Les Gilets Jaunes. Et maintenant ...

Avec la trêve estivale le combat des Gilets jaunes entre dans une deuxième phase plus pacifique, plus politique et moins "spectaculaire" avec toujours comme question de fond "comment faire pour barrer la route à Macron II en 2022"

Avec la trêve estivale, le combat des Gilets jaunes entre dans une deuxième phase plus pacifique, plus politique et moins "spectaculaire" moins "médiatisé" avec, pour la plupart des GJ et sympathisants, une prise de conscience que la bataille contre Macron et sa politique sera encore très dure, très difficile et surtout très longue. Il me semble aussi que l'idée d'une nécessaire structuration du mouvement avec la désignation ou l'élection des représentants ou délégués communaux/régionaux/nationaux comme F. Boulo a proposé je crois, semble faire son chemin et il n'est pas impossible de penser que d'ici à la fin de l'année 2019 on verra apparaître une nouvelle entité que je nommerais par la suite la Fédération des GJ,  qui aura pour vocation de fédérer et de coordonner les actions sur le plan local, régional et national.

 J'entends déjà les macronistes ricaner et bafouiller leurs éléments de langage " mais qu'est ce que çà représente ces milliers de séditieux, factieux au choix racistes, xénophobes, envieux, casseurs, par rapport à 55 millions de français etc.  " et je leur réponds qu'au delà de ces dizaines de milliers de héros qui osent encore et toujours se lever pour défendre le droit de chacun à la dignité et à la justice face à la répression la plus brutale qui soit, il y a des centaines de milliers voire des millions d'autres qui les soutiennent  et ensemble nous pesons suffisamment pour faire pencher la balance du bon côté lors des prochaines élections municipales en 2020 et puis surtout les élections présidentielles et législatives en 2022.

J'entends de nouveau les mac(r)onnards persifler "à quoi çà sert si c'est pour faire moins de 1%  comme aux élections européennes" et là je dois reconnaître que l'argument parait plus recevable bien que l'on ne peut pas considérer l'échec incontestable des promoteurs de ces listes comme l'échec des GJ car à ma connaissance ce ne sont pas les GJ dans leur ensemble qui ont désigné ces promoteurs en tant que leurs représentants pour les élections européennes.

Il appartient bien sûr aux GJ eux même à travers leur Fédération de définir les modalités et les stratégies de participation aux prochaines élections municipales incluant la présentation d'une liste Fédération GJ ou si nécessaire l'alliance ou le simple soutien avec d'autres listes compatibles avec nos objectifs.

A mon humble avis, dans sa forme la plus simple et la plus économique la Fédération des GJ pourrait fonctionner comme une Agence de Notation Politique qui sur la base d'une comparaison exhaustive des programmes des listes présentées aux prochaines élections municipales avec la liste des exigences fondamentales des GJ préalablement validées démocratiquement par la Fédération et aussi sur d'autres éléments significatifs comme par exemple les profils et les références des personnes composant la liste décernera une note par exemple allant de Mauvais C, Moyen B, Bon A, Très Bon A+, Excellent  A++ ...  Ensuite sur la base de cette comparaison des offres politiques disponibles et tenant compte des particularités locales la Fédération peut décider soit de présenter une liste soit de participer à une autre liste compatible soit de simplement soutenir une liste en présence.

Je suis raisonnablement optimiste pour penser que de cette manière nous avons une chance d'influer de manière significative sur les résultats des élections municipales pour au moins favoriser l'élection d'un maximum de délégués municipaux favorables à nos demandes et sur la base des résultats obtenus, nous pouvons définir plus finement la stratégie de participation aux élections présidentielles. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.