anouka
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2019

Quand vous ouvrez les yeux, vous ne pouvez plus les fermer

La conscience, en ultime combat, plus définitive que la souffrance endurée, La conscience, face à l’insultant et mortifère mépris du déni délibéré ?

anouka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand vous ouvrez les yeux, vous ne pouvez plus les fermer

La conscience, en ultime combat, plus définitive que la souffrance endurée,

La conscience, face à l’insultant et mortifère mépris du déni délibéré ?

Ou alors… Si les yeux se ferment, c’est que la mort, plus forte que la vie, les aura ravis.

Oui, je sais, la petite fille aux allumettes….Oui, je sais.

Eux le savent, les sans nom, les yeux ouverts, les yeux grand ouverts, sur l’impitoyable misère

Que Les mirages, les beaux mirages ne sont que poésie, cruelle et humaine poésie

Les yeux ouverts, les yeux ouverts face aux injustices, en toute justice, foudroyante, expéditive

Les yeux ouverts, les yeux ouverts face aux violences policières, aux indicibles haines, d’une omerta protégée, calculée

Face aux injustes traitements des humains, les pauvres, les très pauvres, les invisibles, les oubliés,

Ceux que l’on ne compte plus… Ils ne sont plus comptés, ils ne comptent plus, ils sont noyés

La misère, le froid, la faim, la violence de rue, des abris périlleux, les viols, les humiliations

Font désordre, vraiment, inquiètent, pervertissent l’image, -o combien vendable- des cités idéalisées

Devant les nantis, les puissants, les arrogants, les faiseurs de discours, de honteuse manipulation,

De ces misérables, façon Hugo, n’ont que faire ?

Sacrilège des mémoires du passé, trépassées

Si, l’on peut, d’une formule, grossièrement expédiée, en cynique provocation assénée,

Les mépriser, n’en faire que de piteux objets d’oubli, de distractions, d’inutiles et honteux délaissés

L’on pourra convaincre, en légitime action, le nettoyage, inhumain, des trottoirs, des porches,

Des boulevards, des bouches de métros, des sous-ponts, des sous pentes, enfin désaffectés, désinfectés …

Les yeux fermés pourront s’entrouvrir sans se blesser, pourront s’extasier d’une propreté retrouvée

Les yeux ouverts, sur d’autres réalités, les plus sincères, les plus colères, les plus délétères

N’auront, dès lors, que les larmes et les cris pour affronter les dénis et les hourras de tous ces nantis apaisés

Les yeux ouverts, sans ciller, sans orgueil à ménager, pour affronter l’innommable réalité,

Les yeux fermés, les yeux aveugles, les yeux gourmands, les yeux voyeurs, les yeux menteurs

Comment peuvent-ils encore, à l’ombre des paupières, lourdement plissées,

S’inventer un monde de faveurs, de couleurs, de bonheur, de ferveur, de fastueux honneurs

Comment peuvent-ils encore, à l’ombre de leur noirceur, de leur esprit menteur,

S’inventer un monde, en parfaite harmonie, au comble de leur insondable ennui

C’est que derrière leur fenêtre, en ombrelles d’illusions perverties,

Le monde, sous leurs yeux d’un vitrage du déni assombri

Ne leur laissera qu’une pauvre, pauvre et lamentable ineptie

Les yeux à semi-ouverts sur une improbable illusion consentie

Les yeux ouverts sur une impressionnante gabegie

Les yeux fermés sur les impardonnables carnages et oublis

Les yeux ouverts, les yeux fermés

En nombre, de ce monde en impensable vertige, qui va l’emporter ?

Conscience, Ô conscience et puis oubli.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat