Ukraine : nous étions observateurs électoraux au cœur d'une commission corrompue

Les résultats définitifs du vote aux élections parlementaires en Ukraine ne sont pas encore tombés. D'après les sondages de sortie d'urnes, les partis pro-européens ont largement remporté le scrutin. Habituellement le processus électoral remplit dix bonnes journées week-end compris. En raison de la pression des élections dans la LNR et la DNR1, et malgré le faible taux de participation, les élections législatives en Ukraine  revêtent cette année une importance capitale. J'ai pris ma modeste part dans cette grande histoire, en remplissant le rôle d'observateur électoral international, envoyé par le Congrès mondial des Ukrainiens (CKU). Premier voyage en Ukraine, première expérience d'observatrice électorale internationale, premier séjour dans un pays en guerre.

Statue de la mère patrie à Kiev © Anne Rio Statue de la mère patrie à Kiev © Anne Rio

Âme slave

C'est ma première visite à Kiev, mais connaissant un peu la Russie, je ne suis pas dépaysée. Au contraire, et au risque de fâcher des Ukrainiens patriotes, je suis frappée par la ressemblance. Le même métro plongeant jusqu'à 100 mètres de profondeur. Les mêmes banlieues peuplées d'immeubles hauts et larges, austères et minéraux, traversées de boulevards aussi larges que huit voies. La même féminité jusqu'au bout des ongles des Kiéviennes que leurs consoeurs de Moscou, que Madeleine Leroyer a si bien décrite2. La même cuisine : borchtch - qui est ukrainien- , kotlets, boeuf stroganov, cornichons et tomates molossol, pain noir, champignons et baies en tout genre... Un passé partagé : Kiev ville héros de la grande guerre patriotique aux côtés de ses douze consoeurs de l'ancienne URSS. Le musée de la guerre d'Afghanistan rappelle lui aussi le passé commun. Même la manie de multiplier les cartes de réduction pour tout commerce ou restaurant qui garnissent les porte-feuilles ukrainiens est semblable à Moscou.

Elena, à qui je fais cette remarque, acquiesce : "Oui, c'est pour cela que nous avons été très surpris par ce conflit. C'était inattendu. Nous n'aurions jamais imaginé. C'est vrai qu'en 2008, nous avons vu comment la Russie s'est comportée avec la Géorgie. Mais nous ne pensions pas que cela pourrait arriver en Ukraine". Elena, la quarantaine, parlant russe avec sa fille, vivant dans une khrouchovka3 en briques dans la proche banlieue de Kiev ne s'attendait pas à l'agressivité de la Russie en dépit de ces liens entre les deux peuples.

Alexis, un français habitué de la Russie, m'explique au contraire avoir ressenti un "choc culturel" entre Moscou et Kiev. Le choc culturel concerne l'attitude des Ukrainiens. Ils sont souriants, accueillants, serviables. Le sourire, pour les Russes, est quelque chose de trop sérieux et intime pour l'offrir au premier venu4. "A Moscou, rendre la monnaie à une caisse de supermarché peut engendrer une querelle et voir donner des noms d'oiseaux". Ici non. "Les Russes ont la haine d'eux-même et des autres. En tant qu'étranger, quand je me balade à Moscou, c'est comme si j'étais transparent".

Pour les Russes, avant le conflit, les Ukrainiens véhiculaient l'image de ploucs ou de personnes rusées et malignes, essayant d'obtenir toujours plus et d'outrepasser leurs prérogatives alors que les Russes conservent leur fierté.

Embedded

48 heures avant la mission, je suis propulsée chef d'équipe d'une dizaine d'observateurs électoraux, envoyés observer le bon déroulement des élections dans l'okroug n°140, circonscription électorale des villes d'Illichivsk, de Beliaevka et de Teplodar dans la campagne environnante d'Odessa. L'équipe de dix observateurs comprend une moitié de russophones ou ukrainophones et une moitié de francophones, l'anglais ne servant à rien dans le contexte, elle répond à une parité stricte et inclut des représentants de toutes les décennies entre 20 et 60 ans. Annick, Maxime, Mélodie, Arnaud, Maroussia, Eric, Tatiana, Bernard, Alain et moi sommes du voyage, motivés pour aider les Ukrainiens dans ce moment délicat, et enthousiastes pour cette aventure humaine.

Nous sommes envoyés par le Comité représentatif de la Communauté Ukrainienne de France5 (CRCUF), présidée par l’infatigable Nathalie Pasternak, et l'ensemble de la mission est chapeautée par le Congrès mondial des Ukrainiens (CKU)6 . Le CKU envoie plus de 200 observateurs sur le terrain. Des équipes sont envoyées à Cherkassy, Chernivtsi, Sumy, Kharkiv, Lviv, Kherson, Kiev, Dnipropetrovk, Odessa et même Sloviansk et Kramatorsk dans le Donbass, qui viennent juste d'être libérées par l'armée ukrainienne. Julien Bayou racontera son expérience d'observateur à Cherkassi7, ainsi que d'autres membres de la délégation française8.

Dans les bureaux du CKU © Anne Rio Dans les bureaux du CKU © Anne Rio

Forte d'une diaspora de 1,2 à 1,4 million de membres au Canada, les Ukrainiens du Canada sont les plus nombreux dans le CKU. Ceux qui dirigent la mission et qui sont venus à Kiev ont tout du style nord américain : la manie de donner des tips et de faire des toasts, la formation avant la mission à l'université Shevchenko comprend un briefing sur la sécurité par un militaire qui a fait la guerre d'Irak ! Mais les Ukrainiens du Canada paraissent plus ukrainiens que les Ukrainiens, plus patriotes aussi s'agissant du sort de l'Ukraine. Selon Michael, lui-même descendant d'Ukrainiens du Canada, mais qui se définit comme européen étant donné les longues années passées en Suède, en Allemagne, en France..., "ils doivent en faire plus que leurs compatriotes d'Ukraine pour être légitimes".

Kit de premier secours pour les soldats ukrainiens © Anne Rio Kit de premier secours pour les soldats ukrainiens © Anne Rio

Le bureau voisin de celui du CKU est occupé par l'ONG Patriot Defence / Захист Патріотів9. La directrice de l'ONG, Ulana Suprun, médecin américain et ukrainienne de la diaspora, a eu l'initiative du projet. Elle était sur le Maïdan pendant la révolution pour soigner les blessés. Depuis l'invasion russe des régions de l'Est, elle a pris conscience du manque de soins de premiers secours pour les soldats envoyés sur le front. Tandis que la prise en charge dans les hôpitaux à l'arrière est tout à fait satisfaisante, les soldats meurent faute de premiers soins et en raison de trois causes principales : hémorragie (60%), pneumothorax sous tension (30%), voies respiratoires entravées (10%). Elle a donc conçu un kit de premier secours pour soigner ces trois affections. Ces kits sont destinés à être portés par les soldats qui viendront en aide à leurs camarades. Des formations de deux jours sont aussi organisées pour permettre aux soldats de s'approprier l'emploi de ces matériels médicaux. Dans une Ukraine en guerre, l'initiative est saluée et l'ONG bénéficie de la solidarité des Ukrainiens de la diaspora et des entreprises ukrainiennes. Ukraine International Airlines transporte gratuitement les éléments du kit, un service douanier se charge également gratuitement de la gestion des démarches administratives d'import, les Ukrainiens de la diaspora sont sollicités financièrement...

En route pour Odessa

Avec sept autres membres de l'équipe d'observateurs, je pars en route pour Odessa en train de nuit, sur les traces des eurodéputés verts, Pascal Durand et Karima Delli, qui s'étaient rendus en Ukraine en mars 2014, guidés par Nathalie Pasternak, pour tâter le pouls de la révolution10. Odessa, c'est un peu là que la guerre a commencé en quelque sorte... Elle a commencé le 2 mai 2014 quand des activistes pro-ukrainiens ont brûlé vif des partisans pro-russes dans la Maison des syndicats. Certains considèrent cette action comme un coup monté par Poutine pour créer des martyrs de la cause pro-russe et susciter des engagements de volontaires aux côtés des séparatistes du Donbass. Michel Eltchaninoff a bien décrit l'ambiance dans la ville après le tragique évènement11.

Escaliers Potemkine à Odessa © Anne Rio Escaliers Potemkine à Odessa © Anne Rio

Etant donné le contexte de changement de pouvoir, de guerre dans le Donbass, des attaques de la Russie contre la légitimité de la nouvelle équipe au pouvoir, les élections législatives ukrainiennes s'avèrent d'une importance capitale pour l'Ukraine post-EuroMaïdan. Le système de vote parallèle, qui a prévalu en 2012, est maintenu malgré une tentative de réforme en juillet 2014 rejetée par la Rada (parlement ukrainien). Ainsi, 50% des sièges (soient 225 sièges) sont élus suite au vote sur liste nationale et 50% des sièges sont élus dans un système de vote uninominal majoritaire à un tour parmi des candidats qui se présentent localement dans les 225 circonscriptions électorales (okrougs) d'Ukraine. A l'échelle nationale, 29 listes sont présentées au choix des électeurs, et dans l'okroug n°140, 25 prétendants à la députation présentent leur candidature personnelle, les candidats "majoritaires"12.

Prise de contacts

Arrivée à Odessa, je prends contact avec Anatolii Boyko, activiste de la branche locale de l'ONG Opora13. Opora née avant la révolution orange de 2004 s'est faite une spécialité du monitoring des processus électoraux, de la lutte contre les fraudes électorales et de la dénonciation des politiciens corrompus et criminels. L'emploi du temps d'Anatolii est rempli et il n'a pas le temps de nous rencontrer. Mais il nous fait parvenir des rapports sur la situation politique et électorale locale. En octobre, l'organisation avait déjà enregistré des actes de corruption auprès des électeurs par différents candidats dans les cinq circonscriptions (okrougs) de la région d'Odessa. Elle déplore également l'utilisation des ressources administratives par les candidats sortants, c'est-à-dire que les candidats, élus de la dernière mandature, emploient le budget et les fonctionnaires de leur administration au service de leur campagne. Des cas de coups et blessures sont aussi répertoriés. Dans certains okrougs, des candidats sont poussés à retirer leur candidature ou se voient refuser leur candidature. Anatolii nous explique que notre présence dans les commissions électorales de district le lendemain et le surlendemain du vote sera d'une importance capitale. De nombreuses fraudes, et enregistrements fallacieux de résultats altérés se déroulent à cette étape du processus électoral au moment de la centralisation des résultats.

Je prends également contact avec des représentants des partis locaux. Valerii Ossipov, représentant du parti vert d'Odessa nous informe des malversations dans l'okroug n°135, l'arrondissement Primorski de la ville même d'Odessa. La commission de district ne comporte que 18 membres, alors qu'elle devrait en compter 25 et 10 d'entre eux sont représentants du même parti. Ces irrégularités sont déjà dénoncées dans les journaux locaux et internationaux14. Une autre équipe d'observateurs envoyée par le CKU est justement chargée de contrôler ce qui s'y passe.

Candidature Vassilii Bougaïtchouk © Maxime Candidature Vassilii Bougaïtchouk © Maxime

Mis en relation par le CKU, Vassilii Bougaïtchouk, le représentant du parti Batkivchtchyna, le parti de la femme à la tresse blonde, Ioulia Timoshenko, lui même candidat "majoritaire" dans cette circonscription nous expose la situation dans l'okroug n°140. Le candidat sortant est David Jvania, oligarque d'origine géorgienne et se classant parmi les 200 personnes les plus fortunées du pays15. En 2012, il se fait élire en tant que membre du Parti des régions du président déchu Viktor Ianoukovitch. Cette fois-ci, il a rejoint le parti du président Petro Poroshenko. David Jvania est conscient qu'il n'est pas dans les coeurs des concitoyens de sa circonscription et les sondages préélectoraux ne lui sont pas favorables. Début septembre, il sort dans les sondages en troisième position16. Quelques jours avant le vote, les sondages sont encore plus négatifs pour lui17.

Pour assurer sa réélection, Vassilii nous explique qu'il a corrompu les membres de la Commission électorale d'okroug. La méthode est simple : les résultats issus des 111 bureaux de vote de la circonscription sont altérés au moment de leur transmission à la Commission électorale centrale située à Kiev. Vassilii nous explique également qu'en amont des élections, une contestation contre la commission électorale du district de Beliaevka (okroug n°140) a donné lieu à un procès en justice. Malgré les irrégularités dans la constitution de la commission, les plaignants ont été déboutés. En effet, plusieurs semaines avant le vote, les membres de plusieurs commissions électorales d'okroug dans la région d'Odessa sont remplacés par des personnes favorables aux candidats sortants et recrutés pour entraver le bon enregistrement des autres candidats. Les membres de la commission de l'okroug voisin n°139 ont été condamnés par la justice. Mais ceux de la commission n°140 s'en sont sortis indemnes. Vassilii nous alerte sur le fait que nous pouvons nous attendre à des fraudes massives dans l'okroug n°140.

Dans les bureaux de vote

Dimanche 26 octobre, les dix membres de notre équipe d'observateurs, répartis en binômes, sur le pied de guerre dès 7h15 du matin chacun dans un bureau de vote de la circonscription n°140, sillonnent la campagne odessite toute la journée. Le système de vote ukrainien sécurise la délivrance des bulletins tandis que, par comparaison, le système de vote français sécurise l'urne de vote. En effet, les bulletins de vote sont comptés au plus près du nombre d'électeurs, le nombre de bulletins supplémentaires doit être raisonnable. La remise des bulletins de vote aux électeurs donne lieu à la signature d'un talon de remise par l'électeur. En revanche, les quatre ou cinq urnes ne sont pas contrôlées de près, mais placées au milieu du bureau de vote, libres d'accès pour toutes les personnes circulant dans les lieux. Un tel dispositif favorise le bourrage d'urnes : une personne, munie frauduleusement de plusieurs bulletins, pourrait les insérer par paquet dans l'urne.

Au cours de la journée de vote, chaque binôme de notre équipe observe des situations dérogeant à la stricte loi électorale et relevant du folklore électoral ukrainien. Les affiches des candidats "majoritaires" devant être accrochées dans tous les bureaux de vote, au même titre que les affiches des partis, sont très souvent absentes. Alain et moi nous rendons dans un bureau de vote du village de Troitskoe. Comme à l'époque soviétique, de la musique pop locale hurlant depuis la sono installée à l'entrée de l'école nous accueille. Elle est censée rendre la journée de vote un moment de fête et attirer les électeurs aux urnes. Nous nous enregistrons immédiatement auprès du secrétaire du bureau de vote en tant qu'observateurs. Un homme de la cinquantaine, posté à côté de la présidente du bureau de vote remet ainsi son badge "Presse" à son veston. Je lui demande pour quel journal il travaille, il est obligé de décrocher son badge et de le lire pour pouvoir me répondre. Il donne l'impression d'être le maître à bord du bureau de vote, donnant des ordres à la présidente du bureau de vote. C'est lui qui nous emmène dans la salle de repos et de restauration de la commission et nous emmène rencontrer la milice (police nationale) qui s'est installée également dans des arrière-salles de l'école. La carte de presse donne l'autorisation à ses détenteurs d'être présents toute la journée et au moment du dépouillement dans les bureaux de vote. Elle est largement utilisée de cette manière en Ukraine les jours d'élection.

Fidèle à la tradition d'accueil en Ukraine, dans chacun des bureaux de vote où nous entrons un café ou un thé nous est offert, si ce n'est le repas complet avec borchtch, kotlets, pommes de terre... Il suffit d'un moment d'hésitation, le temps de traduire la proposition à mon partenaire Alain, pour nous retrouver presque de force à table avec eux. Selon les consignes du CKU, nous devions refuser toute collation et tout breuvage dans les bureaux de vote. En effet, des personnes malintentionnées pourraient y ajouter un sédatif ou un laxatif afin de nous neutraliser pour le reste de la journée... Ce ne fut pas le cas. Mais les collations étaient les bienvenues car dans notre périple dans ce bout de campagne ukrainienne entre Odessa et la frontière de la Transnistrie, aucun restaurant ou café n'est en vue. C'est aussi l'occasion de discuter de la situation politique locale avec les habitants du cru.

Dans un autre bureau de vote, Pavel, observateur pour le parti Bloc de Poroshenko, pour le candidat David Jvania donc, nous tient un discours anti-Maidan classique. Il nous paraît un bon garçon, instituteur dans l'école du village de 3000 habitants, fils du directeur de la Maison de la culture, bâtiment qu'il est fier de nous faire visiter et qui a été entièrement rénové "sous la présidence Ianoukovitch". Il décrit la situation politique générale du pays comme étant encore l'affrontement entre les pro-occidentaux et les russophones. Mais selon lui, comme la Crimée est perdue, les régions du Donbass empêchées de voter, l'issue du vote ne fait pas de doutes. Il nous parle lui aussi des "fascistes au pouvoir". Je lui demande comment il est informé de ces faits, il me répond qu'il suit les informations publiées dans les groupes "Anti-Maidan" sur le réseau social russe vKontakte. La télévision russe est interdite de diffusion dans le pays, décision qu'il juge anti-démocratique.

Tatiana et Bernard, quant à eux, sont mis sur la piste d'un bureau de vote frauduleux par un journaliste local, Denys Tkatchenko. Ce dernier les alerte sur le fait que dans un bureau de vote installé dans l'hôpital du village Velikii Dalnik, la commission électorale de bureau s'avère plus que douteuse. Contrairement aux règles communes, ses membres sont originaires de la ville d'Odessa et non du village et sont pour la grande majorité tous membres de la même famille. Ils ont été recrutés pour veiller aux intérêts du candidat David Jvania. Sur place, Tatiana et Bernard reçoivent des témoignages concordants par des observateurs d'autres partis. Le binôme ne lâchera pas d'une semelle les agissements de la commission électorale et accompagnera son travail jusqu'à 10h du matin le lendemain. Tatiana et Bernard ont dû lutter pied à pied pour que la loi électorale soit respectée. Ils ont dû négocier quelques entorses pour pouvoir accompagner le sac de bulletins et les procès verbaux (protokols) à la commission électorale d'okroug le lundi matin.

Aux alentours de 19h, la participation moyenne dans notre okroug se situe autour de 30 %.

A la commission électorale d'okroug

Alain et moi passons la soirée à la commission électorale d'okroug. Nous y sommes dès 20h. Au début, tous ne sont pas admis dans la salle de session, en raison d'un nombre limité de places. La session est entamée par une série de recours des candidats ou de représentants des candidats, recours qui sont tous balayés d'un revers de main. Un partisan du candidat Choumski expose sa plainte sur le fait que David Jvania n'a pas respecté la loi électorale et ses affiches de campagne étaient encore visibles dans la circonscription pendant la période de silence avant le vote. Le secrétaire de la commission explique qu'il est du ressort de la police et de la mairie des villes en question de faire retirer ces affiches mais que la commission électorale d'okroug ne s'occupe pas de ce genre de problèmes. Après quelques heures d'attente, les premières commissions de bureau de vote apportent les sacs remplis des bulletins et les procès verbaux des résultats. La commission d'okroug se montre très tatillonne. Elle refuse les procès verbaux de deux commissions de bureau de vote sur trois pour des vices de procédure. Les résultats qui arrivent ne sont sûrement pas à son goût.

Vers 2h du matin, nous sommes rejoints par Maxime et Annick qui ont réussi à accompagner le voyage du sac de bulletins et des procès verbaux depuis leur bureau de vote jusqu'à la commission d'okroug. A Beliaevka, le ballet de présentation des procès verbaux continue et le refus de la commission d'okroug est toujours aussi fréquent. L'attente est longue. Les membres des commissions de bureau de vote sont sur le pied de guerre depuis plusieurs jours et l'enregistrement des résultats au niveau de la commission d'okroug peut intervenir le lendemain voire le surlendemain. Une personne perd connaissance dans le lobby de la Maison de la Culture de Beliaevka, où se tient les sessions de la commission électorale d'okroug.

Vers 3h30 du matin, Andreï Levtchenko, soutien d'un des candidats, nous interpelle. Les résultats de plusieurs bureaux de vote proclamés par la commission électorale d'okroug sont altérés par rapport aux procès verbaux. Des résultats pour plusieurs candidats sont intervertis. Nous prenons en photographie les exemplaires originaux des procès verbaux et vérifierons ceux publiés sur le site officiel.

Sauf Tatiana et Bernard qui sont restés dans leur bureau de vote, toute l'équipe d'observateurs quitte la commission d'okroug vers 5h du matin, après avoir fait le tour du cadran.

Dans les heures qui suivent, des fraudes électorales sont constatées dans l'okroug18. Neuf membres de la commission d'okroug démissionnent le lendemain du vote sous le prétexte qu'ils auraient reçu des menaces de mort et fuient la région19. Leur démission en masse empêche d'atteindre le quorum nécessaire pour valider les protokols qui affluent encore à la commission et les travaux d'enregistrement des résultats sont interrompus20. Le lendemain, nous apprenons que ces membres sont recherchés par la police21 pour entrave à l'exercice des droits électoraux. Le journaliste Denys Tkashenko nous dit que notre présence dans l'okroug a aidé à la fuite des membres corrompus de la commission électorale d'okroug. Ils ont pris peur des contrôles. Denys nous demande de revenir pour les élections locales qui doivent se dérouler prochainement. Côté candidat majoritaire, Vassili Gouliaev, un candidat non affilié à un parti, est élu22.

A la commission électorale centrale

A la commission électorale centrale © Anne Rio A la commission électorale centrale © Anne Rio

Mardi 28 au matin, nous sommes de retour à Kiev. Grâce à notre carte d'accréditation d'observateur électoral international, nous avons accès également aux sessions de la Commission centrale électorale (TsVK), présidée par Mykhaylo Okhendovsky et située dans le bâtiment de l'ancien très puissant Comité d'arrondissement du PC ukrainien. Le principe de la validation des résultats des différents orkougs reproduit le schéma de validation à l'échelle de l'okroug. Des représentants des 225 commissions électorales d'okroug viennent à Kiev présenter à tour de rôle leurs résultats avec les protokols officiels contresignés par tous les membres des commissions d'okroug. Ceux-ci sont présentés en séance et adoptés par la Commission centrale électorale. Mardi 28 octobre dans l'après-midi, seules deux commissions d'okroug avaient déjà présenté leurs résultats, la troisième venait d'annuler la séance car ses membres étaient encore en route pour Kiev. La session est donc annulée.

Les mésaventures d'Olexandre Gorodetski © Anne Rio Les mésaventures d'Olexandre Gorodetski © Anne Rio

Nathalie et moi croisons dans les couloirs Olexandre Gorodetski venu à la Commission centrale électorale défendre son bon droit. Olexandre est un Ukrainien de la diaspora, membre très actif du CKU, originaire d'Italie. Il s'est présenté à la 57e position de la liste du Front populaire23 menée par Arseni Iatseniouk et est potentiellement élu député d'après les résultats provisoires à la sortie des urnes. Cependant, l'enregistrement de sa candidature a été refusé une première fois en raison de certains critères non respectés. Il lui manquait 20 jours de résidence en Ukraine en 2011 alors que la loi stipule qu'un candidat doit résider au moins 183 jours par an dans le pays du trident. Justifiant de ses absences répétées en raison d'obligations professionnelles, Olexandre Gorodetski reçoit un jugement favorable à son enregistrement comme candidat à l'échelon de la cour d'appel24. Toutefois le verdict tombe à quelques heures du vote du 26 octobre. Olexandre se rend immédiatement à la Commission électorale pour faire enregistrer sa candidature. Cette dernière joue la montre, tergiverse et Olexandre n'est pas enregistré à temps.

Dans les bureaux du dernier étage de la Commission centrale électorale, Olexandre explique sa situation. Le haut fonctionnaire lui rétorque : "La décision de la cour d'appel est venue trop tard, les électeurs du Japon ou d'Australie étaient déjà en train de voter lorsque vous receviez l'autorisation de vous enregistrer comme candidat". Une femme intervient dans la conversation : "Une personne nous a apporté aujourd'hui une lettre signée de votre main indiquant que vous vous désistiez de votre candidature à la députation". Après plusieurs semaines pendant lesquelles Olexandre s'est débattu pour faire enregistrer sa candidature allant jusqu'en cour de justice, cette supposée démarche paraît déconcertante. Olexandre s'en défend : "Je n'ai jamais apporté une telle lettre à la Commission centrale électorale". La femme apporte la lettre manuscrite, signée et tamponnée à la date du jour même... Un ange passe... "Si vous contestez la validité de cette lettre, elle fera l'objet d'une expertise"... "Avez vous été contraint de rédiger cette lettre ?". Olexandre explique qu'il a effectivement rédigé la lettre, qu'il ne peut dire qui le lui a demandé, et affirme que la date est incorrecte et qu'il n'a jamais demandé de la faire apporter à la Commission centrale électorale... Nous devons malheureusement quitter le bureau de la Commission centrale électorale, mais nos suppositions vont bon train sur les conditions de rédaction de cette lettre.

De l'avis des observateurs de l'OSCE25, les fraudes aux élections parlementaires ukrainiennes ont été plutôt limitées, les processus démocratiques respectés, et la commission centrale électorale efficace. Comment juger donc de ce qui s'est passé dans l'okroug n°140 ? La perpétuation des veilles habitudes de fraudes dans un district reculé de campagne. Mais finalement, les fraudeurs ont pris peur. Les électeurs, les journalistes, les ONG se sont mobilisés contre ces vieilles pratiques. Et la présence d'observateurs électoraux internationaux ajoutaient au processus vertueux d'élimination des brebis galeuses...

1Sébastien Gobert, "Separatist LNR prepares for separated elections", 1er novembre 2014 : http://nouvellesest.com/2014/11/01/separatist-lnr-prepares-for-separated-elections/

2Madeleine Leroyer, Une vie de pintade à Moscou, Calmann-Levy, 2012 : http://www.lespintades.com/collection-pintade-moscou.html

3 immeuble préfabriqué de 5 étages, construit à la hâte à l'époque de Khrouchtchev censé être temporaire pour parer au problème urgent de logement dans les années 1960.

4Iossif Sternine, "10 raisons pour lesquelles les Russes ne sourient pas", Russia Beyond The Headlines, 29 novembre 2013 : http://fr.rbth.com/art/2013/11/29/10_raisons_pour_lesquelles_les_russes_ne_sourient_pas_26831.html

5Comité Représentatif de la Communauté Ukrainienne de France : http://crcuf.fr/

6Ukrainian World Congress / Світовий Конґрес Українців (СКУ) : http://www.ukrainianworldcongress.org/

7Julien Bayou, "J'ai assisté aux élections en Ukraine", Le Huffington post, 26 octobre 2014 : http://www.huffingtonpost.fr/julien-bayou/reportage-en-ukraine-pour-les-elections_b_6050696.html

8"Mon séjour extraordinaire en Ukraine", Jeunes, cons... et européens, 31 octobre 2014 : http://jeunesconseuropeens.com/2014/10/31/mon-sejour-extraordinaire-en-ukraine/#more-150

9ONG Patriot Defence / Захист Патріотів : http://patriotdefence.org/

10Pascal Durand, "Ukraine : l'Europe doit répondre à l'appel à l'aide lancé par le peuple ukrainien", 12 mars 2014 : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1157664-ukraine-l-europe-doit-repondre-a-l-appel-a-l-aide-lance-par-le-peuple-ukrainien.html

11Michel Eltchaninoff, "Odessa. Enquête après carnage", Philosophie magazine, 9 mai 2014 : http://www.philomag.com/lepoque/reportage/odessa-enquete-apres-carnage-9762

12"Полный список кандидатов в депутаты Рады по мажоритарному округу №140 в Одесской области", Українські новини, 8 octobre 2014 : http://ukranews.com/ru/news/odesa/2014/10/08/139391.Povniy-spisok-kandidativ-u-deputati-Radi-u-mazhoritarnomu-okruzi-140-v-Odeskiy-oblasti

13Site officiel de l'ONG Opora : http://oporaua.org/en/about-us

14Pierre Sautreuil, "Législatives en Ukraine: à Odessa, les espoirs du Maïdan se heurtent à un oligarque", L'Express, 24 octobre 2014 : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/legislatives-en-ukraine-a-odessa-les-espoirs-du-maidan-se-heurtent-a-un-oligarque_1615090.html

15Portait de Давид Важаевич Жвания, Украинский Бизнес Ресурс : http://bp.ubr.ua/profile/-

16"Электоральная ситуация в избирательном округе № 140 (Одесская область, центр – г.Беляевка) по состоянию на конец августа 2014 года", Социополис, 1er septembre 2014 : http://sociopolis.ua/ru/doslidzhenya/doslidzhenya/201-elect-140-bilyayivka/

17"Округ №140: лидирует Добрянский", Tаймер, 22 octobre 2014 : http://timer.od.ua/news/okrug_140_lidiruet_dobryanskiy_939.html

18"О нарушениях на 140 округе в Беляевке Одесской области", www.112.ua, 29 octobre 2014 : http://112.ua/video/o-narusheniyah-na-140-okruge-v-belyaevke-odesskoy-oblasti.html

19"Скандал вокруг Давида Жвании в Одесской области: глава окружкома сбежал с печатью (видео)", Подробности, 27 octobre 2014 : http://podrobnosti.ua/analytics/2014/10/27/1000012.html,

20"Избирательная комиссия округа №140 просто ушла, подсчёт голосов остановился", Tаймер, 27 octobre 2014 : http://timer.od.ua/news/izbiratel_naya_komissiya_okruga_140_prosto_ushla_podschet_golosov_ostanovilsya_384.html

21"Милиция разбирается с членами ОИК, которые сбежали из 140 округа", Украинская правда, 27 octobre 2014 : http://www.pravda.com.ua/rus/news/2014/10/27/7042386/

22http://www.cvk.gov.ua/pls/vnd2014/wp040pt001f01=910pf7331=140.html

23Виборчий список Політичної партії "Народний фронт" : http://nfront.org.ua/komanda/viborchij-spisok-politichnoji-partiji-narodnij-front

24"Суд, який дозволив Хорошковському брати участь у виборах, відмовив іншому кандидату", NewsRu.ua, 1er octobre 2014, http://www.newsru.ua/ukraine/01oct2014/otkazs.html

25"Many positive aspects of Ukraine elections an important step, and new parliament should take opportunity to advance key reforms, international observers say", OSCE, 27 octobre 2014 : http://www.osce.org/odihr/elections/126041

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.