Gestion des déchets

Réduire, réutiliser (mise en valeur des recyclerie et réparateurs), recycler**. Strictement parlant, dans n’importe quel système en permaculture il n’y a pas de déchets.

D’abord il n’y aura pas de production des choses toxiques, polluantes ou biodégradables que dans la moyenne ou long terme. Toutes choses, qui dans leurs production, utilisation et éventuel disposition à la fin de leurs vies endommagement l’environnement/flore/faune et/ou la qualité de vie de humains.

**Recyclage. Ce qui est sûr c’est que pour les industries qui doivent payer des dividendes et les Gouvernements qui sont fixés sur le PNB, les approches Réduire et Réutiliser ne sont pas très intéressantes. Nous avons vu, par conséquent, la promotion du recyclage. Cette industrie, qui dépend de la société de consommation, dans sa façon actuelle de gérer les déchets n’est pas permacole. Par exemple certains plastiques sont recyclés et transformés en vestes polaires. Ceci est promu comme une solution aux déchets plastiques. Mais en fin de compte, cela ne fait que retarder l’éventuelle dispersion dans l’environnement de ce plastique. Chaque fois que la veste est lavée, beaucoup de microfibres sont libérées dans l’eau de lavage.

Tous les autres produits, dans leur confection, leur distribution et la fin de leur première vie, doivent avoir un impact au mieux positif pour l’environnement et les Humains et au pire neutre. Les biens seront réparables autant que possible par les gens de la commune. Si nous parlons du principe « réduire », concernant la consommation il y a une démarche qui est relativement simple. Si j’achète “pas cher” je vais sans doute acheter la même chose plusieurs fois, acheter les choses de qualité va réduire ma consommation de biens. L’autre chose simple à mettre en place, c’est un système de partage de biens dans ma commune, acheter à plusieurs des choses de bonne qualité et les partager.

https://www.terran.fr/la-permaculture-urbaine-sociale-et-economique.html

déchets déchets

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.