Annie Robert
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 août 2022

Annie Robert
Abonné·e de Mediapart

Yom Astrada de Marciac 28 Juillet 21h

Une biographie musicale classique et contemporaine, une kyrielle de formes inclassables, mais je n'avais jamais touché de l'oreille une approche qui visiblement a tout du spirituel. Ces projets précédents se nommant Illuminations, Prière, Eternal Odyssey, on sent que le sacrè n'est pas loin.

Annie Robert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne connaissais pas Yom et sa faramineuse clarinette. Certes, j'avais écouté par bribes des extraits de son travail et découvert une biographie musicale extrêmement variée, allant du klezmer traditionnel revisité aux musiques électroniques, en passant par le rock, l’americana, la musique classique et contemporaine, une kyrielle de formes inclassables, mais jamais touché de l'oreille une approche qui visiblement a tout du spirituel. Ces projets précédents se nommant Illuminations, Prière, Eternal Odyssey, on sent que le sacrè n'est pas loin. C'est un duo tout nu, dépouillé d'artifices avec le son seul dans sa beauté et son équilibre qui s'avance sur scène. Yom nous offre avec son jeune alter ego Léo Jassefau piano un concert basé sur son nouveau disque intitulé « Célébration » en le transformant en un seul morceau, sans interruption.
Il dit le penser comme une séance de méditation collective ou de voyage intersidéral, une plongée au plus profond de nous-mêmes… quelque chose d'intérieur et de vivant qui va être bien difficile à décrire.
Une dominante orientale et balkanique se dégage rapidement de la clarinette. Le son est chaud, profond. Au piano des nappes sonores tantôt légères, tantôt inquiétantes.
On est dans une musique de textures et de couleurs.
Des images mentales s'imposent rapidement avec des synesthésies variées, sûrement propres à chacun des auditeurs. Calmes ou furieuses, les notes, les harmonies flirtent avec la brume, les éléments physiques et matériels de l'univers mais aussi les sentiments. Des thèmes se faufilent, disparaissent et reviennent en résurgence. Le jazz et son groove y trouvent peu à peu leur place, discrètement. Ils ne sont pas le support essentiel du projet. Ils se pointent un peu par effraction.
Mais le son lui, est physiquement là. On l'imagine lever les voiles, faire vibrer les peaux des tambours muets, plaindre et caresser les visages. Le piano solo se fait violent, déstructuré, nerveux en écho à une clarinette réceptacle des fureurs et des angoisses.
Voici donc une méditation peu apaisante, la montée vers le divin est un chemin semé d'embûches et en tous cas d'incertitudes à cette étape du concert.
Au bout d'un certain temps, cette tension se fait bien lourde. On se dit que dans le méandre des sentiments humains ou des moments de la vie, il en manque des tendres : l'empathie, la compassion, la nostalgie, la douceur et surtout la joie. Le piano à certains moments les touchent de façon fugace, mais la présence véhémente de la clarinette nous bouche l'horizon.
Heureusement quelques pas de danse s'esquissent et le tourbillon bienvenu de la gaité fait son apparition.
Deux plages, plus calmes, plus enfantines emportent la tension, évocatrices d'un ailleurs fantasmé peut être mais heureux.
Autour des deux interprètes les volutes lumineuses concourent à cette atmosphère. Par leurs balancements colorés, les soleils qui s'allument et s'éteignent, on dirait des projections de vitraux croissant et décroissant avec l'intensité de la musique.
On devient un rien derviche tourneur. Et je comprends d'un coup ce qui me manque: la danse. Le mouvement. Je me prends à penser ce qu'un danseur pourrait faire de cette musique là, le déploiement des tendons et des muscles, la grâce d' une chorégraphie juste esquissée.
Les deux musiciens finissent essorés, épuisés. Nous, on a encore les yeux ronds.
Yomnous a offert donc ce soir, une expérience à part, avec sa musique comme vecteur vers un ailleurs quel qu'il soit, qu'on le pense divin, culturel ou intellectuel. Aussi étrange que passionnant.
Un ethnologue y retrouverait surement ses pistes et un musicologue aussi. Une démarche assez unique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas