La destruction de l'environnement est la première cause de l'épidémie du covid 19

Nos sociétés modernes occupent brutalement d'immenses espaces vierges dans lesquels les animaux, les oiseaux, les insectes vivaient en harmonie avec des virus non pathogènes. La désorganisation de ce monde du vivant entraine des modifications de ces virus qui deviennent pathogènes pour l'être humain.

Une journaliste états-unienne, Sonia Shah, s'intéresse aux récentes épidémies microbiennes dans le monde telles que le virus de l'immunodeficience humaine , le VIH, Ebola en Afrique de l'ouest, Zika sur le continent américain, le paludisme, le virus du Nil occidental, la maladie de Lyme, le coronavirus qui a entrainé le syndrome respiratoire aigu sévère, SRAS, la grippe aviaire et d'autres encore. Elle a écrit un article passionnant dans le monde diplomatique du mois de mars 2020 " Contre les pandémies, l'écologie" que je résume ici et que je fais suivre de quelques réflexions par rapport au Covid 19. 

Toutes ces épidémies sont transmises par des animaux qui ne sont pas responsables de cette transmission. En effet tous ces agents pathogènes que j'ai cité plus haut ( VIH, virus du Nil occidental, coronavirus etc....) vivaient en harmonie avec ces animaux avant que l'être humain n'empiète sur leur territoire. La déforestation, l'urbanisation, l'industrialisation effrénée, a donné les moyens à ces microbes de devenir pathogènes pour l'homme. Je donnerai 3 exemples typiques mais Sonia Shah en décrit beaucoup d'autres.

1/ La maladie de Lyme. L'urbanisation du nord-est américain grignote les forêts et chasse les opossums, ces animaux qui contribuent à réguler les populations de tiques, vecteurs de la maladie. Ceux ci augmentent en nombre et permettent à la maladie de Lyme de se répandre. Au cours des 20 dernières années, 7 nouveaux agents pathogènes portés par les tiques ont été identifiés.

2/ Le syndrome respiratoire aigu sévère, SRAS, en 2002 est une épidémie qui s'est propagé en Asie et est causée par un coronavirus. L'homme a rasé une surface équivalente à celle de l'Afrique pour élever du bétail en importance suffisante afin de fournir de la viande en assez grande quantité  à tous les habitants de la planète. Du coup, des espèces animales différentes se côtoient et des microbes passent facilement de l'une à l'autre. Voilà donc l'origine du SRAS de 2002, et peut être celle du Covid 19.

3/ La grippe aviaire, de même, survient dans les régions où des concentrations de volailles faramineuses permettent au virus de cette grippe de se developper. Une souche particulière de ce virus, le H1N1 tue plus de la moitié des être humains infectés.

La solution pour prévenir ces maladies est de préserver des espaces de vie suffisamment grands pour protéger le monde vivant et sa biodiversité . Il faut éviter la déforestation sauvage, moins urbaniser les espaces, moins construire d'usines polluantes. Il faut aussi émettre moins de gaz à effet de serre, les GES, qui conduisent à un réchauffement climatique catastrophique. Il faut absolument préserver la biodiversité qui a déjà beaucoup diminué .

Les causes connues qui entrainent un réchauffement climatique et une baisse de la biodiversité sont les mêmes que celles qui permettent le développement de nouvelles pandémies comme celle du covid-19. Tres peu de journalistes mettent en avant ces causes profondes, ils préfèrent parler de l'urgence actuelle, ce qui est logique mais très insuffisant. Si, après le passage de l'épidémie dans 2 ou 3 ou 6 mois, la même circulation aérienne recommence, si la même division internationale du travail recommence avec un trafic maritime démentiel entre plusieurs pays pour un même produit, si on ne relocalise donc pas l'économie rapidement, si la diminution de la place de la voiture ne commence pas tout de suite de façon drastique en favorisant les transports en commun, si la consommation de la viande reste la même, si les terres agricoles continuent à être dégradées par les monocultures actuelles qui utilisent des engrais et des pesticides délétères, alors d'autres pandémies mortelles surviendront et nos gouvernants en porteront une lourde responsabilité. Le système neoliberal actuel qui défend des intérêts privés au détriment des intérêts communs des populations est mortel. Il faut à tout prix que les plus riches de notre société soient imposés à un taux élevé ( 99,9% s'il le faut) en sachant que les 500 Français les plus riches actuellement accaparent 30% de la richesse nationale sans réinvestir dans le bien public. C'est de l'argent volé pour parler clairement, qui manque cruellement aux hôpitaux actuellement.

Donc il faut se battre pour lutter contre cette maladie très contagieuse et mortelle, mais il est tout aussi important de s'attaquer aux causes profondes et de modifier notre façon de vivre mortifère.  Nous sommes à un tournant, il faut agir vite, individuellement, par son mode de vie propre, en manifestant dans la rue, en s'engageant dans des associations, et surtout par le biais politique pour changer de gouvernement et faire voter des lois efficaces contre les pandémies comme celle du covid-19.

Jacques Menegoz

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.