Ah ! le CRIF ! Bien vu, Dominique Vidal, avec une petite réserve...

Le communautarisme, au sens intégriste où les promoteurs de sa criminalisation (républicanistes, faux laïques, droite, extrême droite, Charlie, certaines féministes comme la Ligue des Droits des Femmes...) le conçoivent, c'est exactement ce que le CRIF tente de faire envers la...communauté juive en l'appelant à s'aligner sans conditions sur l'Etat terroriste d'Israël.

Dominique Vidal, toujours top : Francis Kalifat, fourrier de l’antisémitisme ?. Une réserve cependant à propos de cette phrase : "Quand le CRIF défend les intérêts communautaires des Juifs de France, il est dans son rôle." Le problème c'est que la notion de communautarisme occupe une place clé dans la criminalisation qui est faite des musulman-es surtout mais pas seulement (voir la diabolisation des post-coloniaux et autres "indigénistes") : quand des musulman-es expriment ce qu'ils revendiquent comme leur identité référé-e, avec beaucoup de diversité au demeurant, à l'islam sans qu'elle soit exclusive d'autres marqueurs comme leur adhésion à l'idée de démocratie, le couperet tombe : haro sur le communautarisme qui "est" un intégrisme ! Il n'y a qu'à voir les campagnes antivoile, antiburkini qui, sans aucun hasard, tapent sur des femmes. Et cela grâce à une manipulation sans nom de la laïcité mais aussi du féminisme (les droits des femmes à l'émancipation). Or, le communautarisme, au sens intégriste où ces promoteurs de ladite criminalisation (républicanistes, faux laïques, droite, extrême droite, Charlie, certaines féministes comme la Ligue des Droits des Femmes...) le conçoivent, cela renvoie exactement à ce que le CRIF tente de faire envers la...communauté juive en l'appelant à s'aligner sans conditions sur l'Etat terroriste d'Israël : avec la circonstance aggravante, quand on se réclame de la laïcité, que le sionisme sur lequel repose l'Etat d'israël a intégré une dimension religieuse qui lui était étrangère au départ, y compris du temps de Ben Gourion ! Une dimension religieuse intégriste pour le coup qui fonde le rejet des Palestiniens tel que la Constitution de l'Etat des Juifs l'officialise désormais. C'est ni plus ni moins du communautarisme cherchant à embrigader les Juifs dans une conception raciste de leur communauté.

Netanyahu%2Bet%2BBolsonaro%2B2019-03-02%2Ba%25CC%2580%2B20.57.40.png

A gauche, l'ami du CRIF, posant avec son ami le président brésilien Bolsonaro : une même conception de la communauté exclusive et "excluante", une même menace pour la démocratie, la justice, l'égalité et la paix.

Donc, pour revenir à la phrase de D Vidal : pour autant que le CRIF et ses soutiens en France criminalisent toute revendication identitaire-culturelle des musulman-es comme communautariste, il faut les renvoyer à la contradiction qu'ils reproduisent pour eux ce qu'ils ciblent chez les autres et non pas accepter que "quand le CRIF défend les intérêts communautaires des Juifs de France, il est dans son rôle." Si cette défense des intérêts de la communauté vaut pour les juifs elle doit valoir pour toutes les autres communautés et il faut en finir avec cette arme de destruction idéologique massive de "communautarisme" ! Pour moi l'idée de communauté est une notion essentielle du combat pour l'émancipation : dans un sens internationaliste non exclusif de la défense de communautés nationales ou non nationales pour autant qu'elles ne soient pas exclusives des autres. Au CRIF, leur défense de la communauté juive est exclusive de la communauté palestinienne et tendanciellement elle amène ceux des Juifs qui le suivent à s'exclure de la communauté des gens qui défendent la justice, l'égalité, la paix... et à se faire, comme c'est bien dit ici, chez D Vidal, des fourriers de l'antisémitisme qu'ils recommandent de combattre.

Cela étant dit, l'ensemble de l'écrit de D Vidal est hautement recommandable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.