mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart mer. 10 févr. 2016 10/2/2016 Édition du matin

En meeting à Toulouse, Philippe Poutou réunit plus de 1000 militants

En meeting à Toulouse, Philippe Poutou réunit plus de 1000 militants © Toulouse Infos
En meeting à Toulouse, Philippe Poutou réunit plus de 1000 militants © Toulouse Infos


Vidéo. Sur France 3 Midi Pyrénées

A lire aussi

Labomètre #8 - Philippe Poutou, nouveau chouchou des réseaux sociaux

LE PEROU DES LUTTES AVEC PHILIPPE POUTOU

Philippe Poutou au Grand Journal de Canal + le 16 avril

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bonsoir Antoine,

Je te recommande l'interview de Mélenchon à LCP d’hier, qu'il faut rapprocher d'une nouvelle interview aux Echos

Tout à fait à la fin de l'interview sur LCP, ses deux rapides déclarations sur la dialectique mouvement social-dynamique électorale et sur son refus de construire une « opposition de gauche » à un éventuel gouvernement Hollande (« Nous n’appellerons pas à des manifestations », « Nous, on suit les syndicats […] Ni soutien, ni participation, ni opposition… », « L’extrême gauche donne des consignes pour la grève ou le reste, mais pas nous !… », « Besancenot dit on doit être l’opposition, mais laissons le respirer, donnons une chance à notre pays »), éclairent parfaitement la stratégie du Front de Gauche, ce que Mélenchon résume ainsi dans son interview aux Echos : « J'ai moi-même un projet politique. Mon intention est que nous soyons au pouvoir dans dix ans. » En attendant, respectueux du suffrage universel, il laissera faire Hollande, dont il prétend qu'il « résistera » aux offensives des financiers ! Tout l'inverse de ce qu'il a martelé pendant la campagne, caractérisant, à juste titre, Hollande comme le porte-parole de l'aggiornamento de la social-démocratie française au réalisme démocrate… depuis 1984.

Ces deux interventions média « de dernière semaine » (loin des grandes envolées sur le bruit et la fureur des débuts de campagne) sont à faire connaître à toutes celles et tous ceux qui hésitent entre le vote Mélenchon et le vote Poutou.

Mon dernier argument de campagne en leur direction pour les convaincre de l'utilité du vote Poutou, pour se préparer résolument aux affrontements à venir que nous concocte la bourgeoisie européenne : il y a un mois, tu disais avoir choisi de voter Mélenchon, bruyant et furieux, qui nous promettait de « tirer » Hollande à gauche ; le voilà, aujourd'hui, murmurant et pacifié, respectueux du suffrage universel, promettant à Hollande qu'il le laissera gouverner… pendant dix ans ; si tu ne veux pas que les partis du Front de Gauche et son leader restent immobiles pendant tout ce temps, vote bruyamment et furieusement Poutou (avec tes tripes, ta tête et ton cœur, en y mettant les proportions que tu veux, comme le disait Olivier en 2007), vote le plus à gauche possible pour « tirer »… Mélenchon à gauche !

Bonne fin de campagne à toi pour le meeting de Montpellier demain. Le « frémissement » du vote populaire le plus à gauche possible a eu lieu cette toute dernière semaine, avec retard comparativement à 2002 et 2007, mais avec le même élan de sympathie que nous avions constaté à l'époque. Merci à Philippe d'avoir tenu fermement son rang de porte-parole du NPA – avec le sourire, ce qui n'a rien gâché –, à toutes et tous les militant-e-s qui ne se sont pas contentés de pronostiquer l'aspiration d’une fraction significative de l'électorat populaire à voter le plus à gauche possible, mais qui se sont mobilisé-e-s pour sa mise en œuvre. La preuve par les 570 parrainages d'élus et par notre magnifique meeting toulousain de mardi dernier !

Bien à toi.

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS