Annie Stasse
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

4 Éditions

Billet de blog 14 mars 2021

Régionales Centre Val de Loire accords difficiles à gauche

Jusqu'aux derniers moments nous avons œuvré pour une alliance de toute la gauche : PS, FI, EELV, PCF, cette alliance large n'a pu se faire du fait des refus de FI et de EELV. EELV a pris le parti de se présenter seul à ces élections régionales. FI proposait une alliance avec le PCF uniquement.

Annie Stasse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

APPEL DES 6 FÉDÉRATIONS PCF POUR UNE ALLIANCE DE TOUTE LA GAUCHE EN VUE DES RÉGIONALES CENTRE VAL DE LOIRE DE JUIN 2021

En septembre 2020, les six fédérations communistes de la Région Centre Val de Loire lançaient un appel public au rassemblement large des forces de gauche et écologistes dès le premier tour des élections régionales (les 13 et 20 juin 2021) autour de contenus forts, transformateurs et novateurs, capables de répondre aux attentes, de recréer de l’espoir et de battre les droites et l’extrême-droite pour une région plus solidaire, plus écologique, plus démocratique.

Lors de leur conférence régionale réunissant le 23 janvier dernier près de 100 communistes en visioconférence, cette démarche a été réaffirmée avec le souhait de poursuivre les rencontres avec l’ensemble des forces politiques de gauche et écologistes. Le Parti Socialiste a confirmé sa volonté de rassembler derrière François Bonneau les forces de gauche et écologistes. La France Insoumise a confirmé vouloir construire un rassemblement de la gauche à l’exclusion du PS. Europe Ecologie Les Verts s’est placée depuis le départ dans une posture d’autonomie et n’a pas donné suite à nos propositions répétées de rencontres depuis le 23 janvier.

Ce 23 janvier, la conférence régionale, à l’unanimité des votants, désignait Sylvie Dubois comme cheffe de file des communistes dans cette élection. Sylvie Dubois est une ex-ouvrière de la confection, syndicaliste, cadre mutualiste et Maire-adjointe à Saran dans le Loiret en charge des finances.

La 2ème conférence régionale tenue le 27 février a fait état des discussions et accords possibles avec les différentes formations de gauche.

Le constat est fait que, malgré tous nos efforts, le rassemblement de toutes les forces de gauche et écologistes dès le premier tour n’a pas été atteint. Il en ressort que les éléments essentiels de notre stratégie à prendre en compte sont la perspective de conserver la Région Centre-Val de Loire à gauche et à se doter du maximum d’élu.e.s communistes pour peser sur les choix régionaux. Dans cet objectif, 2 options de rassemblement, soumises au vote des adhérents communistes de la Région, subsistent : l’une avec le Parti Socialiste, l’autre avec la France Insoumise.

Nous entendons poursuivre les négociations avec le choix de rassemblement qui sortira du vote des communistes.

Il a donc été proposé un vote au niveau de chaque fédération du PCF, accompagné des arguments et axes de programme suivant :

AXES PRIORITAIRES DU PCF POUR LES ÉLECTIONS RÉGIONALES

Pour les communistes, seule une réponse publique, sortie de toute logique de profit et de rentabilité, permet de répondre véritablement aux attentes et aux besoins de la population. La future majorité régionale devra être celle qui s’opposera à la réforme des 4D, qui s’engagera pour le commun et l’intérêt général par la défense et le développement des services publics en région Centre Val de Loire. Elle devra s’opposer à toute tentative de privatisation. Et cela dans tous les secteurs : ferroviaire, formation professionnelle, routes… La région s'opposera au transfert aux régions de nouveaux personnels, personnels sociaux et de santé, gestionnaires des établissements scolaires. Tous les projets devront également être mis en œuvre au regard des exigences écologiques.

TRANSPORTS :

  • Gratuité des transports ferroviaires et du réseau Rémi pour les moins de 26 ans
  • Développement du ferroviaire  voyageurs et fret pour relier les territoires avec la SNCF comme seul opérateur et du transport multimodal combinant le ferroviaire et le fluvial
  • Réactivation des comités de lignes

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET SUPÉRIEUR

  • Gratuité de la restauration scolaire dans les lycées pour les premières tranches du quotient familial
  • Gratuité des équipements professionnels et numériques pour une véritable égalité de tous, en lien avec les syndicats enseignants

FORMATION PROFESSIONNELLE 

  • Réorienter la  Formation professionnelle initiale vers les lycées professionnels publics et l’orientation vers le service public d’Education Nationale, afin de la libérer des besoins à court terme du patronat local et viser pour chacun une formation de haut niveau qui lui permette d'évoluer dans son métier ou/et d'en changer.
  • Dans cet objectif la région passera contrat avec le rectorat pour que les personnels de l'orientation scolaire agissent dans le cadre de l'EN afin de garantir l'égalité d'accès aux diplômes et leur caractère national. 

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

  • Commission de contrôle, d’évaluation et de suivi des aides économiques régionales en associant les organisations syndicales et représentants de salariés des entreprises concernées en leur permettant d’émettre en amont un avis consultatifs sur les dossiers d’aides, bilan et publication des annuelles des aides. Pas un centime public aux entreprises qui licencient alors qu'elles font des profits. Mise en place de critères sociaux, environnementaux, d’égalité femme-homme conditionnant l’attribution de toute aide publique
  • En prenant appui sur les structures existantes, aller vers la création d’une conférence régionale pour l’emploi, la formation professionnelle, la transformation écologique des productions avec l’objectif d’une instauration d’un fond régional pour la sécurisation de l’emploi et de la formation professionnelle, co-géré par les représentants de salariés, des entreprises et des élus.
  • Engager la région vers un soutien plus fort à l’économie sociale et solidaire en réorientant la commande publique vers celle-ci et en associant les structures de l’ESS dans l’élaboration des schémas de développement durable et d’économie circulaire

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

  • Soutenir le développement du logement social en conditionnant les subventions aux communes et intercommunalité au respect de la loi SRU
    agir pour l’environnement en accélérant la rénovation thermique des logements, des lycées, des bâtiments publics, en développant les espaces verts urbains et en préservant la ressource en eau, les espaces naturels et forestiers
    la politique d’aménagement du territoire devra porter comme principe de faire progresser l’égalité des citoyens et des territoires à l’opposé des grands projets de prestiges inutiles pour l’intérêt général. La région développera une politique foncière pour lutter contre la spéculation
  • La Région refusera toute fermeture de lits et favorisera la création d’hôpitaux de proximité assurant ainsi un maillage au plus près des habitants. La Région doit développer les formations sanitaires et sociales pour faire face à la pénurie de personnels tout en assurant des conditions de travail satisfaisantes. Des structures supplémentaires, comme les centres de santé publics avec des médecins salariés, et de nouveaux dispositifs d’aide à l’installation de professionnels de santé doivent être créées pour lutter contre la désertification médicale ainsi que la transformation du CHRO en CHU.

AGRICULTURE

  • La Région, avec la Chambre régionale d’agriculture, doit accompagner la transition vers un modèle agricole durable en favorisant une agriculture non intensive et éco-responsable, en s’opposant aux fermes-usines, en soutenant  le développement de réseaux coopératifs en permettant aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail. Pour cela nous faisons 4 propositions majeures :
  • développer les contrats régionaux de solidarité territoriale (CRST) pour le financement des investissements de conversion en agriculture biologique
  • soutien à l’installation par la création d’une aide complémentaire pendant 5 ans afin qu’aucun revenu ne soit inférieur au SMIC
  • développer une politique de partage du foncier avec le système de location-vente des terres aux jeunes

SPORT

  • Pass sport pour tous les jeunes de moins de 26 ans élargi aux familles sous conditions de ressources
  • Mise en place d’un budget d’urgence pour les associations sportives avec l’objectif de relancer les activités associatives sportives mises en grande difficulté par la crise sanitaire.

CULTURE

  • Rendre plus attractif le Pass culture pour tous les jeunes de moins de 26 ans élargi aux familles sous conditions de ressources
  • Mise en place d’un budget d’urgence ambitieux pour la culture dont les orientations seront définies avec les acteurs culturels de la région lors d’une conférence régionale de la culture réunie dans les premiers mois de la mandature. Son objectif est de répondre immédiatement aux difficultés accentuées par la crise sanitaire et de définir une politique sur le long terme, avec les premiers concernés, pour soutenir toute la culture en région et favoriser la participation du plus grand nombre

CITOYENNETÉ / DÉMOCRATIE

Nous souhaitons une région qui s’engage résolument et concrètement  pour l’égalité des femmes et des hommes et contre toutes formes de discriminations. Nous souhaitons une région qui rapproche les lieux de décisions des citoyens et qui agit pour rendre ceux-ci acteurs dans les territoires. Nous souhaitons une région qui pratique la démocratie participative de l’élaboration collective des projets jusqu’à l’évaluation des politiques publiques et le contrôle des engagements de campagne

  • Mise en place de réunions annuelles du conseil régional dans les territoires pour rendre compte des politiques menées, les confronter à l’avis citoyen, débattre des orientations à venir 
  • Mise en place d’un référendum d’initiative citoyenne au plan régional et d’un droit de pétition permettant aux citoyens qu’un sujet choisi par eux soit mis en débat lors d’une séance du conseil régional
  • Mise en place de budgets participatifs à différents niveaux

DES MOYENS FINANCIERS POUR RÉPONDRE AUX BESOINS

  • Mobilisation de la région pour obtenir la nécessaire compensation financière et fiscale des transferts de compétences
  • Élaboration d’une fiscalité environnementale (taxe kilométrique poids-lourds affectée au développement di fret ferré et fluvial afin d‘enclencher un report modal pour le transport des marchandises, taxes régionale dissuasive calculée sur le poids des véhicules particuliers de type SUV)
  • Pour les lycées, agir pour une réévaluation de la DRES, gelée depuis 2008,  indexée sur l’augmentation démographique lycéenne et sur l’indice du coût de la construction pour financer les constructions ou reconstructions, l’équipement, les grosses réparations
  • Augmentation du versement mobilité payé par les entreprises
    Création d’une taxe additionnelle pour les territoires en déficit de logements sociaux qui ne respectent pas la loi SRU afin d’abonder les aides aux maires bâtisseurs
  • Multiplier par 4 la taxe sur les logements vacants dans les zones tendues pour se loger augmenter la redevance sur la création de bureaux 

----------------

Bulletin de vote et état de la situation

Nos 3 Objectifs : 

  • Conserver la région à gauche
  • Avoir des élus communistes à la région (au moins un par département)
  • Faire avancer les idées communistes

Option 1 : liste avec le Parti Socialiste

Elle serait conduite par François BONNEAU, président sortant de la Région, avec Sylvie DUBOIS cheffe de file PCF. Elle associerait également CAP 21.
Le PCF aurait 25% des candidatures, soit 22 candidats au premier tour et 5 élus PCF garantis en cas de victoire après fusion au second tour et si la liste est en tête au premier avec moins de 20%.

Une vice-présidence minimum (et 2 si EELV ne peut pas en revendiquer plus de 4, en fonction du score du 1er tour)
Un groupe autonome en cas de victoire quel que soit le nombre d’élus.
Une tête de liste départementale est possible, mais encore en cours de discussion.
2 élus sont garantis en cas de défaite, et 3 si la liste fait plus de 20% au premier tour.
Le PCF participera au comité de campagne, sera associé aux discussions de second tour, et apportera une participation financière de principe.

Option 2 : liste avec La France Insoumise

Elle serait conduite par Sylvie DUBOIS (PCF)

50% des candidats et des éligibles pour le PCF, et 50% pour LFI.
5 élus PCF possibles en cas de fusion avec les listes PS et EELV si la liste PCF/FI obtient 8,75%, 6 élu.e.s à 10.5 %.
Un groupe autonome à partir de 6 élu.e.s PCF pourra être envisagé.
Têtes de listes PCF dans le 45, 41, 28 et 18. Têtes de listes LFI dans le 36 et 37 (les têtes de liste départementales ne sont pas les premiers éligibles).
La liste participerait au rassemblement de la gauche au second tour. Le PCF financerait la campagne (la campagne sera remboursée si la liste obtient + de 5%). Une prise en charge d’une partie des frais de campagne par LFI est possible si la liste n’atteint pas 5%, mais les conditions restent à préciser.

Résultats du vote

Résultat des votes des militants PCF du Centre Val de Loire

Le vote des militants s'est donc prononcé pour une alliance avec le PS pour un pourcentage de voix de 62,99 %, et contre une alliance avec la seule FI pour un pourcentage de voix de 23,58 %.

C'est donc la liste d'alliance avec le PS qui fera l'objet de notre militantisme pour les régionales qui auront lieu pour le 1er tour le 13 juin 2021. Quant au second tour du 20 juin 2021 cela dépendra de notre position face à la droite, et des éventuels options d'alliance de toute la gauche de la part de EEFV et FI.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila