Anna Guérin
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2021

Réfugiées africaines ou la traite : comment la France les a-t-elle abandonnées ?

Alors que le sujet de l'immigration est dépeinte, trop souvent, de manière caricaturale et stéréotypée, peu se penchent sur le cas de ces femmes, qui décident de fuir leur pays, afin d'échapper aux mariages forcés, violences sexuelles et à la guerre.

Anna Guérin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2017, un reportage de CNN en Libye créait une onde de choc mondiale: on pouvait y voir, en haute définition dans le confort de notre quotidien occidental, des candidats africains à l’immigration clandestine vendus à la criée sur des marchés d’esclaves. Cette pratique digne des heures les plus sombres de l’Histoire, a suscité une indignation et une levée de boucliers unanimes de la part des opinions publiques africaines et internationales, ainsi que des gouvernements et organisations de défense des droits de l’Homme. 

Comme souvent en situation d’extrême vulnérabilité,  les femmes africaines ont payé le prix fort de ce chaos, subissant des sévices et exploitation de tout type sur la route d’un Eldorado rêvé.

Routes d’Exil

La fièvre médiatique autour du scandale en Libye, aura eu le mérite de jeter la lumière sur les conditions épouvantables de détention de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants déshumanisés, torturés, vendus, bombardés même, dans le désormais tristement bien nommé “enfer lybien”. Les femmes africaines en particulier, encore plus vulnérables que leurs pairs masculins, parfois enceintes, séparées de leurs enfants et de leurs compagnons, ont été réduites en esclavage et soumises à des sévices sexuels d’une violence inouïe. Ce qui est une tragique ironie quand on sait qu’ hormis les causes économiques, familiales ou politiques,  l’immigration clandestine féminine d’Afrique est souvent motivée par le désir de fuir des violences sexuelles dans le pays d’origine, que ce soit le Soudan, l’Erythrée, ou encore le Niger, la Côte d’Ivoire ou le Mali. 


Si le cas de la Libye a été largement médiatisé ces dernières années, le pays n’est que la pointe de l’iceberg: d'Agadez, à Tunis, d’Alger à Tanger, la même histoire s’égrène inlassablement, racontant les détentions arbitraires, la traite humaine, la précarité extrême, de violences sexuelles, qui semblent blaser et lasser le public. Après des mois, voire des années sur les routes de l’exil, les fortunes sont diverses. Épuisées physiquement, psychologiquement, et financièrement, certaines migrantes finissent par opter pour le rapatriement dans le cadre du programme d’aide au retour et à la réinsertion de l’OIM (Office International des Migrations), d’autres s’établissent dans leurs pays de transit tels que le Maroc.

D’autres encore tentent la traversée dans des embarcations de fortune, plusieurs fois parfois, bien déterminées à accoster en Europe, ou prêtes à mourir en essayant. Selon l’OIM, depuis le 1er janvier 2021, au moins 453 migrants sont morts dans le naufrage de bâteaux de fortune en Méditerranée. Celles qui arrivent à immigrer en France doivent faire face à un autre parcours du combattant une fois sur place. Une nouvelle traversée du désert en somme.

Selon l’enquête Populations & Sociétés publiée par l’Institut National d'Études Démographiques (INED), les migrantes africaines en France sont plutôt jeunes, 26 ans en moyenne, à leur arrivée sur le territoire français et viennent notamment du Congo, du Nigéria, ou encore de Côte d’Ivoire. Elles sont de plus en plus nombreuses à entreprendre le voyage, de façon autonome, sans compagnon ni enfant. La majorité de ces femmes fuient la pauvreté, le chômage, l’instabilité politique, l'insécurité, les violences liées au genre telles que le mariage forcé et les violences conjugales, mais pour plusieurs, le désir d’immigration est nourri par une image idyllique de la France, et plus largement de l’Europe, souvent entretenue par les médias ou par des proches primo-arrivants.

Insécurité administrative et résidentielle

En prise avec ses propres défis politiques, économiques, environnementaux et à présent sanitaires, le vieux continent en général , et la France en particulier se barricade à coup de barbelés et d’un arsenal juridique toujours plus répressif. Les mauvaises langues affirment d’ailleurs que dans des cas comme celui de la Libye, les pays européens ne rechignent pas à fermer les yeux sur les violations des droits des migrants, dans le cadre d'accord bi-partites avec les pays de transit.

C’est dans ce contexte que la loi Collomb sur l’asile et l’immigration introduite en 2019, durcit le ton contre l’immigration clandestine: doublement du délai maximal de rétention, facilitation des procédures d’expulsion, restriction des retours, etc. Dans les faits, les migrantes africaines supposément protégées par plusieurs dispositions législatives françaises et internationales, et éligibles à l’asile en cas de traite ou de violence, se retrouvent dans une grande précarité, en raison de plusieurs facteurs qui peuvent aller de la méconnaissance de leurs droits ou de la langue française, à l’omerta et au tabou qui règne autour des abus sexuels, ou tout simplement d’un manque de volonté politique des autorités françaises.

En l’absence d’un titre de séjour et d’un emploi qui ne viendront pas avant 3 à 5 ans en moyenne, plusieurs femmes se retrouvent souvent contraintes d’avoir recours à des tiers pour être hébergées, faisant le lit des viols et des rapports sexuels dits transactionnels dans une optique de survie. De fait, toujours selon l’étude Parcours, de nombreuses migrantes africaines déclarent avoir subi des violences sexuelles avant, mais également après leur arrivée sur le territoire français. D’ailleurs, un tiers des femmes africaines séropositives ont été contaminées après leur arrivée en France.

Il semblerait ainsi, que la France des Lumières, ait oublé ou plutôt s'est décidée à renoncer à son passé de terre d'accueil, de refuge des opprimés en réponse aux pressions politique d'extrême droite. Ces femmes quant à elle, comme depuis des millénaires se retrouvent ainsi prises au piège, de jeux politiques les laissant seules  face à l'insécurité, aux violences sexuelles et physique dans un pays qui prônerait des valeurs d'égalité, de liberté et de fraternité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85