Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 mars 2020

Implacable "couronavirus" espagnol...

Il est un virus spécifique qui, dans une Espagne terriblement touchée, elle aussi, par le coronavirus, se révèle un révélateur de premier ordre ... du désordre des choses, en l'occurrence politiques. Dans l'instant où les masques médicaux s'imposent, d'autres masques tombent : cela concerne, chacun à sa façon, les membres du gouvernement "progressiste" confrontés au virus de la corruption royale !

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etat espagnol. PSOE, PP, Ciudadanos, Vox, tous unis pour l'immunité (impunité) royale !

Sans surprise, et tant pis pour l'image d'un "gouvernement progressiste" que l'on cherche à vendre au bon peuple, les "socialistes" du PSOE, le parti du chef du Gouvernement, ont, comme d'habitude, fait front commun avec la droite (PP et Ciudadanos) et, innovation remarquable, avec l'extrême droite néofranquiste (Vox), pour bloquer la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les 100 millions de dollars supposément cachés en Suisse, selon le procureur de ce pays, par l'ex Roi Juan Carlos !

Remarquable aussi est le fait que la demande de création de cette commission d'enquête ait été déposée par le partenaire de gouvernement du PSOE, les anciens indignés de Unidas Podemos. Histoire de montrer qu'ils existent dans un gouvernement sous hégémonie socialiste ? Le résultat est là : lesdits socialistes ont, sans état d'âme et en un tournemain, stérilisé cette démarche. Cela s'appelle "envoyer sur les roses" les trublions oublieux que le parti "qui fut celui de la rose et du poing" est, depuis les années 70, un parti irrévocablement prorégime. Traduit en clair : un parti de la monarchie verrouillant, malgré les éclats de voix politiciens entre eux, avec ses alliés structurels PP et Ciudadanos et, mais si, mais si, Vox, l'intouchabilité de la Maison Royale.

Quand il faut sauver le soldat Juan Carlos et sa bande familiale parasite et corrompue, le front unique constitutionnaliste se reconstitue à toute allure. Et Unidas Podemos ressort bredouille de sa quichottade et rentre penaud dans le rang ! Bon Dieu, on ne quitte pas pour si peu un gouvernement progressiste !

Remarquable aussi est l'attitude des indépendantistes républicains de gauche d'ERC, initiateurs, avec Unidas Podemos, de la demande de la commission d'enquête en question. Aussi penauds que les camarades d'Iglesias, ils pensent que la rebuffade infligée par les socialistes ne mérite pas que l'on mette en danger les négociations engagées sur la "question catalane" avec ceux-ci (en rien engagés, eux, sur l'incontournable droit de la Catalogne à son référendum d'autodétermination). Et tant pis si la défense socialiste de la monarchie ait été menée avec les pires ennemis du processus démocratique indépendantiste, par ailleurs dans le souvenir réactivé du méchant discours prononcé en octobre 2017 par le rejeton de Juan Carlos pour appeler à plus de répression policière contre les "séparatistes" !

Il sera dit une nouvelle fois que le rapport à la monarchie est la pierre de touche permettant de mettre au clair qui sont, ou plutôt qui ne sont pas, les progressistes et démocrates...par-delà les moulinets, poses et autres enfumages.

A propos du dessin reproduit ici et mis en ligne ce jeudi sur le site de eldiario.es (voir ici) : les trois mousquetaires, de gauche à droite, Pedro Sánchez (PSOE), Pablo Casado (PP) et Santiago Abascal (Vox) (oublié Ciudadanos aujourd'hui réduit à la figuration), célèbrent leur union, épées au vent et arborant fièrement sur leurs tuniques le référent emblématique du patriotisme espagnoliste, le "toro ibérico", au cri célèbre, significativement détourné, du "Tout (sic) pour un (Juan Carlos !), un (le même) pour tous" tandis que ledit Juan Carlos célèbre le doux moment, bras levé. Tout en s'adressant à son royal fils : "Superfans, mon fils, ils sont superfans de la Constitution (1) ! Il ne faut pas chercher à comprendre !".

(1) La Constitution assure l'inviolabilité du Roi. Sauf qu'elle est reconnue efficiente dans l'exercice de la fonction royale. Or les 100 millions incriminés auraient été "placés" chez les Hélvètes après l'abdication du bonhomme. Eldiario.es a sorti un document exclusif le prouvant ! Gageons que la justice espagnole, implacable avec les indépendantistes, saura remédier au problème !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l'extrême droite s'offre trois jours de célébration de l’Algérie française
A quelques jours des 60 ans de l'indépendance de l'Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l'honneur l’Organisation de l'armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d'autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin