mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 29 avr. 2016 29/4/2016 Dernière édition

Une drôle d'histoire de cantonales: «le petit Chaperon vert au château»

Je préviens les âmes sensibles, ce conte s’appuie sur une histoire vraie, et vous serez, Sans doute tout comme moi INDIGNÉS.Mon amie «petit chaperon vert» me raconte: il était une fois un petit chaperon vert chargée par ses amis de se rendre au château (la préfecture) récolter les résultats des cantonales d’un beau département, l’Ariège.

Je préviens les âmes sensibles, ce conte s’appuie sur une histoire vraie, et vous serez, Sans doute tout comme moi INDIGNÉS.

Mon amie «petit chaperon vert» me raconte: il était une fois un petit chaperon vert chargée par ses amis de se rendre au château (la préfecture) récolter les résultats des cantonales d’un beau département, l’Ariège. A 18H45 Petit Chaperon Vert se présente au château et montre « patte verte » à l’entrée . Elle est mandatée, une hôtesse l’accompagne, non comme elle s’y attendait vers une salle classique de réunion (le château en comporte des modernes, classiques et plus actuelles), Mais vers « les salons »

L’Hôtesse et Chaperon vert traversent un premier grand salon, superbe, aux dorures restaurées et aux canapés et fauteuils tendus de tapisseries anciennes, aux lourdes tentures auréolant les fenêtres d’un faste coûteux, soulignant l’harmonie d’un autre temps. Petit Chaperon vert arrive ensuite dans un deuxième grand salon tout aussi rutilant de luxe, des tables délicatement, dressées où étincellent verres fins en christal, une ambiance de vrai PETIT TRIANON. Le Préfet, homme très courtois, vient accueillir le petit Chaperon vert, et lui présente son Epouse, ainsi que les deux autres personnes présentes, un responsable UMP et son Epouse. Petit Chaperon Vert à la surprise de voir qu’elle est la seule de l’opposition. Il y a deux écrans dans le salon : Une télé qui retransmet en direct BFM/TV (la Lybie) et puis l'écran où sont publiés les résultats au fur et à mesure.. Et là, s'affiche une page google, où figurent tous les soutiens UMP des organismes Catholiques et comités divers. Le Préfet est avec le petit chaperon vert, qui, gênée par cette page, lui rappelle qu’elle est EELV. La page disparaît (ouf) L’homme UMP semble penser qu'il est chez lui, au siège de l'UMP.

Chaperon VERT a du mal à se retenir mais le préfet doit sentir Qu’elle va "lever le bec". Tout se recadre sur les résultats. L'UMP – L’UMPiste semble ravi des scores du FN (il faut le vivre...) Tournent petits fours et boissons.. 1/2 heures plus tard, les représentants des autres partis arrivent. Les résultats tombent au fur et à mesure et sont définitifs. On lui en communique une impression qu’elle se dépêche de communiquer au fur et à mesure aux candidats.

Le préfet invite PETIT CHAPERON VERT à partager un repas fin (elle voit passer des plateaux pour le personnel) Elle refuse poliment : "Merci mais je rentre manger quelques nouilles avec mes enfants, comme la plupart de nos concitoyens ce soir" -air étonné du préfet devant son refus. * - Ils sont dans une bulle un autre monde hors du temps, il ne comprend sans doute pas... Vous dire le sentiment de décalage entre ce luxe et le peuple qui ne joint pas les deux bouts.. vous dire comme la RES PUBLICA n'est plus publica du tout, comment la préfecture en période d'austérité est UN CHATEAU Un détail me direz-vous? NON . Combien de pauvres gens auraient pu se chauffer, se nourrir, se loger avec le coût de cette fastueuse réception? multipliez cela par le nombre de Préfectures. Austérité ou banalité des différences? INDIGNEE Petit chaperon vert rentre chez elle, IL FAUT QUE CA CHANGE. Et ce qui nous paraît "normal" ne l'est certainement pas par les temps qui courent. La République est devenue une pauvre fille qui affiche de vieux bijoux luxueux pour faire oublier que ses enfants ont faim!!! Malade d'une OLIGARCHITE aigüe!

Mais si elle a pensé à l’indécence de ce faste en période d’austérité, de misère et de précarité grandissante, combien sont restés partager ces agapes d’un autre temps ? Une Préfecture est le bâtiment du PEUPLE, avez-vous visité la vôtre ?

Et si vous retrouvez dans cette histoire, la place d’un hypothétique GRAND MECHANT LOUP, ce conte sera bouclé mais l’auteur n’en désigne aucun, vous laissant terminer l’histoire à votre façon. Bien à vous tous, ne lâchons rien. Un petit rappel : la réquisition du Château par le RAAL à l’occasion de LOPPSI2 et des expulsions : http://blogs.mediapart.fr/blog/anne-nymette/200111/ariege-le-raal-anti-loppsi2-requisitionne-la-prefecture

 

Communiqué du RAAL : en cas d'expulsion (elles ont commencé) besoin d'un conseil juridique, de soutien ou d'hébergement provisoire :

Numéro d'alerte: toute personne menacée d'expulsion dans le cadre de la loi LOPPSI, contactez le RAAL au 06 17 87 21 03

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Il n'y a pas que les préfets qui s'empiffrent. Il y a aussi les réseaux mafieux corrompus qui financent les partis politiques pendant que nous nous serrons la ceinture.

Les passations de marchés bidon que nous n'en finissons pas de payer.

Et de ce côté là, ne vous faites pas d'illusion, droite-gauche, même combat.

On vote des décisions, des projets qui ne servent à rien et plus la crise augmente, plus on dépense.

Et plus on dépense plus nos dirigeants ramassent, les banques, n'en parlons pas, elles amassent.

Cela n'aura qu'un temps. Bientôt les citoyens français et ceux du monde entier s'élèveront contre toutes ces magouilles qui petit à petit remontent à la surface.

C'est très ien d'avoir témoigné.

On ne se met pas à table avec des gens dont on ne partage pas l'opinion.

Et ces petits riches feraient bien de faire preuve de modestie. Il semblerait qu'ils aient oublié qu'on ne se vante pas du festin que l'on s'apprête à faire à des gens qui n'ont rien à manger, ou si peu.

 

Constance Caron

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Anne Nymette

Electron libre en recherche d'Humanistes
FRANCE

mots-clés