La sécurité routière serait-elle en panne ? Tous les indicateurs sont en effet dans le rouge pour l’année 2015, après plus d’une décennie de baisse constante du nombre de sinistres sur la route. Au-delà de l’augmentation du nombre de tués, cette hausse des accidents pourrait bien avoir des conséquences inattendues sur les portefeuilles des conducteurs français : une flambée des primes d’assurance auto.

assurance-auto

Quand la sécurité routière recule

C’est en 2014 que les chiffres ont commencé à s’inverser : pour la première fois en 12 ans, la mortalité sur les routes françaises a connu une augmentation, tristement confirmée en 2015. Et ce, malgré des campagnes de sécurité routière de plus en plus abruptes et choquantes, dans le cadre d’une opération de sensibilisation que les gouvernements successifs se sont faits fort d’appliquer.

Cet article donne le détail de ce bien sombre bilan : en 2015, ce sont 3 464 personnes qui ont été tuées sur les routes, soit une augmentation de 2,4 %. La baisse régulière et heureuse du nombre annuel de victimes de la route s’était déjà vue infirmée en 2014, avec une hausse de 3,5 % par rapport à l’année précédente. Une première en plus d’une décennie de lutte acharnée.

Pourtant, la sécurité routière est loin de s’appuyer uniquement sur des mots ou des images. Baisse du taux légal d’alcoolémie au volant pour les jeunes conducteurs, lutte contre la consommation de drogue, prérogative confiée aux maires pour réduire la vitesse autorisée dans leur agglomération, modernisation et accroissement du parc des radars automatiques, mesures contre le port de l’oreillette au volant… En matière de sécurité routière, l’État ne fait pas les choses à moitié.

Le coût des accidents routiers pour les assureurs

La hausse des accidents de la route aura très certainement des conséquences sur les prix de l’assurance auto, et ce dès 2016. En France, en effet, l’assurance auto reste plutôt bon marché par rapport aux voisins européens, pour une raison simple : il s’agit surtout d’un produit d’appel pour les compagnies d’assurance, qui perdent invariablement de l’argent sur l’assurance auto depuis plusieurs années.

L’accroissement du nombre d’accidents de la route couplé à l’aggravation des dégâts corporels entraînent des coûts d’indemnisation en hausse pour les assureurs. Jusqu’à récemment, la baisse des sinistres routiers compensait le coût de la prise en charge des blessés ; mais ce n’est plus le cas depuis 2014, année durant laquelle, pour la première fois, le montant des indemnités corporelles a augmenté. En somme, la hausse des accidents de voiture s’accompagne d’une aggravation des dégâts humains.

Cette hausse des tarifs de l’assurance auto devrait être plus ou moins accentuée au cours de l’année 2016 en fonction de l’assureur. Si certains assureurs ont réussi à contenir cette hausse (voir par exemple sur Maaf.fr), d’autres compagnies risquent d'appliquer des hausses tarifaires beaucoup plus importantes.

securite-routiere

Les risques d’une hausse de la prime d’assurance auto

La hausse éventuelle des primes d’assurance auto n’est pas une bonne nouvelle pour les ménages, dont les frais liés à l’automobile ne cessent d’augmenter. Elle pourrait aussi conduire à aggraver une situation déjà particulièrement tendue en France : de plus en plus d’automobilistes prennent le risque de rouler sans être assurés.

En 2015, les autorités ont observé une hausse du nombre d’accidents de la route impliquant des conducteurs qui roulent sans assurance auto, comme on peut le lire dans cet article. Le nombre de dossiers de non-assurance traités par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages a ainsi augmenté de 1,09 % en une année, mais de 40,21 % depuis 2009 !

Ce sont surtout les plus jeunes qui sont concernés : 59 % des conducteurs impliqués dans des accidents routiers en 2015, et dénués d’assurance auto, avaient moins de 35 ans. Un quart d’entre eux a moins de 25 ans. La raison est double : non seulement cette tranche d’âge est la plus concernée par l’accidentologie, mais elle subit également les primes d’assurance les plus élevées. Une réalité qui peut les conduire à passer outre la contraction d’une assurance.

 

C’est un paradoxe insensé, mais la hausse des accidents de la route, ayant des conséquences sur les primes d’assurance auto, pourrait conduire à une plus grande augmentation encore des sinistres… Surtout auprès des jeunes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.