La bonne dynamique de l’immobilier professionnel

Immobilier d’entreprise : l’investissement malin. Zoom sur l’immobilier d’entreprise et les bonnes raisons d’investir dans ce domaine.

En France où le secteur tertiaire domine, le marché de l’immobilier d’entreprise ne connaît pas la crise. Au contraire. Les immeubles en construction sont vendus avant même d’être sortis de terre. Et côté investisseurs, on estime que même avec un taux de vacance de 5%, l’opération est rentable.

En s’ouvrant de plus en plus, le marché représente une nouvelle opportunité d’investissement pour les particuliers, plus accessible et plus simple en terme de démarches que le marché particulier.

Le bon conseil pour y accéder : les montants étant bien plus importants qu’en matière d’immobilier particulier, il est possible de se grouper en créant une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) pour investir à plusieurs.

 

 Zoom sur l’immobilier d’entreprise.

Qu’est-ce que l’immobilier d’entreprise ?

L’immobilier d’entreprise rassemble tous les biens qui ne sont pas occupés par des particuliers : bureaux, bureaux partagés, commerces, locaux commerciaux, entrepôts, grandes surfaces, boutiques au pied des immeubles, magasins, galeries marchandes, parkings, terrains.

Le marché est particulièrement dynamisé ces dernières années par l’augmentation du nombre d’auto-entrepreneurs et l’engouement pour les solutions de bureaux partagés.

Quels sont les avantages à investir ?

Les avantages à investir dans l’immobilier d’entreprise sont multiples.

-          Il s’agit d’un investissement lucratif. Pour faire votre choix et vous assurer un taux de location optimal, ciblez les quartiers dynamiques, bien desservis, les rues passantes qui comptent d’autres locaux commerciaux. Pensez aux attentes de votre clientèle pour sélectionner les meilleurs endroits.

-          Le rendement est plus élevé que dans l’immobilier particulier. Vous percevrez des loyers bien supérieurs, en moyenne deux fois plus élevés.

-          Les frais de gestion sont réduits. Les baux étant plus longs que les trois ans en vigueur pour l’immobilier particulier, ils peuvent aller de neuf à douze ans, les démarches de gestion et de renouvellement de bail sont moindres.

-          Les taux d’emprunt actuels sont bas. On les estime entre 2 et 3%.

-          Un patrimoine rapidement rentabilisé. Grâce aux loyers perçus et aux démarches réduites, vous toucherez rapidement des bénéfices.

-          Un risque d’impayés réduit. Vos locataires ayant besoin de leurs locaux pour assurer la continuité de leur activité, les impayés sont rares.

-          Une loi en faveur des propriétaires. Vous serez protégé en cas de litige, bien plus qu’un propriétaire de logement particulier qui est soumis à la trêve hivernale ou à l’impossibilité d’expulser un mauvais payeur.

Veillez néanmoins à vous faire conseiller par un professionnel de l’immobilier d’entreprise afin de saisir toutes les subtilités du domaine.

Quelles sont les zones dynamiques ?

Voilà un aperçu des zones les plus dynamiques dans lesquelles il est intéressant d’investir.

En Ile-de-France tout d’abord, deux zones sont plébiscitées :

-          Le centre de Paris. Cinq zones se démarquent.  

  • Le triangle d’or pour le prestige qu’il représente ;
  • Saint Lazare pour la proximité de la 2eme gare d’Europe ;
  • Le 10eme arrondissement pour les loyers peu élevés ;
  • Le quartier de la Bastille, plébiscité par les métiers artistiques pour son caractère branché ;
  • Le quartier de Strasbourg-St-Denis qui attire principalement les entreprises digitales.

 

 

 

 

-          La Défense. Le quartier d’affaires offre de nombreux avantages en terme d’infrastructures. Il est donc attractif pour les entreprises et particulièrement celles de taille moyenne malgré des loyers élevés.

A Lyon, la troisième commune de France :

-          Le quartier de la Part Dieu, pour la proximité de sa gare qui draine des voyageurs de l’Europe entière, sa situation centrale, ses infrastructures et ses transports.

A Marseille, la deuxième commune de France :

-          La zone Euroméditerranée concentre 40% de l’offre et 50% des transactions grâce notamment à la réhabilitation des docks.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.