Arbitraire policier : un mort... Impunité ?

Cedric Chouviat a payé d'avoir ...manifesté un esprit Gilet Jaune prouvant par là que la contamination rebelle est devenue large et par là menaçante.

Adama Traoré en était mort, aujourd'hui c'est le tour de Cédric Chouviat. Et les autorités manoeuvrent et manipulent pour que l'opacité règne sur les circonstances de cette mort. C'est bien la chaîne politico-policière qui est à l'oeuvre avant que la justice ne vienne parachever le tout en décrétant l'impunité. Manque de bol, il y a des vidéos qui prennent le contrepied de cette tentative de "sauver" les flics !

capture-d-e-cran-2020-01-08-a-11-02-04

 Le Monde Cliquer ici

Lire sur Mediapart Violences policières: Cédric Chouviat est mort d’une asphyxie avec fracture du larynx (abonné.e.s)

Attention cependant à ne pas en rester à la surface de ce terrible, horrible, scandale : derrière la mort de cet homme qui ne demandait qu'à vivre de son travail, il y a une logique d'Etat qui vise à terroriser une population perçue comme une menace pour l'ordre des possédants. Ce que Cedric Chouviat a subi participe d'une politique devenue police qui cherche à neutraliser les Cedric Chouviat en gilets jaunes ou en chasuble de syndicalistes. Et qui fait la chasse à tout ce qui, dans le commun de la vie, leur ressemble...

On remarquera d'ailleurs que ce qui a mis en colère les flics c'est que, face à leur décision de l'interpeller, Cedric ait décidé de filmer ladite interpellation, chose tout à fait légale que les flics...contestent, souvent violemment : autrement dit, à sa façon Cedric a fait valoir cet esprit rebelle qui est dans l'air du temps de l'actuelle mobilisation populaire déniant aux flics qu'ils puissent faire ce que bon leur semble, alias l'arbitraire, déniant qu'un simple travailleur soit réduit à n'être qu'une serpillère. C'est cet esprit là que ces flics ont voulu faire taire. C'est cela qui a entraîné une atteinte au droit de vivre via une atteinte aux libertés.

Cedric Chouviat a payé d'avoir ...manifesté un esprit Gilet Jaune prouvant par là que la contamination rebelle est devenue large et par là menaçante.

Concluons : cette mort est tout sauf anecdotique, circonstancielle, elle est une métonymie du pouvoir de destruction antipopulaire qui fascise une démocratie. La riposte doit être à la hauteur : politique, antifasciste, démocratique et sociale. Par là nous restons, nous devons rester, au coeur de l'actuelle mobilisation car c'est elle qui est mise au défi par cette mort qui, selon le père de Cedric, est un meurtre. Et cela ne doit pas rester pénalement comme politiquement impuni !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.