Antoine Laurent
Journaliste vidéaste musicien
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 nov. 2009

Quand le Guardian pactise avec Oxfam

L'ONG Oxfam a publié lundi 8 novembre un web-documentaire sur le cyclone Aila, en collaboration avec le Guardian.

Antoine Laurent
Journaliste vidéaste musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'ONG Oxfam a publié lundi 8 novembre un web-documentaire sur le cyclone Aila, en collaboration avec le Guardian. Environ deux douzaines de courtes vidéos nous présentent la situation de Gabura au Bangladesh, avant l'arrivée du cyclone, puis après le passage de la catastrophe, qui a sévit en mai 2009, faisant 81 victimes, mais surtout affectant près de 2,6 millions de personnes. La qualité des vidéos est remarquable, les images magnifiques, et le contenu très riche, surtout lorsqu'il détaille la vie avant le cyclone, qui se dégrade avec les inondations à répétition, et le changement des conditions climatiques.
Mais que vient faire un document produit par une ONG militante, sur le site du Guardian, qui fait du journalisme? Tout simplement, Internet ne finance pas, donc on trouve de nouveau types de collaboration et de sponsoring. Et comme l'indique Eric Scherer, l'enquête journalistique est menacée,

"(...) les ONG activistes arrivent aussi désormais sur ce créneau. Des appels à des contributions citoyennes, voire à des subventions, se font jour, y compris en Amérique du Nord."

Il ne s'agit pas simplement de publicité achetée par Oxfam pour être affichée dans le reportage, mais d'une réelle collaboration, dans laquelle Oxfam intervient au niveau des décision éditoriales. On ne peut pas reprocher à Oxfam d'orienter de manière flagrante le document multimédia. Mais il est évident que la présence des messages militants de l'ONG tout au long du reportage lui donnent un ton et un angle qui n'ont rien de journalistique. Pour moi, c'est de la propagande. Dès le début des vidéos, le lecteur est invité à "agir avec Oxfam" pour sauver les vies arrachées par le changement climatique. Le cyclone est évoqué en permanence comme une conséquence directe du "changement climatique". Je ne dis pas le contraire, mais en tout cas aucune présence des débats scientifiques concernant l'éventuelle augmentation de la fréquence des cyclones tropicaux en Asie, et des causes de cette éventuelle augmentation dans le documentaire Oxfam. Pas d'approfondissement non plus des causes humaines (détaillées en fin de ce rapport) du désastre causé par la passage du cyclone. Tout semble être mis sur le dos du "climate change". Je ne conteste pas ceci, mais le manque de nuances me choque.

Alors très bien, laissons les ONG financer le journalisme. D'accord pour des fondations spécialisées dans l'enquête et dans le journalisme, comme le Center for Investigative Reporting, ou le Center for Public Integrity. Mais des ONG activistes? Où pourrait-on trouver la contradiction nécessaire au progrès du débat? Elle est déjà tellement peu présente à propos du thème du changement climatique, qu'on aurait pas beaucoup de mal à la faire passer à la trappe. Oxfam ne ferait sûrement pas un web-documentaire sur le sceptique par principe Freeman Dyson, qui bénéficie pourtant d'un très long et riche portrait dans le New York Times, repris, heureusement pour la France, par Courrier International et le Magazine Books dans son dernier numéro.


La conférence de Copenhague approche et elle est l'étape ultime pour un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il est donc important d'informer sur le réchauffement climatique. Mais à mon avis, prendre des accents catastrophistes et, surtout, prendre les gens pour des imbéciles n'est pas la solution pour les sensibiliser.

Article original sur mon blog: http://antoine-laurent.blogspot.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie