Les Émirats Arabes Unis, la pièce centrale du Moyen-Orient ?

Le prince héritier Mohammed Bin Zayed Al Nahyan (MBZ), considéré comme un des dirigeants les plus modérés et l'un des plus puissants du monde arabe, maintien un cap politique certain et souhaite que les Émirats Arabe Unis soient plus impliqués au niveau régional et international.

Les changements profonds dans la gestion des affaires politiques émiratites, ont propulsé le prince héritier des Émirats, Mohammed Bin Zayed al Nahyan sur la scène internationale. Sa vision des Émirats est plus engagée, mais également plus ouverte vers l'extérieur tant régionalement qu'internationalement. Selon Kristian Coates Ulrichsen, expert du Golfe et chercheur au spécialisé du Moyen-Orient à l'Institut Baker, « Mohammed Bin Zayed Al Nahyan a poursuivi une approche de quasi tolérance zéro envers les menaces qui pourraient peser sur les Émirats (…) Il veut les éliminer (Ndlr : les menaces) avant même qu'elles ne commencent à avoir un impact. » 

Ces menaces regroupent essentiellement les islamistes radicaux qui pourraient faire basculer la région et dont le prince héritier souhaite contenir l'influence. « Lors des Révolutions arabes, MBZ se sentait menacé par les soulèvements, souvent influencés par les islamistes, déclare Ulrichsen au Asia Times, qui se sont propagés même dans les pays du Golfe, comme au Bahreïn ou au Koweït. » . En effet, le prince héritier, depuis son accès au pouvoir, a mis en place des politiques publiques inventives afin d'endiguer les menaces islamistes. 

Ces politiques ont également eu pour objectif de canaliser les revendications des laïcs souhaitant un changement radical et définitif du Moyen-Orient par le rejet de la culture arabo-musulmane plusieurs fois centenaires. Cette stratégie a montré une réelle capacité des Émirats et de sa monarchie à s'adapter aux changements politiques, parfois radicaux, ainsi que de conserver leur poids dans cette région du monde qui a connu de multiples sursauts d'instabilité au cours des dernières années. 


Les Etats-Unis, un partenariat essentiel à la stabilité du Moyen-Orient


Bien que nouveau locataire de la Maison Blanche est moins arrangeant que Donald Trump sur certains dossiers, comme celui des droits de l'Hommes, le prince héritier a réussi à appréhender avec brio les changements de politique des différentes administrations américaines. 

Le prince héritier a, notamment, su tirer à son avantage la signature des Accords d'Abraham et tend à montrer à Joe Biden, plus préoccupé par la stabilité de la région et de la sécurité de l'Etat hébreu, que les Émirats sont un partenaire fiable et sérieux pour les Etats-Unis. Cette position, permet également aux Émirats d'influencer en partie la nouvelle administration américaine dans le dossier du nucléaire iranien, qu'ils considèrent avec les Saoudiens et Israël comme une réelle menace régionale, et ne souhaite pas le retour des Etats-Unis dans l'accord signé en 2015. 
 
Les Émirats ont démontré une capacité à manœuvrer agilement sur la scène internationale, en revenant des échecs du début des années 2000, tout en continuant de poursuivre leurs objectifs dans la région et d'avoir notamment réussi à contenir la montée des partis islamiques turcs et qataris. Cette stratégie mise en place par le prince héritier, montre sa volonté de conserver son titre de « game changer » ainsi que de peser dans les affaires régionales auprès de la communauté internationale. Lui permettant alors de jouer un rôle crucial dans les Accords d'Abraham et leur négociation, ouvrant peut-être un nouveau chapitre dans l'histoire politique du Moyen-Orient.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.