Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2014

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ariane Walter: Ulysse et Pénelope. ( Version ABCD-Egalité pour tous-CM1/CM2)

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon téléphone sonne. Je décroche :

-Coucou, Ariane ! Comment vas-tu ?

C’est Najat Belkacem !

On s’est connu autrefois quand elle était hôtesse d’accueil au club Med de Tanger et cela faisait quand même un bon bout de temps qu’elle ne m’avait pas contactée !

-Très bien ! Et toi, ma belle ?

-M’en parle pas ! J’en ai marre, marre, marre, avec cette histoire de « genre » ! Tu es au courant ?

-Bien oui, je suis au courant ! Mais aussi, quelle idée ! Pourquoi tu fais ça ?

-Tu imagines que je choisis ! Je fais ce qu’on me dit de faire ! C’est tout ! On a une feuille de route !

-Ah ! Oui ! Quand même !

-Casanova  nous a mis dans une panade ! Il tourne à 3% de satisfaits !

-A ce point ! Mais chez Goldman Sachs, ils doivent être très satisfaits de lui, non ?

-Hihihihi !! C’est sûr. Il a même eu la médaille de l’employé de mois avec son pacte ! Mais je ne t’appelle pas pour ça. Voilà. Tu as vu un peu pour cette histoire de cours ABCD ?

-Oui, j’ai lu. C’est complètement naze.

-M’en parle pas ! Et par-dessus le marché voyager avec Peillon et jouer l’institutrice, merci !

-J’ai le texte de présentation sous les yeux.Tu l’as lu ?

-Non, non. Pas le temps.

-Ecoute ça  : « La danse est-elle réservée aux filles ? Une femme peut-elle être maçon ? » C’est complètement con. Il y a quand même des mecs qui dansent ! Regarde Travolta ! Et les femmes ne sont pas maçons parce que pour charrier des sacs de ciment dehors en plein hiver…Tu serais maçon, toi ?

-Oui, mais ce sont des exemples. On veut dire que tous les métiers sont possibles pour tout le monde.

-Ou, mais ma poupoule, votre problème c’est que bientôt aucun métier n’est disponible pour personne ! Tu as entendu parler du chômage, quand même ?

-Oui, mais ça c’est une façon de faire oublier le problème.

-Tu m’étonnes.

-On fait comme si. Ça donne de l’espoir ! Les petits, plus tard, ils auront du boulot et les garçons seront danseurs et les filles maçons !

-C’est un peu du n’importe quoi, non ?

-Non, non ça passe ! Le but de Vallsounet c’est quand même de réunir la gauche sur un maximum de problèmes avant les élections ! Alors il leur lance des os !   Avec l’antisémitisme il a fait bingo et là avec cette histoire d’égalité hommes-femmes, ça marche ! C’est le FDG qui fait notre campagne ABCD sur les réseaux !   Hihihihihi !

 -Attends, je continue :  « Il ne s’agit pas de dire que nous nions les différences, c’est tout le contraire, nous les respectons » , a rappelé Vincent Peillon, ministre de l’Éducation Nationale. Ca, c’est sûr, les différences entre riches et pauvres, vous les respectez vachement !

-Hihihihi !! Tu es drôle !

-A ses côtés, la ministre en charge des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé que le dispositif a vocation à « lutter contre toutes les autocensures« , car « même des garçons peuvent souffrir de ne pas accéder à certains métiers, comme ceux de la petite enfance. » Ils te font passer pour une conne, là ! Comme si les mecs, leur rêve absolu c’était de s’occuper de la petite enfance !

-Oui, mais c’est la fille de Moscovici qu’ils m’ont mis pour rédiger ça !

-Sa meuf ?

-Non, sa fille ! Et crois-moi c’est pas plus un cadeau que le père ! Quel tromblon, lui !

-Et écoute la suite : « Vous savez comment on appelle un homme +sage femme+ ? Est-ce que c’est bizarre d’être une femme maçon ? » a demandé ensuite la ministre à des CM1-CM2, après avoir vu des maternelles se demander « si un garçon peut jouer à la dînette . » Attends !… Le problème c’est de mettre quelque chose dans sa dinette ! « Un garçon peut jouer à la dînette ! » Des enfants meurent à gaza et en Syrie et vous, vous vous demandez si les garçons vont jouer à la dinette !!! Vous avez la comtesse de Ségur au ministère ? 

-Justement . Est-ce que tu pourrais écrire quelque chose pour moi ?

-Quoi ?

- C’est au sujet des textes anciens qui donnent une image de la femme-femme et de l’homme-homme. Et c’est un problème.

-Vous voulez réécrire  les textes anciens ?

-Oui. Ca va occuper les gens.

-La Bible aussi ?

-Il y a déjà quelqu’un sur le coup. C’est une déesse qui envoie sa fille , Pamela , sur terre.

-OK.

-Donc , est-ce que tu pourrais nous reprendre l’Odyssée ? Parce que , pour les filles, c’est perturbant cette histoire de nana qui fait de la tapisserie pendant que son mec fait du bondage  avec les sirènes !

-Tu veux reprendre l’Odyssée ?

-En quelques lignes seulement ! On te propose 300 000 euros pour faire ça.

-Combien ?

-C’est pas assez ? 500 000 si tu veux.

(C’est là que pour une fois, j’eus de l’indulgence pour Pierre Laurent.)

-Bon…Ecoute…

-Fais-le moi, je t’en prie, je t’en prie, fais-le moi !

Et voilà comment je me suis trouvée engagée au ministère des droits de la femme dans l’équipe des  grands auteurs du 21 ème siècle.

Un quart d’heure après, j’avais fini la version moderne de l’Odyssée. Que voici :

« Pénélope (étymologie Pene (penis ) Lope (Lupus) :Bite de loup.) faisait  sa muscu sur la plage. Femme moche, bien poilue, le corps ferme, un seul sein, l’autre étant resté chez les Amazones.

Son mari Ulysse aux boucles d’or, car il le valait bien, avait quitté l’île depuis dix ans pour faire du shopping autour de la Méditerranée. Et depuis dix ans aucune nouvelle. On l’avait beaucoup vu à la Fashion Week de Troie et tout à coup, disparition de la gazelle.  On avait entendu parler d’une vague histoire de lasagnes de cheval cuites au barbecue. Et depuis, plus rien !

Bite de Loup n’en avait pas pour autant démérité. Elle avait pris sur l’île avec elle une bonne trentaine de prétendants Polonais . Elle avait mis les plus vieux à la cuisine, les plus costauds à couper du bois et les plus mignons à passer de bonnes nuits avec elle. Ils étaient quatre. Pendant  que trois la lutinaient, le quatrième faisait  tapisserie. 

Or ces prétendants de l’Ile de la séduction commençaient à caqueter  car ils voulaient que Pénélope leur distribue les bijoux d’Ulysse. En particulier de merveilleuses boucles d’oreilles offertes par Zeus, le Dieu qui, s’étant remis assez rapidement de son accouchement de la déesse Athéna, se promenait sur les nuages en talons Louboutin ! D’où le tonnerre et les éclairs !

Or un jour, des cris sur la plage. Thélémaquette, le fils-fille du couple se précipite et dit :

-Papa ! Maman est là !

-Quoi ? 

-Ah ! Non ! Maman ! Papa est là !

-Que dis-tu ?

-Maman-papa ! Papa-maman est là !

-Quoi ? Ulysse est de retour ?

-Chut ! C’est un secret ! Il ne faut pas que les prétendants  le sachent  sinon ils vont vouloir des cadeaux !

Et Ulysse entra…  Quel charme !   Cet homme qui avait baisé  Charybde et Scylla, celui qui s’était mis le doigt dans l’œil  du  Cyclope, celui que Circé avait traité de petite cochonne, celui qui à Djerba avait fumé le lotus inventant ainsi le tampax,  parut dans la splendeur effervescente d’un moment unique !

Penelope lui dit :

-Dix ans pour faire quelques courses ! Tu rigoles ou quoi ?

-Chérie, dit Ulysse, faisant saillir sous sa jupette ses fesses attractives, les dieux m’ont interdit le retour !

-C’est ça ! Prends- moi pour une conne !

-Te prendre ? Mais je ne pense qu’à ça depuis dix ans !

Il savait que les femmes étaient lubriques et qu’un petit coup venait toujours à bout de leur caractère grognon. Il roula sa langue sur sa bouche pour lui montrer son désir. Il savait aussi qu’il n’était qu’une chose à faire jouir mais il acceptait son destin. Dans une autre vie peut-être il serait  femme puéricultrice !  Son rêve se réaliserait enfin! 

Mais Penelope avait ses règles. Jamais de sexe avant d’avoir agacé un max. Ce qui mit hors de lui Ulysse !

-Et ces prétendants ! On me dit que tu as couché avec eux pendant  mon absence ? Tu serais mal placé-ée pour me reprocher un cyclope… avec un seul œil !

-J’ai inventé la polygamie pour m’occuper. Et alors ?

-Quoi ? Tu avoues ?

A ce moment-là, Ulysse se précipite sur toute la vaisselle d’or du palais, casse des objets immémoriaux, se jette  sur Pénélope son recourbe-cil à la main et tente de lui arracher le foie, lui fracasse une jarre sur la tête, heureusement que Pénelope venait de mettre son casque de char Vespasien.  Bilan de la colère :  3 millions de sesterces Ithaquiens ! »

A ce moment du récit, je me suis arrêtée un instant…

J’ai pensé à Homère. Peut-être s’était-il crevé les yeux lui-même pour ne pas voir la connerie de son temps… Peut-être avait-il inventé une belle histoire pour donner à son temps une beauté qu’il n’avait pas…

Avais-je vraiment besoin de 500 000 sesterces Ithaquiens ?

J’ai envoyé un texto à Najat :

« Je le san pa. Touch pa a mon pot Omer. Ulis né til pa déjà en petit jup kon voi sa culot ? Sam sufi.  Touch pa a no meks ! »

J’ai senti qu’Homère, en jupe brodée sur la plage,  était fier de moi…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org