arjuna
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 avr. 2020

Surprenant rebondissement dans l'affaire de l'hydroxychloroquine

La surprise ne vient pas cette fois d'une nouvelle incartade du Pr Raoult, mais des autorités de l'AP-HP.

arjuna
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et pourtant, cette surprenante nouvelle a rapidement disparu des fils d'information, noyée dans les commentaires de l'allocution présidentielle. Un peu comme si la question des traitements possibles du covid19 n'intéressait personne. Il est vrai que la nouvelle avait de quoi surprendre.

Le 14 avril au soir, on pouvait lire sur le fil d'info de FranceInfo que l'Assistance Publique des hôpitaux de Paris lançait une étude pour mettre au point un traitement préventif du covid19 à l'intention de ses soignants. Excellente idée que de protéger ceux qui sont tous les jours au contact de l'épidémie. Et si en plus de ça, un traitement préventif prouvait son efficacité, nous en serions tous bénéficiaires. Une bonne nouvelle donc, qui aurait du trouver un plus grand écho. 

Sauf que... sauf que, ce qui va être testé par l'AP-HP en traitement préventif pour ses soignants, c'est le traitement pratiqué à Marseille par le démoniaque Pr Raoult et ses affidés! Et pas un petit test. 300 soignants vont être "empoisonnés" par l'hydroxychloroquine, dont on n'a cessé de nous dénoncer les dangers. 300 autres auront droit à l'azithromycine un antibiotique banal, mais que personne avant l'IHU Méditerranée n'avait eu l'idée d'utiliser contre cette infection virale. Depuis l'idée a fait son chemin, par des voies non officielles. Des médecins soucieux de soigner leurs malades avec quelque chose de plus efficace que le Doliprane ont obtenu des résultats encourageants avec cet antibiotique. 

La nouvelle était tellement renversante que j'ai cru à une "fake news". Je suis allé vérifié sur d'autres sites. Tout concordait. Le lendemain, FranceInfo ne publiait pas de démenti, mais la nouvelle avait disparu de la Une pour faire place à un nouveau "Raoult Bashing". J'attends un jour de plus pour voir ce que mon journal favori, spécialisé dans l'investigation et l'esprit critique, en pense. Il n'en pense rien. Il n'en parle même pas.

Je me vois contraint, moi qui ne suis pas journaliste d'investigation, de faire l'information et le commentaire. 

D'abord, lorsqu'un essai implique 600 personnes, ce n'est plus un simple essai. Surtout, qu'il ne s'agit pas de n'importe qui, mais de gens dont la présence sur le front de la lutte contre l'épidémie est essentielle et que l'on ne peut se permettre de risquer à la légère. De gens suffisamment bien informés pour ne pas se laisser empoisonner par une substance "vénéneuse". 

Ce qui confirme le fait que l'hydroxychloroquine est un médicament qui souffre très peu de contre indications et dont les effets sont bien connus. Il peut donc être utilisé sur une large échelle. On nous a menti sur ce point.

L'essai ne porte pas sur le remdésivir de Gilead ou autre médicament inclus dans l'expérience Discovery, mais sur les médicaments du protocole Raoult. Ceux sont bien actuellement les seuls qui ont fait preuve d'une certaine efficacité. Sur ce point aussi, on nous a menti.

Il s'agit certes de trouver un traitement préventif. Mais justement, les médicaments antipaludéens, comme l'hydroxychloroquine sont utilisés à titre préventif. C'est ce que conseille l'Inde contre le coronavirus. Les médecins de l'IHU Méditerranée insistent sur le fait que le traitement doit être commencé tôt. Or on sait maintenant que le virus peut-être présent et contagieux avant tout symptôme. Et une étude in vitro prouve l'efficacité plus grande du médicament s'il est présent avant l'arrivée du virus. Donc l'hydroxychloroquine efficace au début de l'infection, peut fort bien s'avérer efficace pour protéger de la contamination. Pourquoi le ministre a-t-il décidé de la réserver aux malades à un stade avancée de la maladie? Pourquoi interdire aux médecins de ville de la prescrire à leur patients?

Il semble donc que le traitement honni du Pr Raoult, non moins honni, intéresse les milieux médicaux. D'ailleurs, les gens curieux pouvaient apprendre le même jour qu'une étude du même type allait être mise en place pour les médecins de ville et de clinique privées. Les patients des EHPAD et les malades ordinaires attendront. 

Attention, je ne remets pas en cause que les personnels soignants soient les premiers à bénéficier de masques, de tests et d'hydroxychloroquine, puisque nous sommes dans une situation de pénurie. Mais il faut sortir au plus vite de cette situation de pénurie, pour que chacun puisse bénéficier de masques, de tests et de traitements efficaces. Si les médicaments "Raoult" paraissent efficaces pour es personnels de l'AP-HP, on devrait peut-être se poser la question de généraliser au plus vite leur usage.

En attendant, il serait bon d'arrêter de mentir et de prétendre qu'il n'y a pas consensus scientifique sur l'utilité des masques, que tester toute la population n'aurait pas de sens et que le traitement utilisé par l'HU Méditerranée ne sert à rien, voire est dangereux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran