FACEBOOK FACE AUX CONTRADICTIONS DE SA CENSURE

Comment je me suis retrouvée pour Facebook coupable de promotion de la pédophilie, de soutien du nazisme et dieu sait quoi encore!

Il y a trois jours, forte de ma colère, J’ai publié sur Facebook le post suivant dont je ne change pas une virgule:

“Pharisiens que nous sommes quand nous nous indignons contre la pédophilie! 
Avant on imaginait, avec une bourgeoise hauteur, les causes des abus sexuels familiaux dans la boisson la pauvreté et la brutalité ignorante. 
Maintenant qu’on les sait exister partout, on pourrait dire que notre monde est de plus en plus “sexualisé”, que la “masculinité triomphante” est frustrée  par la libération des femmes et se défoule sur les gosses, etc… 

Dans tous les cas des interprétations qui se veulent subtiles, pour expliquer le fait que le respect d’autrui, surtout les plus faibles, et l’empathie ne sont pas vraiment dans nos cultures. 

Y compris là oú l’amour d’autrui et la charité sont chantées en latin. 

Car ce sont ceux qui chantent le plus à la messe qui, en sortant crachent sur les pauvres jetés hors de leur maison et de leur pays. Et ce sont ceux là qui osent prétendre à longueur de temps être les victimes de ces pauvres là. 

La seule question qui se pose en France et dont on débat aujourd’hui n’est-elle pas de savoir si on va voter pour la respectée ordure X ou la respectée ordure Y?

Nos sociétés qui veulent mettre l’argent au pinacle sont cruelles et mortifères. C’est à tous les niveaux, que le cynisme prédateur y est encouragé.

Notre leitmotiv est que les enfants sont sacrés?

Risible. 

Sur Terre les enfants sont massacrés sous les bombes, utilisés pour aller déterrer des minéraux rares, mendient dans les rues, se noient en  mer quand ils fuient la guerre, meurent de faim et sont violés à domicile.

Ne parlons même pas de notre abominable comportement envers les animaux. (Pourtant ceux ci se comportent généralement mieux avec leurs enfants.)

Nous sommes tous collectivement responsables de ces abus. Parceque nous sommes tous égoïstes et brutaux. Notre imbécilité violente est infinie.

Au point même de détruire le monde sur lequel nous sommes assis.

Nous ne devrions pas seulement nous indigner contre ces salopards de pédophiles, et les traiter de monstres. C’est l’indigence de notre niveau de civilisation qui est elle même monstrueuse. 

Nous sommes tous des salopards. Tous responsables.”

J’ai illustré ce post d’une photo d’enfant en haillons mais vêtu, trouvée sans droits sur Google à partir de la requête “enfant malheureux”. 
Facebook m’a immédiatement fait savoir que cette photo était un fake. (sic). J’ai changé la photo pour une autre photo d’enfant malheureux. En haillons, mais vêtu. Facebook m’a immédiatement fait savoir que, compte tenu de mon lourd passé, ils m’interdisaient de publier sur le site pendant un mois. Pour… publication pédocriminelle. Et sans appel.


Nous pourrions en rire ensemble.


Mais j’ai un lourd passif. 
J’ai déjà été condamnée à la suspension par Facebook pour avoir publié cette photo d’un enfant du Yemen mourant de faim décharné en haillons que nous avons tous vue. Photo incitant selon eux à la pédocriminalité. Mais j’y soulignais la responsabilité de la France dans les morts d’enfants dans ce pays.

J’ai dejà étè condamnée par Facebook à de la suspension pour diffusion d’image pornographique parceque j’ai publié un meme de Poutine disant qu’il allait bien après son vaccin russe, torse nu avec des seins. 

J’ai déjà été condamnée par Facebook pour promotion du nazisme pour avoir publié un panneau disant qu’Hitler était arrivé au pouvoir de manière légale. 

J’ai été condamnée aussi pour discours haineux en disant que les français étaient des zombies avec une photo de TWD. 

Car c’est là le problème. Je suis rarement d’accord avec la politique du gouvernement et j’ose le dire. 
Si je proclamais à longueur de post ma haine des immigrés, mon dégoût des pauvres, et de fausses statistiques sur l’insécurité, Facebook m’adorerait. 

Où sont les valeurs qu’ils prônent à longueur de temps? Où est la lutte contre la pédocriminalité quand on m’interdît …à cause d’un post de lutte? 

Pourquoi Facebook, quand il vous interdit de publier, n’explique pas, (ce serait didactique), les raisons  de sa sanction? On disparaît brutalement, personne ne sait ce qui se passe. Comme on fait évanouir les dissidents dans la nature en Chine…

Pourquoi ne vous demandent-ils pas de supprimer le post, au lieu de vous interdire, dans la seconde et sans recours?

Bien sûr je proteste chaque fois. Mais chaque protestation est immediatement sanctionnée  d’une autre “punition” supplémentaire.

Bien sûr, l’algorithme. Évidemment l’algorithme. Mais il fait ce qu’on lui dit de faire.

La preuve en est qu’un jour, après qu’ils aient voulu me sanctionner pour pornographie puisque j’avais utilisé l’expression «cul par-dessus tête», ils m’ont immédiatement retiré la sanction, dans la seconde, quand je leur ai écrit que j’allais mailer à l’Elysée que Facebook critiquait Mr Macron, cette expression même étant sortie de la bouche de notre président dans un discours officiel! 

Tout cela, toutes ces vraies punitions pour de faux crimes, cela n’est-il pas terrible? Si un jour il fallait montrer patte blanche pour avoir un Pass social, croyez vous que j’y aurais droit avec un casier pareil?

N’agissait-on pas exactement de même avec les dissidents, en Russie de la pire époque? 

Où est notre liberté d’expression? 
Et ne devrais-je pas  terminer ce billet comme j’avais terminé le post interdit:

“Nous sommes tous coupables…”

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.