la déception

La déception

Confinement et donc annulations
Rendez vous psychiatre
Rendez vous alcoologue
Prenant les transports en commun, j’avais quelque peu pris les devants
Je suis comme beaucoup : malheureusement dans une zone blanche
C’est le silence
N’ont-ils plus le temps d’écouter ?
Pourtant les temps sont durs pour les gens seuls
Les temps sont flous (pour reprendre les termes d’une vieille chanson) pour les personnes fragiles, psychologiquement fragiles
La solitude se rajoute à la solitude, celle d’être soit
La quarantaine, se trouver face à face avec nos peurs, notre tristesse.
Des idées sombres s’ajoutent aux idées noires
Moi je m’en sors, mon mari prend le relai de la présence,
Se débat avec les mots qui réconfortent, ceux qui calment le cœur
La chanson n’est pas simple
Je pense en permanence à cette phrase de l’église, sans foi particulière, mais ces mots ont bercés mon enfance
« Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri »
Une parole peu beaucoup, ils sont les professionnels de la parole
Il n’ya pas de paroles sans présence
Nous sommes seuls et la terre est dure
Autour, cependant, les psychologues, des associations, les centres de soutien , d’autres encore reprennent ce rôle d’accompagnement, tiennent le téléphone, offre la lumière d’une présence réconfortante
Reste un silence olympien assourdissant

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.