ANNE BOUILLON
Avocate. Spécialisée en défense des femmes victimes de violences
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

Journal de confinement d'une avocate impuissante

À la manière de telle autrice, ou de tel chroniqueur, à mon tour de proposer mon « journal de confinement ». Journal d'une avocate en droit des femmes confinée. Avocates en télétravail, cela ne veut rien dire. La défense virtuelle, ça n'existe pas. Mon journal d'avocate en droit des femmes est celui de ma frustration. De mon impuissance quotidienne.

ANNE BOUILLON
Avocate. Spécialisée en défense des femmes victimes de violences
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la manière de telle autrice, ou de tel chroniqueur, à mon tour de proposer mon "journal de confinement".

Journal d'une avocate en droit des femmes confinée. Attention il n'y aura ici ni recettes, ni concours de puzzle, pas plus que de yoga matinal.

Depuis le 17 mars dernier mon cabinet est fermé. Le rideau est tiré. Comme tout le monde je suis chez moi...

Avec mes collaboratrices nous "télé travaillons". C'est à dire que nous avons toutes pris de grosses piles de dossiers, celles des urgences, les poussiéreuses, la pile des difficiles, un ordinateur et nos téléphones intelligents, avant de fermer derrière nous la porte du bureau.

Depuis le 17 mars, de chez nous, nous maintenons des horaires, nous trions des documents, nous rédigeons des projets d'actes, nous écrivons des mails, beaucoup de mails, passons des coups de fils... Nous faisons comme tout le monde : Face-Time, Whatsapp, live sur Facebook....

Nous luttons contre la tentation de brasser du vent. 

Nous comblons le vide qui remplit tout. 

Avocates en télétravail, cela ne veut rien dire. La défense virtuelle, ça n'existe pas. 

En tout cas je ne sais pas la pratiquer.

Pour défendre, il faut se rencontrer, se parler, se voir. Il faut se regarder, essayer de se comprendre se rejoindre. Se toucher parfois. Il faut aussi se jauger, se renifler, se sentir ou ne pas se sentir et finalement décider de nouer ce pacte de défense, de confiance et d'engagement. 

Ce métier est nécessairement corporel. Il est physique, incarné et même charnel. Il est fait de voix, de silences, de corps qui se lèvent et qui plaident. Il revêt parfois les atours d'un sport de combat. Il se pratique en robe et dans les Palais. Pas derrière un écran.

Depuis le 17 mars, c'est le vide qui gagne du terrain dans notre quotidien d'avocates: audiences reportées sine-die, expertises médico-légales différées, rendez vous annulés.

En sécurité chez nous, nous ne pouvons plus défendre les victimes de violences conjugales aux cotés desquelles nous intervenons tous les jours; Victimes qui elles se retrouvent confinées là même ou elles souffrent et enfermées avec celui qui les violente. 

Les juges sont devenus quasi inaccessibles, les rares audiences qui se tiennent encore se font par visio-conférence, les palais de justice sont cadenassés.

Alors dans mon journal de confinement, on trouve du vide et du silence. 

Le silence de toutes celles qui s’apprêtaient il y a 10 jours encore à sauter le pas, à partir, fuir,  et avec lesquelles avait été répété et peaufiné le scénario de la mise à l'abri. 

De celles là plus de nouvelles. Que deviennent- elles ? Que vivent- elles ? Leur projet d’exfiltration a t-il été découvert ? EN subissent-elles les conséquences ?

Au silence, additionnons la solitude de celles qui se trouvent désormais prises au piège. Toute sortie du domicile est désormais conditionnée à l'accord de Monsieur ET à une case à cocher !

L'emprise trouve ces jours ci les conditions idéales à son plein épanouissement.

Hier l'une d'elles profite de l'absence éphémère de son mari. Elle m'envoie un mail. Je la rappelle immédiatement. Elle m'explique que cette fois ca y est, il a porté la main sur elle. Il a dépassé le cap des simples insultes et l'a jeté contre le mur, a cassé l'ordinateur et lui a hurlé sa rage au visage sous les yeux ébahis et de leur gamin de 5 ans. Depuis elle est pétrifiée. Elle raccroche précipitamment. 

Une autre a cru pouvoir profiter de l'annonce du confinement pour trouver refuge avec les gosses chez de la famille en Basse Bretagne. Monsieur ne s'est pas laissé berner. Il est venu récupérer tout le monde et depuis règle ses comptes, toutes portes fermées.

Une autre enfin me dit qu'elle a voulu déposer plainte. Mais qu'il lui a été demandé de revenir après le confinement. Pour l'heure les forces de l'ordre sont mobilisées sur d'autres fronts.

Mon journal d'avocate en droit des femmes est celui de ma frustration. De mon impuissance quotidienne.

Finalement pas grand chose en comparaison de ce qu'elles sont en train de vivre.....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié