Intérieur pluie

13 février 2020, cimetière Montparnasse, 2e division.

«Est-ce bien moi ? J'ouvre les bras et je pleux, je pleux de gauche à droite, du nord au sud, d'est en ouest, je pleux sur les collines d'Entre Rios, je pleux sur les champs qui jouxtent l'abbaye de Solesmes. C'est moi le petit homme du haut de la page. Il commence à faire moins froid, je pleux, je pleux, je suis en train de pleuvoir, les morts se réveillent dans les bras des vivants.

[…]

Quelqu'un pleure-t-il encore ? Quelles larmes l'obscurité peut-elle encore avoir ? Quelqu'un est-il encore triste ? Non, l'obscurité n'a plus de larmes, il n'y a plus d'obscurité, voici le matin, la terre n'a plus de morts.»

Arnaldo Calveyra, Maïs en grégorien

Cet extrait d'un poème écrit par Arnaldo Calveyra après la mort de sa mère a été lu lors des obsèques de son épouse, Monique.

Merci à E. et B.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.