Lien: Sortir de la croissance, aller au-delà du possible

https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition

Frédéric Lordon, encore une fois, met en mots d'une manière très précise des réflexions qui semblent évidentes, que j'ai abordées aussi ici d'une manière tentative.

J'en retiens trois thèmes centraux.

Tout d'abord le local ou le global, une fausse dichotomie. L'importance des expériences locales et du développement des circuits courts, mais aussi le besoin de maintenir la pensée et la production globale.

Ensuite, la décroissance: une sortie du capitalisme qui ne veut pas dire son nom ou l'illusion d'un capitalisme décapitalisé? Il faut abandonner le débat autour de la croissance et de l'emploi, la simple inversion ne fait pas notre affaire.

Et finalement, le possible. Quand Thatcher nous disait "there is no alternative", elle avait raison. Elle avait raison dans le cadre qui était le sien, et qui ne peut pas être le nôtre. C'est le drame de Syriza grec, c'est le drame du PT brésilien : à moins de tout changer, on ne peut rien changer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.