Ce samedi matin à 10h, sur France Culture, Concordance des temps avait quelque chose de souterrainement exceptionnel. Pour une fois, et ce malgré leurs 23 ans et quelque 9 mois de différence, l’invité, Olivier Ihl (né le 29 décembre 1965), s’exprimait avec quasiment autant d’aisance, de précision et de grâce que la puissance invitante, Jean-Noël Jeanneney (né le 2 avril 1942), passé maître dans l’art de la « conversation » radiophonique, au point, presque malgré lui, de parfois faire passer son interlocuteur pour « un moteur à gaz pauvre », comme disait Georges Bidault à propos de Robert Schuman à la Chambre des députés.

 


Par ailleurs, Olivier Ihl est professeur des universités à Grenoble, comme le fut Jean-Marcel Jeanneney (né en 1910 : il est, depuis la mort de Raymond Triboulet (1906-2006), le doyen des ministres encore en vie du Général de Gaulle), père du producteur de Concordance des temps, lui-même né dans le chef-lieu du département de l’Isère.

 


Enfin et surtout, cette émission permet d’offrir une survie méritée à un essai remarquable paru en octobre 2007 dans la collection NRF essais dirigée par Éric Vigne aux éditions Gallimard : Le Mérite et la République, essai sur la société des émules (496 p., 25 €). C’est le deuxième grand livre d’Olivier Ihl, qui n’a donc rien d’un polygraphe, après l’édition de sa thèse, soutenue sous la direction de Mona Ozouf : La Fête républicaine (Gallimard, 1996).

 


Attiré par « la majesté d’État » et prenant au sérieux ce que nous sommes tous enclins à railler (des hommes s’abaissant pour s’élever !), Olivier Ihl distingue parfaitement l’essentiel à propos de ces « figures coloriées » que sont les médailles : les mécanismes politiques qui en favorisent la circulation. Son étude traquant « la persistance de signes » et ce qui vient à en découler, « une cotation qui se veut objective », est passionnante de bout en bout, grâce notamment à ses prolongements anthropologiques : « Des émules ? On aurait pu dire des décorés. Ou des méritants. Ou des récompensés. Je me suis finalement résolu à les appeler des émules : de emole, le rival. Il s’agissait d’insister sur le fait que ces hommes ont été façonnés par une disposition que, sans relâche, les institutions d’État inculquent et propagent dans une Europe libérale : se mesurer les uns aux autres, se comparer pour se dépasser. Émulation : issu du latin aemulari (rivaliser), le mot dérive d’aemulus (qui cherche à imiter). Il désigne le souci qui pousse à égaler ou à surpasser quelqu’un. Un sentiment que certains n’hésitent pas à présenter comme un besoin primaire ou une constante anthropologique. »

 


Ce Concordance des temps fut un régal d’intelligence, les archives distraites de la phonothèque de l’Ina étaient faramineuses, des plus anciennes à la plus récente (Robert Badinter trouvant les mots cinglants, distants et justes à propos de savoir si Papon pouvait être enterré avec sa légion d’honneur).

 

Pour le lien vers l'émission, cliquer ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.