Et si on boycottait BlaBlaCar ?

Un humble réquisitoire contre l'économie collaborative, qui tue l'humain et vide son porte monnaie.

Bonjour à tous et à toutes.

Le covoiturage est une belle idée, j'en fais très régulièrement et depuis longtemps, et je dois bien admettre que ça n'a presque que des avantages: on paye moins cher, on pollue moins, c'est plus sûr que le stop, on rencontre pleins de gens, c'est souvent plus rapide que le train ou le bus, et c'est une belle démonstration des valeurs de partage qui se font rares de nos jours.

Alors vous me direz "qu'est ce qui ne va pas ?"

Ce qui ne va pas, c'est blablacar, "merveilleuse" entreprise de l'économie "collaborative", encensée par nos élites et utilisée par des millions de personnes en France.

Tout ceci partait pourtant très bien, ce site s’appelait autrefois "covoiturage.fr", il permettait le covoiturage sans frais entre particuliers, et gagnait chaque jour en popularité, acquérant au fil du temps un nombre d'utilisateur particulièrement conséquent.Puis en 2011, le site est devenu payant: sous prétexte de sécurité, blablacar a choisi d'abandonner le paiement en liquide au profit du paiement par carte, lui permettant par la même occasion de prélever sur chaque trajet une somme appelée "frais de réservations", qui n'a cessée d'augmenter depuis lors.

C'est ce jour là que Blablacar enterra le covoiturage, transformant instantanément des millions d'utilisateurs en machines à cash.

Vous me direz: "mais Blablacar fournit un service, il est normal qu'ils soient rémunérés"

Je vous répondrais qu'il est certes normal de faire partager aux usagers les frais de fonctionnement et d'entretien du site, mais il est tout à fait scandaleux qu'on puisse s'enrichir sur des trajets que l'on ne fait même pas.

Et c'est dans ce domaine du racket légal que Blablacar excelle:

Non content de faire payer des frais de réservations aux usagers, Blablacar ne les fait payer qu'aux passagers, évitant ainsi le départ des conducteurs vers d'autres plateformes. Pire, il a rendu les frais de réservations proportionnels à la longueur du trajet.

Un exemple:

Sur un trajet Toulouse - Montpellier à 18 euros, Blablacar prendra 3 euros de commission sur chaque passager.

Sur un trajet Toulouse - Lille à 72 euros, Blablacar ne prélèvera pas moins de 11 euros de frais de réservations, encore une fois sur chaque passager.

Qu'est ce qui justifie des frais de réservations différents sur chaque trajet ? RIEN.

Qu'est ce qui justifie des frais de réservations aussi élevés alors qu'il est seulement question de paiements par carte et de mise en relation d’usagers ? RIEN.

Sachez que si vous avez un problème moins de 48 heures avant votre covoiturage et que vous ne pouvez pas le prendre, Blablacar vous prélèvera quand même une partie ou la totalité de votre trajet, tout en conservant bien sur les frais de réservation. Sympa non ?

 

Blablacar fait donc un chiffre d'affaire annuel de 80 millions d'euros (en 2015) sur le dos des covoitureurs français, sa masse salariale a augmenté, ayant besoin de nombreuses personnes pour vérifier que personne n'essaie de "frauder" sur le site (comme par exemple en donnant directement numéro de téléphone à un autre usager, ce qui est bien entendu interdit) ou pour s'étendre partout à coup de campagnes publicitaires colorées prônant..le partage. Blablacar a récemment racheté pour une bouchée de pain les cars macrons (Ouibus), et comme on peut l'imaginer ils ont déjà supprimé de nombreux bus et fait monter les prix des trajets. J'imagine qu'ils ont tout intérêt à tuer Ouibus, puisque c'était son principal concurrent et que son coût de fonctionnement est bien plus élevé que le covoiturage qui ne lui coute..rien.

Le monopole obtenu grâce au fait que leur site était autrefois gratuit fait que les concurrents qui ne font pas payer de frais de réservation ont beaucoup de mal à exister, les conducteurs étant sur de trouver des passager sur Blablacar.

 

Selon moi, le covoiturage est, et doit rester une aventure humaine et écologique basée sur le partage et l'entraide entre citoyens, alors je n'ai qu'une proposition à vous faire:

Et si on boycottait Blablacar ?

 

 

 PS: Pour ceux qui recherchent des alternatives, en voici au moins deux

Mobicoop (ex covoiturage libre.fr)

gomore

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.