Catalogne. Madrid lance la chasse aux CDR

L'Allemagne et le reste de l'Union Européenne n'ont qu'à bien se tenir, l'Espagnol espagnolissime pour l'éternité ne s'en laissera pas compter et tant pis pour l'accusée, tant pis pour la crédibilité de l'idée de démocratie et de justice.

L'Etat policier à l'oeuvre

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.33.29.png

Cliquer ici

Terrorisme judiciaire contre les CDR : opération péage gratuit = rébellion et terrorisme = tarif pénal : 30 ans d'emprisonnement !

Il fallait s'y attendre le fier hidalgo espagnoliste, chauffé à blanc par le rejet allemand du mandat d'arrêt européen lancé contre Carles Puigdemont, devait trouver d'urgence la parade pour laver ce qu'il vit comme un affront insupportable : c'est fait, une militante des CDR (Comités de Défense de la République), accusée d'avoir organisé l'opération "péage gratuit pour les retours des congés de Pâques", a été arrêtée par la Garde Civile, transférée à Madrid et mise en examen pour rébellion (donc violences) et terrorisme (1). Le premier chef d'accusation est celui qui a fait un piteux flop au tribunal allemand : dans un réflexe littéralement pavlovien, il fallait le remettre au premier plan pour que la justice espagnole se remettre d'aplomb via cette Audiencia qui est en filiation directe du Tribunal d'Ordre Public franquiste ! Quant au deuxième, il obéit à la logique ultra de la surenchère la plus bovine, quitte à galvauder plus qu'il n'est déjà fait, pas seulement dans l'Etat espagnol, le concept de terrorisme !

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.22.36.png

L'Allemagne et l'Union Européenne n'ont qu'à bien se tenir, l'Espagnol espagnolissime pour l'éternité ne s'en laissera pas compter et tant pis pour l'accusée, tant pis pour la crédibilité de l'idée de démocratie et de justice. 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.22.56.png

 En temps de guerre, contre ses peuples et plus spécialement contre celui qui, à l'est du pays, a osé le défier en son coeur néofranquiste de l'unité de la patrie "une, grande et libre (enfin on se comprend)", pas de quartier : à moi, la Légion, reprenons en choeur "les fiancés de la mort" (cliquer ici), vive le Christ Roi et sus aux hérétiques des nouveaux temps !

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.20.30.png

Il se chuchote, dans les couloirs de la Moncloa, qu'une ordonnance relégalisant l'Inquisition est sur le point d'être édictée et annoncée solennellement, depuis le palais de la Zarzuela. L'intronisation de Pablo Torquemada Llarena comme Grand Inquisiteur devrait être également officialisée, par un grand rassemblement populaire, en présence de sa majesté le Roi, en la bonne vieille Plaza de Oriente si chère au coeur des patriotes ... Par ailleurs des fidèles recueillis devant le sépulcre du Caudillo, au Valle de los Caídos, assurent avoir vu trembler la pierre tombale et perçu, l'espace de quelques secondes, en un ricanement sourd, quelque chose comme "Orban-Rajoy-Salvini-Rivera... hauts les coeurs !" 

(1) Un deuxième militant des CDR est mis en examen pour rébellion et terrorisme. Six autres personnes, pas nécessairement des CDR, ont également été arrêtées, cette fois par la police catalane, pour une intrusion de foule dans le parc attenant au Parlement catalan lors d'une session particulièrement houleuse le 30 janvier.  Les chefs d'accusation retenus contre elles sont : atteinte à l'autorité, désordres publics et désobéissance. Les détenu-es ont été remis-es en liberté et seront convoqué-es prochainement chez le juge.

La mobilisation de l'indépendantisme mais aussi des Communs en soutien des CDR (d'autres membres ont été arrêté-es)

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.25.57.png

Je suis CDR

Texte, photos et vidéos en cliquant ici

"C'est vous, fascistes, les terroristes!"

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-04-10%2Ba%25CC%2580%2B22.30.30.png

 Cliquer ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.