Reflexion sur les risques associés au terrorisme par armes chimiques...

"Reflexion sur les risques associés au terrorisme par armes chimiques... ou comment se "rassurer" avec des mauvaises statistiques"

Une reflexion personnelle a partager (et a débattre/commenter)a propos du terrorisme et des perspectives..

 ----

Suite aux récents attentats de Bruxelles, où je vis, dans un premier temps je me suis dit « un risque de plus », effet de notre modernité, et aussi de nos erreurs du passé (colonialisme, outrecuidance de l’occident qui revient en boomerang etc..) , pas « pire » que les accidents de voiture ou de vélo  , il faudra a mon niveau faire avec (cf cette anecdote qui rapporte, et que j’ai répété bêtement, que suite a l’attentat aux US, les morts sur la route ont augmenté bien au delà des victimes directes de l’attentat lui-même du fait que les américains prenaient plus leur voiture que l’avion depuis lors).

Mais en y repensant, avec les infos collectées a droite et a gauche, cette nouvelle forme guerre chez nous est non seulement idéologique et surtout urbaine et elle  vise en premier lieu des civils (contrairement a d’autres guerres traditionnelles ou les civils sont des victimes « indirectes »), il serait naïf (ou bien on cherche a se rassurer) de croire que c’est un mal «  bénin », sous contrôle et qui a après tout des effets modérés aux statistiques "rassurantes" (probabilité faible d’être exposé individuelle).

 En effet je repense a ce livre de Murakami sur la secte Aum, ou l'auteur explique comment cette secte a attaqué le métro de Tokyo a l'arme chimique (sarin) en 1995 (12 morts mais surtout 5500 blessés GRAVES).

 Ce qui est faussement « rassurant » avec les derniers crimes, c’est que ces kamikazes islamistes sont des agents isolés mais qui pourtant sont recrutés par des mentors qui les soutiennent et leur donne quelques moyens de destruction.

 Aujourd’hui ils se font sautés a l’explosif et c’est rudimentaire, et comparable en effet avec les dégâts sur les routes (même moins) , mais si demain ces kamikazes ne sont plus des laissés pour compte (au japon pour Aum ou il s’agissait de docteurs en chimie et en électronique), ou si leurs mentors les équipent d’armes chimiques alors on est immédiatement exposé a un risque d’une toute autre échelle Aum a touché 5500 personnes a Tokyo avec une seule action).

 Avec des produit chimiques adaptés ou je ne sais quelle cochonnerie chimique que savait concocter Saddam Hussein (n’oublions pas que les caïd de l’état islamique sont issus de ces rangs), il y a un risque de guerre chimique urbaine et la c’est tout de suite toute une capitale qui peut être décimée, via les airs ou l'eau.

 En conclusion méfions-nous (je parle surtout pour moi) de ne pas colporter des idées qui nous rassurent à savoir , c’est juste un risque moderne de plus comme les autres… non ça n’est pas le cas, hélas.

 Il est donc légitime de demander a ce que les autorités prennent cela avec le plus grand sérieux en renforçant les investigation en amont (qui a accès a quoi dans les labos de recherches et aux matières premières) et également les contrôles sécurités (on a déjoué un terroriste au stade de France ainsi). Évidemment cela nécessite une coordination européenne, et un partage des informations entres les polices, ce qui n'est pas garanti d'après ce que je lis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.