Montpellier. Procès de trois camarades de lutte contre la loi "travail"...

 Une justice "policière" instruisant à charge (comme les flics chargent !) qui ne juge pas des faits mais uniquement des démarches politiques. Les avocats quittent la salle...

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2016-12-10%2Ba%25CC%2580%2B22.27.08.png

 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2016-12-10%2Ba%25CC%2580%2B22.37.55.png

 Compte-rendu d’un rassemblement de soutien au procès de Ninon, Soline et Loïc, puis d’une audience menée par Morgane Le Donche, une juge au service de la police.


Mise à jour du 7 décembre : réquisition du procureur, pétage de câble de la juge, départ collectif, etc.

Dès l’entrée du tribunal de grande instance de Montpellier, le décor est planté. Ce 6 décembre dès 8h30 du matin, de nombreux policiers filtrent une étroite porte d’entrée. L’ambiance est au procès à haut risque, avec une forte présence policière. 

Trois personnes passent en procès pour leurs actions au cours de la manifestation du 15 septembre contre la Loi Travail et son monde. Les inculpé.e.s sont accusé.e.s de dégradations, de violence contre les agents de la BAC et d’incitation à l’émeute.

L’Assemblée contre l’état d’urgence et les violences d’État a organisé un rassemblement de soutien. Des tracts sont distribués aux quelques passants. Les personnes venues en soutien s’avancent vers la petite porte et demandent à rentrer. Cliquer ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.