Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2017

Qui de la matière ou de l'esprit ?

S'agissant ici de cette bonne vieille question de la poule et de l'œuf : est-ce la matière qui a engendré l'esprit, ou l'inverse ?

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette question est vieille comme le monde, ou plus exactement comme le monde depuis qu'y sont apparus des êtres capables de pensée réflexive, tels ces individus de la race dite humaine sur la troisième planète d'un certain système solaire dans une certaine galaxie. Peut-être faudrait-il aussi s'entendre sur ce que nous appelons ici "esprit", mais dans un premier temps nous nous contenterons de le définir comme étant justement ce fait : l'esprit est ce qui a la capacité, entre autres, de se poser une telle question. On pourrait donc la reformuler pour une part ainsi : comment une matière à priori parfaitement stupide et mécanique a-t-elle pu engendrer un phénomène nécessitant au minimum intelligence et liberté ? Il semble bien qu'il y ait là quelque chose comme une contradiction intrinsèque, une impossibilité en soi.

En même temps, d'un autre côté, on ne voit pas comment, quelque chose d'aussi subtil, d'aussi abstrait, que cet esprit, aurait pu tirer de lui-même cela qui est si opaque, si inerte : la matière. Ou même, si on veut croire à quelque chose comme un Dieu créateur qui tire l'univers du néant : pour quelle raison alors cet esprit aurait voulu se perdre ainsi lui-même dans une aventure qui, de son point de vue, ne peut être vécue que comme une aliénation, à connotations soit sadiques, si on croit qu'un tel Dieu reste à jamais distinct de sa création, soit masochistes, si on croit qu'il participe plus ou moins au destin de ses créatures, soit un mélange des deux.

Nous voici donc revenus à notre dilemme initial. Il semble qu'il n'ait pas de réponse autre que de dire que l'une et l'autre, matière et esprit, sont en réalité inséparables, comme les deux faces d'une seule et même pièce de monnaie, par exemple. De tout temps il y a eu un aspect matériel et un aspect spirituel de l'univers, et, s'il est certain qu'il a fallu une longue histoire à cet univers pour produire cet être particulier que nous sommes, il est non moins certain que cela n'a pas pu être par pur hasard que nous sommes arrivés, mais bien parce que l'esprit est inséparable de la matière dans toutes ses manifestations, dès la plus infime des plus infimes particules élémentaires.

La théorie, physique, dite du "chaos", peut ici éventuellement nous aider. Cette théorie constate que, lorsqu'on a affaire à un système constitué de très grandes quantités d'éléments, et donc de très nombreuses interactions entre eux, s'il est impossible de prédire exactement par quelles étapes le système va évoluer et à quoi précisément il va aboutir, pourtant on peut mettre en évidence que son état final se situera à l'intérieur de certaines limites. Autrement dit, que, d'un certain désordre — le chaos — émerge toujours un certain ordre, mais, cet ordre se situe à un autre niveau, en quelque sorte, que celui des éléments dont le système est constitué.

Ainsi, s'il ne nous est toujours pas possible, après des décennies d'efforts acharnés en ce sens, de créer une cellule vivante à partir d'éléments chimiques, c'est parce que la vie, bien qu'ayant indubitablement besoin de ces éléments chimiques pour se manifester, se situe pourtant à un autre niveau de la réalité qu'eux. La vie est une manifestation de cette unité indissociable de la matière et de l'esprit, mais manifestation d'un autre ordre que celui des atomes et des molécules, aussi complexes que soient ces dernières. L'apparition de la vie peut être considérée comme étant ce vers quoi tend l'univers, partout en son sein, sur toutes les planètes autour de toutes les étoiles, sans qu'il soit pour autant possible de démonter parfaitement les mécanismes par lesquels cela se produit, au point de pouvoir les reproduire.

De même, à un niveau ultérieur, pour ce qui est de la complexité d'un système nerveux composé de milliards de cellules en interaction les unes avec les autres : il est certain que ce que nous appelons notre esprit résulte de, et est lié à, cet ensemble extrêmement sophistiqué ; il est certain que, tout comme nous pouvons explorer bon nombre des mécanismes biochimiques qui régissent la vie des cellules, ainsi pouvons-nous aussi décortiquer bon nombre des mécanismes par lesquels nos cellules nerveuses interagissent et s'organisent au sein de notre encéphale et de ses extensions, mais nous n'expliquerons jamais comment exactement cela aboutit à ce résultat qu'est notre pensée réflexive. Jamais nous ne serons capables de créer une conscience artificielle ! pas plus que nous ne sommes capables de créer une cellule vivante...

S'il nous faut donc considérer que la question de l'origine de la matière dans l'esprit ou l'inverse est une fausse question, une autre par contre s'impose alors à cet esprit dont nous participons d'une manière spécifique (spécifique au moins sur notre planète). Il semble en effet peu vraisemblable que les molécules chimiques qui participent à la vie d'une cellule aient conscience de ce niveau d'existence qu'est celui de la cellule en question en tant qu'unité. Similairement, il semble peu probable que les cellules nerveuses qui concourent à produire notre psychisme humain aient conscience de ce niveau d'existence qu'est celui de notre être humain en tant qu'unité. Alors, n'est-il pas logique d'envisager que nous, êtres humains, sans en avoir conscience, soyons pourtant les éléments d'un mode d'être d'un niveau encore plus élevé, qui nous englobe et nous dépasse, et auquel nous concourons donc sans le savoir ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie