Le nouveau dictionnaire de Salah Guemriche

Auteur d’un «Dictionnaire des mots français d’origine arabe» publié au Seuil en 2007, ouvrage savant et salutaire qui a fait date (au point d’être immodérément pillé et même abusivement plagié), Salah Guemriche (abonné bien connu de Mediapart) récidive avec un nouveau dictionnaire à mettre en toutes les mains.

136723-couverture-hres-0
Que faire quand non seulement « vous n’y pigez que pouic », « vous n’y entravez que dalle », mais qu’en outre, par charité, vos ados – enfants ou petits-enfants – dissimulent (mal) un sourire quelque peu goguenard quand, pour leur faire comprendre votre légitime désarroi face à un lexique qui vous dépasse, dans une ultime tentative pour combler une distance qui chaque jour se creuse davantage, vous utilisez ces expressions désuètes dont vous croyez, à tort, qu’elles font « d’jeune » ?

Salah Guemriche a pensé à vous en planchant, entrée après entrée, sur son PETIT DICO à l’usage des darons et des daronnes qui désespèrent de comprendre leurs enfants, qui, édité comme son grand frère au Seuil, est sorti – vous avez de la chance– il y a quelques jours, le 2 novembre exactement, une façon très vivante de s’enjailler le jour des morts. Alors, pour ne plus vous « faire bananer » par le premier venu et éviter de « faire ficha » à vos ados chéris, il vous suffit d’aller fissa l’acheter ou le commander auprès de votre libraire préféré.

À vrai dire, c’est d’abord à lui qu’il a pensé, car il s’est trouvé dans cette situation avec l’ado dont il a été l’heureux reup et ses gos et potos à qui le livre est dédié. Et au détour d’une entrée ou d’une autre, des anecdotes vécues nous font partager les aventures de l’auteur au pays de la wesh-langue, laquelle ne cesse de se transformer, tout comme l’argot, ce qu’avait très bien compris Victor Hugo, comme l’auteur le rappelle dans sa préface : « L’argot étant l’idiome de la corruption se corrompt vite. En outre, comme il cherche toujours à se dérober, sitôt qu’il est compris, il se transforme. »

Hugo est en bonne compagnie, avec… Sadek, Nekfeu, Salif, Passi, Soprano, Booba, Ol’Kainry et Tito Prince. Ces noms ne vous disent rien ? Vous rencontrerez aussi, au hasard des 450 notes et références, Balzac, Zola, Richepin, les frères Goncourt, Romains, Triolet, Cendrars, Bernanos ainsi que le trio Le Breton, Simonin, Boudard, ce qui ne vous étonnera pas, mais aussi Shakespeare, et là, vous l’avouerez, ça fly. Sans compter les journaux comme L’Équipe, des émissions télé, des sites web. C’est que Salah Guemriche, qui s’intéresse autant au sens des mots qu’à leur étymologie, a puisé à toutes les sources pour nourrir chacune des entrées, d’ « Afficher » à « Zyva », cette dernière se terminant sur une question métaphysique : « Suis-je un zyva de souche ou un wesh-wesh migrant ? »

Question qui en appelle une autre, évidente, quand on pense à l’origine des mots qui viennent ainsi colorer et enrichir une langue à laquelle rend hommage cet ouvrage érudit et divertissant d'un auteur lui-même né en Algérie…

PETIT DICO à l'usage des darons et des daronnes qui désespèrent de comprendre leurs enfants, Éditions du Seuil, novembre 2017, 14,90 €.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.