Anne Dauvergne
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2021

Péril sur le théâtre d'Arles

Le théâtre d'Arles, scène conventionnée d'intérêt national, est mis en danger par la dégradation annoncée de sa subvention municipale.

Anne Dauvergne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle majorité municipale, emmenée par Patrick de Carolis, entend modifier considérablement l'avenir du théâtre d'Arles.

Mettant à profit le renouvellement de la délégation de service public du théâtre, la Municipalité modifie les missions du futur délégataire, et entérine une baisse majeure de sa subvention annuelle (-30%), amputant ainsi le budget total du théâtre de près de 20%.

Pour comprendre les enjeux de cette situation, il est utile de rappeler les circonstances de la dernière rénovation du bâtiment. Les travaux ont été financés à plus de 90% par le Département des Bouches-du-Rhône, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (aujourd’hui Région Sud) et l'Etat. Cette solidarité exceptionnelle a permis à la Ville d'Arles de bénéficier d'un théâtre refait à neuf à moindre coût.

Depuis la réouverture du théâtre en 2001, ces trois partenaires historiques que sont le Département, la Région et l'Etat, sont régulièrement intervenus aux côtés de la Ville pour soutenir le théâtre d’Arles et contribuer au financement de son fonctionnement. Sans eux, le théâtre d'Arles n'existerait pas. Avec eux et grâce à eux, aux côtés de la Municipalité, le théâtre d'Arles a progressivement pris sa place dans le paysage culturel, jusqu'à devenir une référence dans le domaine du spectacle vivant, sur le plan local et national. Il bénéficie aujourd'hui du label « scène conventionnée d'intérêt national ».

Résolument tourné vers la création, c'est un lieu reconnu et apprécié par de nombreux spectateurs et artistes. Il propose un large choix de spectacles inventifs et stimulants à des tarifs accessibles à tous, ainsi que des actions avec le public. Il accueille régulièrement des groupes d'élèves, de collégiens et de lycéens, et soutient la création artistique de multiples façons, permettant notamment à des artistes de répéter et travailler sur son plateau.

Le théâtre d'Arles rayonne sur tout un territoire. Ses objectifs et les moyens pour y parvenir sont précisés dans des conventions, qui engagent tous les partenaires. En modifiant le cahier des charges du théâtre, en supprimant près d'un cinquième de son budget, la Ville prend le risque de provoquer une baisse sensible des autres financements.

Peut-on raisonnablement penser dans ces conditions que l'activité du théâtre pourra être développée ? Ou même seulement maintenue ?

Les équipes qui ont travaillé au théâtre d’Arles, les élus et les techniciens de toutes les collectivités, les personnels de l’État, ont œuvré main dans la main, au service de l'intérêt général, pour que ce théâtre advienne. Il a été porté collectivement tout au long de ces vingt ans, avec rigueur et énergie, par un engagement sans faille. Pour le public. Pour les artistes.

Aujourd'hui, ce théâtre est mis en péril par la baisse substantielle de la subvention attribuée par la Ville d'Arles.

Nous nous élevons fermement contre cette décision, prise dans la précipitation par la seule majorité municipale, qui met à mal vingt années d’efforts et d’investissements communs. Un immense gâchis en perspective.

Dominique Chenet, directeur - Anne Dauvergne, administratrice - Pierre Robelin, directeur technique, anciens cadres de direction du Théâtre d’Arles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal — Violences policières
Éleveur tué par un gendarme : « Les juges ne veulent pas faire éclater la vérité »
Cinq ans après la mort de Jérôme Laronze, abattu de plusieurs balles le 20 mai 2017 par un gendarme dans des circonstances controversées, les proches et amis du paysan bourguignon expriment leur désarroi face à la lenteur de la justice et leur crainte qu’elle renonce à juger l’auteur des tirs.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart