant, de développer ses capacités d’observation et de compréhension des dispositifs de contrôle au sein d’une organisation.

Mettre les étudiants sur la voie professionnelle

Pour s’assurer que le nouveau BTS CG corresponde bien aux attentes du monde du travail, les professionnels ont été associés à toutes les étapes de sa rénovation. Ils ont ainsi distillé une précieuse expérience en termes d’évolutions du métier dans les différentes structures (PME, grande entreprise, cabinet).

Après le BTS CG, les étudiants ont toujours le choix de leur avenir :

·        Une insertion professionnelle en cabinet, en entreprise ou dans une structure publique ;

·        La poursuite de leurs études via un DCG, une licence professionnelle ou une classe ATS (pour préparer l’entrée à une école de commerce).

 

Au bout du compte, ce que la refonte du BTS CG a voulu favoriser, c’est bien la réussite des étudiants. C’est sans doute ce qui explique ces grands sourires à la sortie de l’ESCG Paris : des élèves studieux, mais heureux, avec un bel avenir devant eux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.